La Joie secrète


Commentaires (0)

Publié le samedi 8 août 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragements spirituels

Jésus nous révèle pour quelle raison Il a annoncé à Ses disciples de prochaines tribulations :

Voici que l'heure vient – et elle est déjà là – où vous serez dispersés chacun de son côté... Je vous ai parlé ainsi, afin qu'en moi vous ayez la paix.

Jean 16: 32-33

Cependant, on pourrait légitimement demander : « En quoi le fait de savoir qu'un temps de persécution arrive est-il censé m'apporter la paix ? » Et Jésus de répondre :

Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde.

Jean 16: 33

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Image : Le martyre de saint Ignace d'Antioche, Artiste inconnu

Voici le sens des paroles de Jésus :

Je vous ai dit ces choses pour que vous m'ouvriez tout-grand votre cœur et me fassiez entièrement confiance. Si vous le faites, J'inonderai vos âmes de Ma Grâce. Plus vous ouvrirez grands vos cœurs, plus Je vous remplirai de joie et de paix. Plus vous laissez les choses de ce monde derrière vous, plus vous gagnerez dans l'autre. Plus vous vous abandonnez à Moi, plus vous recevrez de Moi.

Considérez les martyrs. Il existe de nombreux récits témoignant de ces grâces surnaturelles dont furent comblés ces Saints ayant donné leur vie pour le Christ. Dans son encyclique Sauvés dans l'espérance, le Pape Benoît XVI raconte l'histoire du [prêtre] martyr vietnamien saint Paul Lê Bao Tinh qui illustre « cette transformation de la souffrance par la force de l'espérance qui naît de la foi. »

Cette prison est vraiment une vive figure de l'Enfer éternel. Aux tortures de toutes sortes — aux liens, aux cangues et aux entraves viennent s'ajouter la haine, la vengeance, les calomnies, les propos obscènes, les querelles, les actes mauvais, les blasphèmes, les malédictions, auxquels se joignent aussi l'angoisse et l'affliction. Mais le Dieu qui délivra les trois enfants de la fournaise ardente est toujours avec moi ; il m'a délivré de ces tribulations et les a transformées en douce fraîcheur, car sa miséricorde est sans fin. Par la grâce de Dieu, au milieu de ces supplices qui d'ordinaire terrifient les autres, je suis rempli de gaieté et de joie, parce que je ne suis pas seul, mais le Christ est avec moi... Je vous écris ces choses pour que votre foi puisse s'unir à la mienne. Au milieu de ces tempêtes, je jette l'ancre vers le trône de Dieu, l'ancre de la vive espérance qui demeure en mon cœur...

Spe Salvi, n° 37 (traduit partiellement depuis l'anglais)

Et comment ne pas se réjouir quand on entend l'histoire de saint Laurent († 258), qui, alors qu'il était brûlé vif, s'écria :

C'est bien grillé de ce côté, tu peux retourner !

Saint Laurent avait trouvé la Joie secrète : l'union avec la Croix du Christ. En effet, la plupart d'entre nous courons dans l'autre sens lorsque les souffrances et les épreuves arrivent. Pourtant cela ne fait généralement qu'aggraver nos douleurs :

C'est lorsque l'on tente d'éviter la souffrance en se soustrayant à tout ce qui pourrait impliquer de la douleur, lorsque l'on cherche à s'épargner l'effort et la peine de la poursuite de la vérité, de l'amour et du bien, que l'on s'enfonce dans une existence vide de sens, dans laquelle il n'existe sans doute pratiquement plus de souffrance, mais dans laquelle l'obscure sensation d'inutilité et de solitude n'en est que plus grande. Ce n'est pas en esquivant ou fuyant la souffrance que nous sommes guéris, mais plutôt par notre capacité à accepter les tribulations et à mûrir par elles, et en y trouvant un sens par notre union au Christ, qui a souffert avec un amour infini.

