La grande dépopulation


Commentaires (1)

Publié le lundi 15 juin 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions sur les signes des temps

Les « démocraties éclairées », qui se sont propagées par le biais de la puissance militaire et économique de l'Amérique, ne sont pas destinées à durer. Il s'agit plutôt de créer une dépendance des nations au service de la « Bête » : ces sociétés secrètes et ces hommes puissants ayant joué un rôle majeur dans la formation et la direction des États-Unis afin d'accomplir leurs desseins inavoués (lire Mystery Babylon et La chute de Babylone la Grande).

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Asservissement à la Bête

Afin de préparer le monde à une gouvernance mondiale — un « nouvel ordre mondial » — la Bête utilise la prostituée (c'est-à-dire l'Occident ayant renié et rejeté ses racines et son héritage judéo-chrétien pour se prostituer à la Bête, ndtr), dont elle détruira la souveraineté en même temps que plusieurs nations, dans le but de céder tout pouvoir à l'élite mondiale. À cet égard, la « Bête » exècre viscéralement la prostituée, l'idée qu'elle [l'Occident] se fait de la démocratie, de la liberté personnelle, du droit à la propriété privée, etc.

Xi Jinping, soutenu par la classe des communistes chinois qui règnent avec lui, pense que c'est leur rôle de guider la Chine — et le reste du monde — dans une nouvelle ère. L'expansion militaire de la Chine, les investissements économiques massifs dans le contrôle des routes commerciales mondiales (cf. nouvelle route de la soie ou One Belt One Road) et l'escalade des opérations d'information convergent tous vers une lutte pour la domination qui place la Chine en conflit direct avec l'Occident.

... Les dirigeants du parti communiste chinois décrivent ouvertement leur perception de cette lutte : selon Pékin, le succès de la Chine dépend de leur capacité à discréditer les principes du capitalisme libéral afin que des notions telles que la liberté individuelle et la démocratie constitutionnelle soient considérées comme les reliques d'un système obsolète.

Les plans de la Chine pour prendre le contrôle de l'ordre mondial, 18 mai 2020 (ajout) ; lire aussi La Chine impose-t-elle un nouvel ordre mondial ? et La recette chinoise pour conquérir le monde d'ici 2049

La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière... La France va descendre jusqu'au fond de l'abîme, jusqu'au point où l'on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement...

— Marthe Robin, prophéties pour la France (ajout)

Quant aux dix cornes (*) que tu as vues, ainsi que la Bête, elles se prendront de haine pour la prostituée, elles la laisseront dépouillée et nue, elles mangeront ses chairs et la brûleront au feu. Car Dieu leur a mis au cœur de réaliser ses desseins, et de parvenir ensemble à un accord commun : donner à la Bête leur royauté jusqu'à ce que s'accomplissent les paroles de Dieu.

Ap 17: 16-17

(*) Ndtr : symbolisant l'ensemble des puissances politiques et financières

Ainsi, ceux qui appartiennent à ces sociétés secrètes ont fait preuve d'une grande détermination pour mener à bien leur objectif visant à placer les nations sous le pouvoir d'une « Unité de Nations » [ONU]. Le processus de cette mondialisation est déjà en phase d'accomplissement au travers les « régionalisations » économiques et militaires. Il est beaucoup plus facile de fusionner, disons, une douzaine de régions ou moins, que des centaines de nations prises individuellement (cf. la réforme territoriale initiée sous le mandat de François Hollande, ndtr)

Cette régionalisation va dans le sens du plan tri-latéral qui appelle à une convergence progressive de l'Est et de l'Ouest, conduisant vers l'objectif ultime d'un gouvernement mondial. La souveraineté nationale n'est plus un concept viable.

Zbigniew Brzezinski, politologue américain d'origine polonaise. Il a été conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981 ; extrait de Hope of the Wicked, Ted Flynn, p. 370

Ce sont les principes sacrés inscrits dans la charte des Nations Unies auxquels le peuple américain [et le reste de l'Occident] fera désormais allégeance.

— Président George Bush, discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, 1er février 1992; Ibid. p. 371

Nous ne devons pas être aussi obsédés par notre désir de préserver les droits du peuple américain [occidental].

— Président Bill Clinton, USA Today, 11 mars 1993

L'unique espoir pour la planète n'est-il pas de voir les civilisations industrialisées s'effondrer ? N'est-il pas de notre responsabilité de l'accomplir ?

— Maurice Strong, chef du Sommet de la Terre de 1992 à Rio de Janeiro et conseiller principal du président de la Banque mondiale; dans Hope of the Wicked, Ted Flynn, p. 374

Si nous regardons la situation [actuelle en Occident], nous pouvons constater que nos nations ont déjà perdu une grande partie de leur souveraineté en raison de leur endettement vis-à-vis des établissements bancaires ou d'autres entités étrangères. Bientôt... et même très bientôt... une nation après l'autre commencera à s'effondrer, car elles ne pourront plus payer leurs dettes.