— PAPE BENOÎT XVI, Spe Salvi , n° 37 (traduit depuis l'anglais)

Les saints sont ceux qui étreignent et embrassent leurs croix, non pas qu'ils soient masochistes, mais parce qu'ils ont découvert la Joie Secrète de la Résurrection cachée sous la surface rugueuse et accidentée du bois. Ils savaient qu'en se perdant, ils gagnaient le Christ. Mais cette joie, nous ne la faisons pas apparaître par la force de notre volonté ou en excitant nos émotions. C'est une source qui jaillit de l'intérieur, telle la pousse regorgeant de vie qui surgit de la graine enfouie dans les ténèbres de la terre. Or, en cette terre il faut d'abord que la graine soit disposée à tomber.

Le secret du bonheur est la docilité envers Dieu...

— PAPE BENOÎT XVI, 2 novembre 2005, Zenit (lire Le bonheur dans cette vie du Pape François, éd. Michel Lafon 19 mars 2020)

(...)

Les témoins-martyrs

Lorsque saint Étienne, le premier martyr de l'Église primitive, fut persécuté par son propre peuple, les Écritures rapportent que,

Tous ceux qui siégeaient au Conseil suprême avaient les yeux fixés sur Étienne, et ils virent que son visage était comme celui d'un ange.

Actes 6: 15

Saint Étienne rayonnait de joie parce que son cœur était comme celui d'un petit enfant, et à ces âmes humbles appartient le Royaume des Cieux. Oui, il vit et rayonne dans le cœur de celui qui s'abandonne au Christ qui, au temps de l'épreuve, s'unit plus particulièrement à ces âmes. L'âme dès lors, ne marchant plus par la vue mais par la foi, perçoit l'espérance qui l'attend. Si vous ne ressentez pas cette joie maintenant, c'est parce que le Seigneur vous entraîne à aimer Celui qui donne, et non le don lui-même. Il est en train de purifier votre âme afin de pouvoir la remplir avec rien de moins que Lui-même.

Lorsque le moment de l'épreuve viendra, si vous embrassez la Croix, vous ferez l'expérience de la Résurrection, au temps propice divinement fixé. Et ce moment n'arrivera jamais trop tard.

[Le Sanhédrin] avait le cœur exaspéré et grinçait des dents contre Étienne. Mais lui, rempli de l'Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu... Alors ils poussèrent de grands cris et... tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l'entraînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider... Puis, se mettant à genoux, il s'écria d'une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s'endormit dans la mort.

Actes 7: 54-60

Aujourd'hui, une intense purification est en cours parmi les croyants — parmi ceux qui écoutent et répondent en ce temps de préparation. C'est comme si cette vie nous broyait entre ses mâchoires...

... car l'or est vérifié par le feu, et les [élus], dans le creuset de l'humiliation.

Si 2: 5

Ensuite, il y a saint Alban, le premier martyr de Grande-Bretagne, qui refusa de renier sa foi. Le gouverneur le fit fouetter, et en route pour être décapité, saint Alban sépara joyeusement les eaux de la rivière qu'ils traversaient pour qu'ils puissent atteindre la colline où il devait être exécuté sans mouiller leurs habits !

Et saint Thomas More, [alors qu'il montait sur l'échaffaud pour y être décapité, dit à son bourreau],

Ayez l'obligeance de me donner la main pour monter, car pour descendre, je me débrouillerai bien tout seul !

qqcitations.com (ajout)

Quel est cet humour dont étaient dotées ces saintes âmes alors qu'elles marchaient vers la mort ? C'est la Joie secrète du Cœur du Christ qui battait en elles ! Car elles ont choisi de perdre le monde et tout ce qu'il leur offrait, y compris leur vie même, en échange de la vie surnaturelle du Christ. Cette perle de grand prix est une joie indescriptible qui recouvre d'un voile de poussière même les plus beaux plaisirs de ce monde. [...]