Pensons aux grandes puissances de l'histoire d'aujourd'hui, pensons aux [intérêts financiers] anonymes qui réduisent l'homme en esclavage, qui ne sont plus chose de l'homme, mais constituent un pouvoir anonyme que les hommes servent, par lequel les hommes sont tourmentés et même massacrés. Il s'agit d'un pouvoir destructeur, qui menace le monde.

— PAPE BENOÎT XVI, Méditation lors de la première assemblée générale du synode des évêques pour le Moyen-Orient, 11 octobre 2010 ; Vatican.va

Les paroles du Saint-Père ici sont parmi les plus révélatrices de ce plan mondial qui vise à renverser la civilisation, à « réduire l'homme en esclavage ». Il parle « d'intérêts financiers anonymes » œuvrant dans les coulisses et dont les activités « tourmentent » et mènent même au massacre d'êtres humains ! Peut-être serions-nous tentés de rejeter de telles paroles, en les qualifiant de « théorie du complot » si celles-ci ne venaient pas d'une si haute autorité. Or, c'est en effet le successeur de Pierre qui parle. Et cependant, qui accepte de l'écouter ? Qui prend ces paroles au sérieux et accepte de reconnaître les réalités présentes qui se déroulent autour de nous ? Ne préférons-nous pas écouter le murmure trompeur [de l'esprit du] monde qui cherche à nous endormir, à nous faire sombrer dans la même torpeur que celle des Apôtres dans le Jardin de Gethsémani ?

... Nous ne sentons pas Dieu — cela nous dérangerait — et ainsi, nous ne sentons pas non plus naturellement la force du mal... La somnolence des disciples [...] de Jésus, des apôtres [est aussi la nôtre] ; nous ne voyons pas, ne voulons pas voir toute la force du mal, et nous ne voulons pas entrer dans Sa Passion.

— Pape Benoît XVI, Agence de presse catholique, Cité du Vatican, 20 avril 2011, Audience générale ; Vatican.va

Encore une fois, frères et sœurs, les paroles des Écritures surgissent dans mon esprit avec une force nouvelle :

... le jour du Seigneur [viendra] comme un voleur dans la nuit. Quand les gens diront : « Quelle paix ! Quelle tranquillité ! », c'est alors que, tout à coup, la catastrophe s'abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper.

1 Th 5: 2-3

Certains chrétiens ont compris à tort ce passage de l'Écriture comme se référant au retour définitif de Jésus à la fin du monde. Or, il fait plutôt référence à l'avènement du « Jour du Seigneur » qui n'est pas une journée de 24 heures, mais une période de temps qui mène vers la fin du monde [1]. Tout comme le « jour du Seigneur » célébré chaque dimanche commence la veille au soir, de même, le « Jour du Seigneur » que nous attendons commence dans les ténèbres. L'Ère de Paix ne se lèvera qu'à travers les « douleurs d'un enfantement ».

Nous devons comprendre la nature de ces ténèbres, non pas pour en avoir peur, mais pour être prêts et armés spirituellement afin de pouvoir y faire face. [2]

Aujourd'hui, l'expression « ecclesia militans » (Église militante) est un peu passée de mode, mais en réalité nous pouvons encore mieux comprendre combien elle est vraie, combien elle porte en elle une vérité. Nous voyons comment le mal veut dominer le monde et qu'il est nécessaire d'entrer dans le combat contre le mal. Nous voyons comment il agit de tant de manières, sanglantes, sous différentes formes de violence, mais aussi sous le masque du bien et justement ainsi, détruisant les fondements moraux de la société.

— Pape Benoît XVI, 21 mai 2012, Zenit.org

Prendre conscience de la « pleine force du mal »

Dans un discours inoubliable prononcé devant la Curie romaine [en décembre 2010], le Pape Benoît XVI fit une remarquable mise en garde quant aux conséquences de la perte d'un consensus moral sur ce qu'est la vérité et ce qu'elle n'est pas.

C'est seulement s'il existe un tel consensus sur l'essentiel, que les constitutions et le droit peuvent fonctionner. Ce consensus de fond provenant du patrimoine chrétien est en péril... En réalité, c'est un aveuglement de la raison pour ce qui est essentiel. Combattre cet aveuglement de la raison et lui conserver la capacité de voir l'essentiel, de voir Dieu et l'homme, ce qui est bon, et ce qui est vrai, est l'intérêt commun qui doit unir tous les hommes de bonne volonté. L'avenir du monde est en jeu.

— PAPE BENOÎT XVI, Discours à la Curie romaine, le 20 décembre 2010 ; Vatican.va

L'avenir du monde est en jeu. Que veut-il dire par là ? Dans un autre discours prononcé [en 2012] à l'occasion de la fête de Pâques, le Pape Benoît XVI est allé plus loin :

L'obscurité vraiment menaçante pour l'homme est le fait que lui, en vérité, est capable de voir et de rechercher les choses tangibles, matérielles, mais il ne voit pas où va le monde et d'où il vient. Où va notre vie elle-même. Ce qu'est le bien et ce qu'est le mal. L'obscurité sur Dieu et sur les valeurs sont la vraie menace pour notre existence et pour le monde en général. Si Dieu et les valeurs, la différence entre le bien et le mal restent dans l'obscurité, alors toutes les autres ["lumières"], qui [nous font accomplir des prouesses techniques aussi incroyables], ne sont pas seulement des progrès, mais [aussi] des menaces qui [nous] mettent en péril, nous et le monde.

— Pape Benoît XVI, Homélie de la Veillée pascale, 7 avril 2012 ; Vatican.va

Ici, le Saint-Père nous dit que la menace concerne notre « existence » même.

Dans mon livre, The Final Confrontation, j'explique comment les quatre derniers siècles ont constitué un long processus historique où l'homme s'est laissé lentement égarer par Satan, qui est « un menteur et le père du mensonge ». [3] En embrassant et en adhérant aux sophismes — des distorsions philosophiques de la vérité — la raison elle-même, à notre époque, a été éclipsée. Le meurtre de l'enfant à naître est aujourd'hui considéré comme un droit ; l'assassinat délibéré des personnes malades et âgées est vu comme un geste de « miséricorde » ; le droit au suicide est ouvertement débattu par nos législateurs ; les catégories « masculin » et « féminin » ont été subdivisées en une multitude de « genres » ; et le mariage lui-même n'est plus basé sur la logique et la raison, encore moins sur la sociologie et la biologie, mais sur les caprices d'une minorité qui sait se faire entendre. Nous en sommes arrivés à...

... une dissolution de l'image de l'homme, aux conséquences extrêmement graves.

— 14 mai 2005, Rome; Le cardinal Ratzinger (PAPE BENEDICT XVI) lors d'un discours sur l'identité européenne.

Une fois que l'homme n'est plus perçu comme créé à l'image de Dieu, mais comme un simple sous-produit du « big bang », alors en effet « l'existence » même de l'homme est menacée, en particulier si ceux qui sont au pouvoir et qui gouvernent considèrent la dignité de l'homme comme n'ayant pas plus de valeur que celle d'un ver ; s'ils croient que la « survie des plus aptes » ne peut être garantie qu'en éliminant les éléments « inférieurs » au sein de la race humaine.

L'être humain, en tant qu'espèce, n'a pas plus de valeur qu'une limace.

— John Davis, rédacteur en chef de Earth First Journal ; cité dans "Hope of the Wicked", Ted Flynn, p. 373 ; cf. Le mouvement vert anti-humain

L'homme, à ce stade, n'est plus seulement considéré comme un autre animal parmi des milliers d'autres espèces, mais comme une menace pour d'autres espèces et pour la planète elle-même. Il doit donc être éliminé « pour le bien de l'environnement », du moins pour que seul un nombre relativement restreint continue d'habiter la planète.

La terre a un cancer, et ce cancer, c'est l'homme.

— Club de Rome ; cf. redneckusa.wordpress.com (ajout)

En effet, aujourd'hui, l'homme est de plus en plus considéré comme une plaie qui doit être éradiquée.

On en arrive ainsi à un tournant aux conséquences tragiques dans un long processus historique [où l'homme], après [avoir découvert] l'idée des « droits humains » — comme droits innés de toute personne, antérieurs à toute constitution et à toute législation des Etats — , se retrouve aujourd'hui devant une contradiction surprenante: en un temps où l'on proclame solennellement les droits inviolables de la personne et où l'on affirme publiquement la valeur de la vie, le droit à la vie lui-même est pratiquement dénié et violé, spécialement à ces moments les plus significatifs de l'existence que sont la naissance et la mort... De fait, c'est ce qui se produit aussi dans le cadre politique proprement dit de l'Etat: le droit à la vie originel et inaliénable est discuté ou dénié en se fondant sur un vote parlementaire ou sur la volonté d'une partie — qui peut même être la majorité — de la population. C'est le résultat néfaste d'un relativisme qui règne sans rencontrer d'opposition: le « droit » cesse d'en être un parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne mais qu'on le fait dépendre de la volonté du plus fort. Ainsi la démocratie, en dépit de ses principes, s'achemine vers un totalitarisme caractérisé.

— PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, “L'Evangile de la vie”, n° 18, 20

Le communisme est en fin de compte la somme du marxisme, du darwinisme, de l'athéisme et du matérialisme. C'est-à-dire l'idéologie visant à créer une utopie sur terre pour satisfaire la soif de jouissance et le désir de matérialisme et même d'immortalité de l'homme — un monde sans Dieu... et sans les éléments « les plus fragiles » de la race humaine.

La grande dépopulation

Ainsi, nous repensons à cette autre description que Jésus nous donne de Satan :

Il était homicide dès le commencement et n'était pas établi dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui.

Jean 8: 44

Satan ment pour tuer. A travers le processus historique des quatre derniers siècles, l'humanité n'a cessé de croire aux mensonges, au point où elle n'a plus la « capacité de voir l'essentiel, de voir Dieu et l'homme, ce qui est bon, et ce qui est vrai. » Satan ment dans le but d'attirer les hommes dans son piège et de pouvoir ensuite les détruire. Et l'on peut voir toute la puissance de cette force de mensonge quand l'homme en arrive à embrasser la mort comme solution à tous ses problèmes ! Quand l'homme finit par devenir son propre destructeur !