Ensuite, il y a le témoignage radical de saint Ignace d'Antioche dont le désir de vivre le martyre révèle cette Joie secrète :

Plaise à Dieu que j'aie la jouissance d'être livré aux bêtes qui me sont préparées ; je demande qu'elles soient promptes à me faire souffrir les supplices et la mort et excitées à me dévorer, de peur qu'elles n'osent toucher à mon corps, comme il est arrivé pour d'autres Martyrs. Si elles ne veulent pas venir à moi, je leur ferai violence, je me jetterai devant elles pour être dévoré. Pardonnez-moi, mais je sais ce qui m'est avantageux. C'est maintenant que je commence à être disciple du Christ, ne désirant plus rien de ce qui est visible, afin de trouver Jésus-Christ. Que le feu, la croix, les bêtes, le brisement des os, la mutilation des membres, le broiement de tout le corps et tous les tourments du diable fondent sur moi, mais seulement que je jouisse de Jésus-Christ !

— Du Livre de saint Jérôme, Prêtre : Des Écrivains Ecclésiastiques ; introibo.fr

Comme nous nous sentons tristes quand nous recherchons les biens de ce monde ! De quelle joie le Christ souhaite combler, dans cette vie et dans la vie à venir, celui qui « renonce à tout ce qu'il possède » (Lc 14: 33) et recherche d'abord le Royaume de Dieu. Les biens de ce monde ne sont qu'illusion : le confort, les possessions matérielles ou les titres d'honneur. Celui qui perd volontairement ces choses découvrira la Joie secrète : sa vraie vie en Dieu.

Celui qui perdra sa vie pour moi la trouvera.

Mt 10: 39

Je suis le froment de Dieu, je suis broyé par les dents des bêtes sauvages, ainsi je pourrai être considéré comme le pur pain de Dieu.

— Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Romains

Le Christ est vainqueur

Alors que le martyre « rouge » n'est destiné qu'à un petit nombre, nous serons tous persécutés dans cette vie si nous sommes de véritables disciples de Jésus (Jn 15: 20). Mais le Christ sera avec vous et comblera votre âme de joie, une Joie secrète qui rendra perplexes vos persécuteurs et défiera vos détracteurs. Les paroles peuvent piquer, les pierres peuvent meurtrir, les flammes peuvent brûler, mais la joie du Seigneur sera votre rempart (Ne 8: 10).

Récemment, j'ai senti le Seigneur me dire que nous ne devions pas nous attendre à souffrir exactement comme Lui. Jésus a enduré une souffrance inimaginable parce que Lui seul a porté les péchés du monde entier. Cette œuvre est terminée : « Tout est accompli. » En tant que membres de Son Corps, nous devons nous engager dans la même voie que Lui, celle de Sa Passion ; mais contrairement à lui, nous ne portons qu'un fragment de la Croix. Et ce n'est pas Simon de Cyrène, mais le Christ lui-même qui la porte avec nous. C'est de savoir Jésus présent, là, à mes côtés, et de réaliser qu'Il ne me quittera jamais mais me guide vers le Père, qui devient pour moi source de joie.

... de la Joie secrète.

[Le Sanhédrin rappela] alors les Apôtres et, après les avoir fait fouetter, ils leur interdirent de parler au nom de Jésus, puis ils les relâchèrent. Quant à eux, quittant le [Sanhédrin], ils repartaient tout joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.

Actes 5: 40-41

... qui pourra nous séparer de l'amour du Christ ? la détresse ? l'angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le glaive ? En effet, il est écrit : C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt, qu'on nous traite en brebis d'abattoir. Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J'en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l'avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur.

Rm 8: 35-39 (ajout)

Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme. Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c'est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.