Il y a quelques années, 18 scientifiques du monde entier publièrent un article prédisant un effondrement planétaire imminent et irréversible provoqué par l'humanité elle-même, en particulier suite à la transformation des paysages naturels en zones agricoles ou urbaines. Leur solution est bien plus étonnante que le problème qui leur avait été soumis :

La société au niveau mondial doit décider collectivement que nous devons réduire radicalement et très rapidement notre population. Nous devons être plus nombreux à nous déplacer vers des zones à plus haute densité afin de permettre à une partie de la planète de se régénérer. Des gens comme nous doivent être forcés d'être matériellement plus pauvres, du moins à court terme. Il nous faut également investir beaucoup plus dans la création de technologies permettant la production et la distribution de nourriture sans dévorer davantage les terres et les espèces sauvages. C'est un défi de taille.

— Arne Mooers, professeur de biodiversité à l'Université Simon Fraser et co-auteur de l'étude: Approaching a state-shift in Earth's biosphere ; TerraDaily, 11 juin 2012 ; cf. Nos civilisations se dirigent vers un effondrement irréversible des écosystèmes terrestres

Un défi de taille — et passablement immoral. Avec tout le sérieux du monde, ils proposent la réduction immédiate de la population humaine, la privation des propriétés privées, le contrôle imposé par l'État de notre richesse et, enfin, l'utilisation de la technologie pour produire massivement des aliments en laboratoires plutôt que dans des champs. Ce n'est rien de moins qu'un condensé de l'Agenda 2030 des Nations Unies. Il s'agit d'un plan avançant sous l'obscure terminologie du « développement durable » dans le but de rassembler l'humanité dans des centres urbains (d'où la désertification croissante de nos campagnes, ndtr), de prendre le contrôle des ressources naturelles, de prendre en charge l'éducation de nos enfants, et finalement le contrôle (et le démantèlement) des religions organisées. Le plan est aujourd'hui bien avancé.

Le Club de Rome, un « groupe de réflexion » mondial préoccupé par la croissance démographique et le déclin des ressources de la planète, a tiré une conclusion effrayante dans son rapport de 1993 :

En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous en sommes arrivés à l'idée selon laquelle la pollution, la menace du réchauffement planétaire, les pénuries d'eau, la famine, etc. seraient des candidats de choix. Tous ces dangers sont causés par une intervention humaine, et ce n'est que par un changement d'attitudes et de comportements que l'on peut les surmonter. Le véritable ennemi est donc l'humanité elle-même.

— Alexander King et Bertrand Schneider. The First Global Revolution, p. 75, 1993

Comment ne pas voir se dérouler devant nos yeux le même schéma que celui ayant émergé à l'époque d'Hitler dans l'Allemagne nazie ? Au siècle dernier, les Juifs furent considérés comme l'ennemi du « Troisième Reich ». Ils furent rassemblés dans des « ghettos » urbains, ce qui facilita ensuite leur extermination.

... On ne peut minimiser alors les scénarios inquiétants pour l'avenir de l'homme ni la puissance des nouveaux instruments dont dispose la « culture de mort ».

— Pape Benoît XVI, Caritas in Veritate, n° 75

Avec la « communauté scientifique » rassemblée derrière eux, les puissants contrôleurs de l'économie et de la politique mondiales, tels que le milliardaire David Rockefeller, voient très certainement se présenter aujourd'hui une « opportunité » inespérée permettant de faire émerger enfin leur « nouvel ordre mondial ».

Le moment actuel représente une opportunité qu'il nous faut saisir, tant que nous en avons encore le temps, pour faire advenir un ordre mondial véritablement pacifique et interdépendant.

— David Rockefeller, lors du dîner annuel des ambassadeurs des Nations Unies, 14 septembre 1994 ; YouTube (04:30) ; pour le discours intégral, voir C-SPAN

Remarquez le calme avec lequel Rockefeller fait l'éloge de la révolution chinoise (1966-1976), qui aurait coûté la vie à près de 80 millions de personnes — soit plus de quatre fois le nombre de morts sous Staline et Hitler réunis :

Quel que soit le coût de la révolution chinoise, elle a vraisemblablement réussi non seulement à produire une administration plus efficace et plus engagée, mais aussi à favoriser un moral élevé et une communauté d'objectifs. L'expérimentation sociale en Chine sous la direction du président Mao est l'une des plus importantes et concluantes de l'histoire humaine.

— David Rockefeller, New York Times, 10 août 1973

Le président Mao Tsé-toung fut le chef du Parti communiste en Chine. Les fruits de son régime ont pu être constatés [jusqu'en 2015] avec l'application brutale de la politique de « l'enfant unique » en Chine. Si les élites mondiales font l'éloge de l' « efficacité » brutale du communisme de Mao et y voient un modèle pour un nouvel ordre mondial, alors les paroles de la Sainte Vierge à Fatima sont sur le point d'atteindre leur plein accomplissement :

Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre [Seconde Guerre mondiale], de la faim et des persécutions contre l'Église et le Saint-Père. Pour empêcher cette guerre, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres [Troisième Guerre mondiale] et des persécutions contre l'Église.

Le Message de Fatima, Vatican.va

Les erreurs de la Russie, c'est-à-dire le matérialisme athée, se répandent aujourd'hui dans le monde entier, produisant une société individualiste ayant [institutionnalisé] la mort comme moyen de résoudre tous ses problèmes.

[Cette culture de la mort] est activement encouragée par de forts courants culturels, économiques et politiques, porteurs d'une certaine conception utilitariste de la société. En envisageant les choses de ce point de vue, on peut, d'une certaine manière, parler d'une guerre des puissants contre les faibles: la vie qui nécessiterait le plus d'accueil, d'amour et de soin est jugée inutile, ou considérée comme un poids insupportable, et elle est donc refusée de multiples façons. Par sa maladie, par son handicap ou, beaucoup plus simplement, par sa présence même, celui qui met en cause le bien-être ou les habitudes de vie de ceux qui sont plus favorisés tend à être considéré comme un ennemi dont il faut se défendre ou qu'il faut éliminer. Il se déchaîne ainsi une sorte de « conspiration contre la vie ». Elle ne concerne pas uniquement les personnes dans leurs rapports individuels, familiaux ou de groupe, mais elle va bien au-delà, jusqu'à ébranler et déformer, au niveau mondial, les relations entre les peuples et entre les Etats..

— PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, “L'Evangile de la vie”, n° 12

Il est assurément regrettable que des mondialistes tels que le prince Phillip, duc d'Édimbourg, déclarent ouvertement :

Si je devais me réincarner, je souhaiterais revenir sur terre en tant que virus tueur pour abaisser les niveaux de population humaine.

— Prince Philip, duc d'Édimbourg, chef du World Wildlife Fund, cité dans « Are You Ready for Our New Age Future? » Insiders Report, American Policy Center, décembre 1995

De même, l'ancien secrétaire d'État américain, Henry Kissinger, déclarait :

Une politique d'antinatalité devrait être la plus haute priorité de la politique américaine envers le tiers-monde.

— National Security Memo 200, 24 avril 1974, « Implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité américaine et les intérêts étrangers »; Groupe spécial du Conseil de sécurité nationale sur la politique de population ; voir Le plan d'extermination des peuples du tiers monde par les états unis et la couronne britannique ?

L'antique pharaon, ressentant comme angoissantes la présence et la multiplication des fils d'Israël, les soumit à toutes les formes d'oppression et il ordonna de faire mourir tout enfant de sexe masculin né des femmes des Hébreux (cf. Ex 1: 7-22). De nombreux puissants de la terre se comportent aujourd'hui de la même manière. Eux aussi ressentent comme angoissant le développement démographique en cours... En conséquence, au lieu de vouloir affronter et résoudre ces graves problèmes dans le respect de la dignité des personnes et des familles, ainsi que du droit inviolable de tout homme à la vie, ils préfèrent promouvoir et imposer par tous les moyens [un programme massif de contrôle] des naissances.

— PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, “L'Evangile de la vie”, n° 16

Qu'il s'agisse de vaccins au mercure ou à l'aluminium, d'avortement, [d'euthanasie], de stérilisation forcée ou de contraception, l'abattage de la race humaine a commencé. Des dizaines de millions de personnes qui devraient être sur terre aujourd'hui ne le sont plus en raison des seuls avortements ; combien d'autres millions ont été éliminés par la contraception ? Cependant, lorsque la vie humaine est considérée comme superflue et de peu de valeur, il existe d'autres méthodes telles que les épidémies, la famine et la guerre par lesquelles il est possible de réduire plus rapidement les populations...

Le suicide de la race humaine sera compris par ceux qui verront la terre peuplée de personnes âgées et dépeuplées de ses enfants : brûlée comme un désert.

— Saint Padre Pio de Pietrelcina, conversation avec le Père Pellegrino Funicelli

Le voleur dans la nuit

Ce sont des perspectives horribles et des réalités troublantes. Certains vont m'accuser d'être un « prophète de malheurs ». Pourtant, ne suis-je pas en train de dire ce que les papes eux-mêmes n'ont cessé de dire avant moi ? Dans la vision des trois voyants de Fatima, ceux-ci ont vu un ange survolant la terre avec une épée de feu. Dans son commentaire sur cette vision, le cardinal Ratzinger déclarait :

L'ange avec l'épée de feu à la gauche de la Mère de Dieu rappelle des images analogues de l'Apocalypse. Il représente la menace du jugement, qui plane sur le monde. La perspective que le monde pourrait être englouti dans une mer de flammes n'apparaît absolument plus aujourd'hui comme une pure fantaisie: l'homme lui-même a préparé l'épée de feu avec ses inventions.

Le Message de Fatima, Vatican.va

Plus tard, après son élection à la papauté, il déclara :

Aujourd'hui, l'humanité traverse malheureusement de grandes divisions et des conflits aigus qui recouvrent de sombres nuages son avenir... le danger d'une augmentation du nombre de pays possédant des armes nucléaires provoque une appréhension légitime chez toute personne responsable.