Luc 6: 22-23

En toute circonstance, nous sommes dans la détresse, mais sans être angoissés ; nous sommes déconcertés, mais non désemparés ; nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis. Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps... Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous.... C'est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l'homme extérieur va vers sa ruine, l'homme intérieur se renouvelle de jour en jour. Car notre détresse du moment présent est légère par rapport au poids vraiment incomparable de gloire éternelle qu'elle produit pour nous. Et notre regard ne s'attache pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas ; ce qui se voit est provisoire, mais ce qui ne se voit pas est éternel.

2 Co 4: 8-18 (ajout)

Mark Mallett
The Secret Joy

Cet article m'inspire ...


de la joie
19


de l'encouragement
24


de la perplexité
0


de la tristesse
1


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Joie secrète.

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Considérez toute épreuve comme une joie extrême

Mark Mallett   lundi 19 février 2018   0 commentaire   partager

Nous ne voyons pas parce que nous avons des yeux ; nous voyons parce qu'il y a de la lumière. Là où il n'y a pas de lumière, les yeux ne voient rien, même lorsqu'ils sont complètement ouverts.

Nous pourrions dire que les yeux du monde sont complètement ouverts aujourd'hui. Nous perçons les mystères du cosmos, le secret de l'atome et les clés de la création. Toute la connaissance accumulée de l'histoire humaine est accessible d'un simple clic de souris, et un monde virtuel peut être érigé en un claquement de doigts.

Lire la suite

Cardinal Newman : « le jeûne, source d’épreuve »

dimanche 18 février 2018    partager

Premier dimanche de Carême, 4 mars 1838

Avant de traiter strictement le thème indiqué par le titre du sermon, Newman définit clairement le jeûne du chrétien; en effet cette forme d’ascèse fut prati­quée dans le judaïsme et dans d’autres religions, mais le propre du chrétien est de jeûner à la suite du Christ, comme lui et surtout avec lui. Le jeûne accompli avec la grâce de la présence du Christ dans le cœur est d’une fécondité sans commune mesure avec les œuvres accomplies par les juifs sous le régime de la Loi car ces derniers ne bénéficiaient pas de l’assistance de l’Esprit saint tandis que, par cette assistance, c’est le Christ lui-même qui refait en chacun de ses membres les actes de sa vie terrestre : le chrétien est alors ainsi «forme visible ou signe sacramentel de l’unique Fils de Dieu». Voilà pourquoi l’Église célèbre dans le cycle liturgique des temps de Noël et de Pâques les événements de la vie de notre Seigneur. Cette réalité de la présence du Christ dans le cœur du chrétien que Newman énonce au début de ce pre­mier sermon du volume sera supposée ou clairement rappelée dans les autres comme le privilège du chrétien qui appelle en retour des devoirs. Il en résulte que le jeûne du chrétien est agréé de Dieu parce qu’il est observé en union avec le Christ.

Lire la suite

Mon amour, tu l'as toujours

Mark Mallett   samedi 21 avril 2018   0 commentaire   partager

Pourquoi êtes-vous triste ? Est-ce parce que vous avez encore tout gâché ? Est-ce à cause de vos nombreuses imperfections ? Est-ce parce que vous n'entrez pas dans "la norme" ?

Je comprends ces sentiments. Dans mes jeunes années, j'avais ce que l'on appelle un esprit de scrupule — une culpabilité prépondérante pour la moindre erreur. Aussi, le jour où je quittai la maison, je fus poussé par un besoin tenace d'approbation de la part des autres parce que je ne parvenais pas à m'accepter, et certainement que Dieu non plus ne pouvait m'accepter. Ce que mes parents, mes amis et d'autres personnes pensaient de moi a subtilement influencé l'idée positive ou négative que je me faisais de moi-même. Cela a continué dans mon mariage. La manière dont ma femme me regardait, la façon dont mes enfants réagissaient avec moi, ce que mes voisins pensaient de moi ... cela finit aussi par déterminer si j'étais "ok" ou pas. En outre, cela influença ma capacité à prendre des décisions — étant devenu complètement obsédé quant à savoir si je faisais ou non les bons choix.

Lire la suite