— PAPE BENOÎT XVI, 11 décembre 2007 ; États-Unis aujourd'hui

En des termes laissant peu de place au malentendu, les « puissants de la terre » affirment que la population mondiale doit être réduite, et vite. « Nous devons sauver la planète », disent-ils, et dans le même souffle, « ... la planète ne peut plus contenir la population humaine. » Cependant, la réalité démontre que le monde produit actuellement suffisamment de nourriture pour nourrir 12 milliards de personnes. [4] De plus, l'ensemble de la population mondiale, debout côte à côte, pourrait tenir dans le seul État de Los Angeles, en Californie. [5] Ni l'espace ni les ressources ne sont en cause ici, mais le refus des riches nations occidentales de placer la personne humaine au centre du développement, au lieu du profit. Ce fut le thème de la lettre encyclique du Pape Benoît XVI, L'amour dans la vérité :

... sans l'orientation de l'amour dans la vérité, cet élan planétaire risque de provoquer des dommages inconnus jusqu'alors ainsi que de nouvelles fractures au sein de la famille humaine... l'humanité court de nouveaux périls d'asservissement et de manipulation...

— PAPE BENOÎT XVI, Caritas in Veritate , n° 33, 26

Mais nous ne sommes pas arrivés à cette sombre époque par hasard. Depuis quatre siècles, la Sainte Vierge apparaît dans le monde entier, plus particulièrement à une époque où les principales philosophies commencent à vouloir éloigner l'humanité de Dieu et ainsi éloigner l'homme de lui-même. De fait, nous pouvons maintenant voir avec le recul que la fin des temps est véritablement une période où l'homme lui-même essaie de se faire l'égal de Dieu, tout comme au temps du Jardin d'Eden. [6]

Cependant, la tentative de l'homme de construire une nouvelle tour de Babel échouera, et les Écritures nous disent que l'humanité finira par se laisser asservir par l'ennemi lui-même, par le biais de l'Antéchrist. Tel a été le plan de Satan depuis le début : provoquer la destruction de la plus grande partie de l'humanité grâce aux progrès technologiques qui auront comme ultime conséquence de détruire la création.

Il existe certains rapports selon lesquels certains pays auraient essayé de mettre au point quelque chose comme le Virus Ebola, et cela serait un phénomène pour le moins dangereux... Certains scientifiques dans leurs laboratoires tentent de concevoir certains types d'agents pathogènes qui seraient dirigées contre un groupe ethnique précis de sorte qu'ils pourraient éliminer uniquement certains groupes ethniques et certaines races ; et d'autres préparent certains types d'ingénierie, certains types d'insectes qui peuvent détruire des cultures spécifiques. D'autres s'engagent même dans un terrorisme de type écologique par lequel ils parviendraient à altérer le climat, déclencher des séismes ou des volcans à distance au moyen d'ondes électromagnétiques.

— Secrétaire à la Défense, William S. Cohen ; 28 avril 1997, 8:45 – Département de la Défense ; www.defense.gov

Ici, nous avons une déclaration provenant d'un haut fonctionnaire du gouvernement et qui n'est rien d'autre que la description des sceaux du livre de l'Apocalypse (Ap 6: 3-17). Et cependant, cela ne tient pas compte de la destruction qui se produit déjà à travers les manipulations génétiques, les produits chimiques dans nos aliments, dans l'eau et dans les "médicaments", sans parler du bricolage dont fait l'objet l'ADN humain.

Les nouveaux messianistes, en cherchant à transformer l'humanité en une entité collective déconnectée de son Créateur, entraîneront sans le savoir la destruction de la majeure partie de l'humanité. Ils déclencheront des horreurs sans précédent : famines, épidémies, guerres et, finalement, la Justice divine. Au début, ils utiliseront la coercition afin de réduire davantage la population, ensuite si cela échoue, ils utiliseront la force.

— Michael D. O'Brien, Globalization and the New World Order, 17 mars 2009 ; studiobrien.com (archive)

La Femme écrasera sa tête

À la fin, en effet, les Saintes Écritures nous disent que seul un reste entrera dans l'Ère de Paix.

Il arrivera dans tout le pays – oracle du Seigneur – que deux tiers en seront retranchés, périront, et que l'autre tiers y restera. Je ferai passer ce tiers par le feu ; je l'épurerai comme on épure l'argent, je l'éprouverai comme on éprouve l'or. Lui, il invoquera mon nom, et moi, je lui répondrai. Je dirai : « C'est mon peuple ! », et lui, il dira : « Le Seigneur est mon Dieu ! »

Za 13: 8-9

Ceci a été confirmé dans une prophétie moderne ayant reçu l'approbation officielle de l'Église. Notre Dame d'Akita semble décrire un événement dans lequel Dieu intervient pour mettre un terme à ces expérimentations désastreuses avec les ressources de la planète et la vie humaine elle-même.

Comme Je vous l'ai dit, si les hommes ne se repentent pas et ne s'amendent pas par eux-mêmes, le Père infligera un châtiment terrible à toute l'humanité. Ce sera un châtiment plus grand que le déluge, comme on n'aura jamais vu avant. Un feu tombera du ciel et va faire disparaître une grande partie de l'humanité, les bons comme les mauvais, n'épargnant ni les prêtres ni les fidèles.

— Message de la Sainte Vierge, Akita, Japon, 13 octobre 1973 ; message reconnu comme digne de foi par le Cardinal Joseph Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI) alors qu'il était chef de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi

Frères et sœurs, beaucoup d'entre vous seront sans doute troublés par ce qui vient d'être dit, à juste titre.

Le Ciel nous envoie la Sainte Vierge depuis des siècles afin de nous exhorter à nous éloigner de ce précipice impie sur lequel nous nous tenons aujourd'hui. Les papes eux-mêmes ne pouvaient pas être plus clairs. Et pourtant, parlant de cette « confrontation finale », Jean-Paul II a également ajouté que cette épreuve « se situe dans les limites imposées par les desseins de la Divine Providence ». Dieu permettra ces choses afin d'amener la purification du monde et l'entrée de Son Peuple dans l'Ère de Paix.

Les plus remarquables des prophéties portant sur les "derniers temps" semblent avoir un but commun : annoncer de grandes calamités qui menacent l'humanité, le triomphe de l'Église, et la restauration du monde.

— Catholic Encyclopedia, Prophecy, newadvent.org

Comme nous le disent les Saintes Écritures, les aspirations sataniques des puissants de ce monde prendront fin d'une façon soudaine et la connaissance de Jésus se répandra ensuite dans le monde entier. Osons espérer en ce qui nous attend au-delà des présentes douleurs de l'enfantement.

Malheur à qui amasse un profit malhonnête pour sa maison, et cherche ainsi à établir son nid sur les hauteurs pour le mettre à l'abri de tout malheur. Oui, c'est le déshonneur de ton propre royaume que tu as préparé. En détruisant de nombreux peuples, tu t'es fait du tort à toi-même. Car, du sein des murailles, les pierres vont crier ; de la charpente, les poutres leur feront écho. Malheur aux violents. Malheur à qui bâtit la ville en répandant le sang, à qui fonde la cité sur le crime !

Hab 2: 9-14

Les méchants seront déracinés, mais qui espère le Seigneur possédera la terre. Encore un peu de temps et il n'y aura plus d'impie... Les doux posséderont la terre et jouiront d'une abondante paix.

Ps 36 (37): 9-11

Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. [De sa] parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant... Le loup habitera avec l'agneau... Il n'y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Isaïe 11: 4-9

[L'Occident] va descendre jusqu'au fond de l'abîme, jusqu'au point où l'on ne verra plus aucune solution humaine de relèvement... [Il] ne restera pas longtemps dans cette extrémité. [Il] sera sauvé, mais ni par les armes, ni par le génie des hommes, parce qu'il ne leur restera plus aucun moyen humain… [Il] sera sauvé, car le Bon Dieu interviendra par la Sainte Vierge. C'est Elle qui sauvera [...] le monde…

Pour que [l'Occident] se redresse spirituellement et moralement, il faut qu'[il] touche le fond. Le renouveau viendra du Ciel, il sera extraordinaire... Vous n'imaginez pas jusqu'où l'on descendra ! Mais le renouveau [qui commencera par la France] sera extraordinaire, comme une balle qui rebondit ! Non, cela rebondira beaucoup plus vite et beaucoup plus haut qu'une balle !

Je joue avec les projets des hommes ; ma main droite prépare des miracles et mon nom sera glorifié dans le monde entier. Plus la terre sera hostile à tout ce qui est surnaturel, plus Je me complairai à briser l'orgueil des impies, le fait en sera autant plus admirable et extraordinaire... On reconnaîtra que ni le pouvoir humain, ni les démons, ni le génie de l'industrie ne mettront fin à la guerre, mais celle-ci ne se terminera que lorsque la réparation sera consommée. Prends courage ! Car le royaume de Dieu approche. Il commencera par quelque chose d'aussi soudain qu'inespéré.

— Marthe Robin, Prophéties pour la France ; cf. Vie, paroles et prophéties de Marthe Robin (ajout)

Mark Mallett
The Great Culling


[1] cf. Two More Days
[2] cf. My People are Perishing
[3] Jean 8: 44 ; cf. A Woman and a Dragon
[4] cf. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture ; « Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le monde produit déjà suffisamment de nourriture pour nourrir chaque enfant, femme et homme et pourrait nourrir 12 milliards de personnes, soit le double de la population mondiale actuelle. » — Jean Ziegler, Conseil des droits de l'homme des Nations unies, 10 janvier 2008 ; cf. lecho.be
[5] cf. National Geographic, 30 octobre 2011
[6] cf. Back to Eden ?

Cet article m'inspire ...


de la joie
3


de l'encouragement
19


de la perplexité
0


de la tristesse
6


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Extrait de Père Michel Rodrigue - Après l'avertissement et la troisième guerre mondiale

"Le Père m'a dit que par la prière, la guerre pouvait être diminuée mais non évitée. La guerre était censée avoir déjà commencé en 2019, mais elle a été reportée par la prière, par le Rosaire. C'est important parce que les prières des gens ont été entendues. Au début de 2019, lorsque j'ai voyagé aux États-Unis pour donner des conférences dans sept églises du Michigan et de New York, beaucoup de gens sont venus. Nous avons prié la Vierge Marie d'arrêter la guerre, la guerre nucléaire, et je les ai informés de leur président.

Je leur ai dit: «Vous savez. Ce président n'est pas un saint », et ils ont ri. «Mais le gouvernement mondial ne sait pas quoi faire de lui parce qu'un jour il danse sur une jambe. Le lendemain, il danse sur l'autre jambe. [Trump] contrecarre tous les projets [des mondialistes]. Ils n'arrivent pas à le contrôler. C'est pourquoi ce gars est une réelle menace pour eux.

Ce que je peux dire sur le président Trump, c'est seulement ce que le père m'a dit. Il a dit: «Celui-ci, je l'ai choisi. Ils ne peuvent pas le contrôler. » Il n'a pas dit qu'il était un saint. Il n'a jamais dit ça. «Ils ne peuvent pas le contrôler. Ils ne savent pas sur quel pied il danse. » Voici ce qu'Il a dit. "Pour cette raison, ils n'ont pas pu accomplir leur programme." Le Père a dit que Trump avait été élu à cause de son ange qui avait modifié le vote. Il a été choisi parce que le Seigneur connaît son tempérament, son talent, ses actions et sa volonté. Il a été choisi pour faire barrage au gouvernement mondial. C'est important parce que s'il n'était pas là, je peux vous assurer que le Gouvernement Mondial Unique, qui est l'œuvre de Satan, serait déjà en place..

J'ai dit aux Américains: «Parfois, Trump agit d'une manière que personne ne peut comprendre. Mais je vous assure que vous êtes béni de l'avoir, vous devez donc prier pour lui. Vous devez maintenant prier pour votre président car il sera en grand danger. Ils essaieront de le tuer. » Ils se sont agenouillés et ont tous prié le chapelet. Un groupe d'entre eux s'est engagé à prier pour le Président chaque jour, et quand j'étais dans une chapelle récemment, le Seigneur m'a dit: «Michel, j'ai entendu les prières de mon peuple aux États-Unis. Il devait y avoir une tentative d'assassinat il y a huit mois. Ils n'ont pas réussi. Il a été protégé à cause du Rosaire. » Plus tard, j'ai reçu un autre signe. Encore une fois, le Seigneur a demandé que nous priions pour cet homme car ils essaieront à nouveau de le tuer. » Nous devons prier. Nous devons prier le Rosaire [pour Donald Trump]. "

Source : countdowntothekingdom.com

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 2 + 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La grande dépopulation.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 2 + 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Cardinal Raymond Burke : Cette façon de jouer avec la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l’Église, est un scandale

vendredi 6 avril 2018   4 commentaires   partager

A la veille d'un symposium qui se tiendra demain à Rome, le Cardinal Raymond Burke a répondu aux questions de Riccardo Cascioli pour La Bussola.

Le Cardinal Burke sera l'un des principaux orateurs de la conférence du 7 avril 2018 qui, au nom du Cardinal Caffarra, s'interrogera sur l'orientation de l'Eglise.

Extrait :

"[…] Ce qui s'est passé avec la dernière interview donnée à Eugenio Scalfari pendant la Semaine Sainte et rendue publique le Jeudi Saint est allé au-delà du tolérable. Qu'un athée notoire prétende annoncer une révolution dans l'enseignement de l'Église catholique, considérant qu'il parle au nom du Pape, niant l'immortalité de l'âme humaine et l'existence de l'enfer, a été source de profond scandale non seulement pour beaucoup de catholiques mais aussi pour beaucoup de laïcs qui respectent l'Église catholique et ses enseignements, même s'ils ne les partagent pas.

Lire la suite

La grande Moisson

Mark Mallett   samedi 25 mai 2019   2 commentaires   partager

... voici que Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé... (Luc 22: 31)

Partout où je vais, je le vois ; je le lis dans vos courriers ; et je le vis dans mon propre quotidien : un esprit de division est à l'oeuvre dans le monde, qui tente de déchirer les familles et les relations entre les hommes comme jamais auparavant.

Lire la suite

La Prophétie à Rome - Partie 5

Mark Mallett   mercredi 7 février 2018   1 commentaire   partager

Dans cet épisode, Mark Mallett explique les mots difficiles de Jésus, qui nous parle de bouleversements et d'une purification qui arrivent dans le monde et dans l'Eglise, en analysant cette prophétie à la lumière des avertissements des derniers Papes pour notre temps.

Les événements qui se déroulent dans le monde, devant nos yeux, semblent être l'accomplissement de nombreuses prophéties — y compris celle donnée en 1975 devant le Pape Paul VI. Dans la cinquième partie de la Prophétie donnée à Rome par Ralph Martin, Jésus nous dit qu'Il nous conduira dans le désert… un lieu de tentation, d'épreuve, et de purification. Mark explique à quel moment l'Eglise est entrée dans ce temps d'épreuve et comment elle a été amenée, ainsi que le monde dans son ensemble, vers la Puissante Tempête de notre temps, se déployant devant nos yeux.

Lire la suite