La Goélette Noire


Commentaires (2)

Publié le mercredi 12 juin 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Nombre de consultations : 1.597

C'était un songe dans lequel je vis l'Antéchrist. Cela m'est arrivé au début de mon ministère en 1994.

J'étais en retraite avec d'autres chrétiens lorsqu'un groupe de jeunes entra de façon soudaine dans la pièce. Ils avaient dans la vingtaine, hommes et femmes, tous très séduisants. Il me paraissait clair qu'ils étaient en train de prendre discrètement le contrôle de cette maison de retraite. Je me souviens que nous avions dû défiler l'un après l'autre devant eux en pasant par la cuisine. Ils souriaient, mais leurs yeux étaient froids. Il y avait une sombre malice dissimulée sous leurs beaux visages, plus tangible que visible.

Première publication le 28 novembre 2018, mise à jour le 12 juin 2019

La chose suivante dont je me souviens (il me semble que la partie centrale du rêve ait été supprimée, ou que, par la grâce de Dieu, je ne m'en souvienne pas), je me suis retrouvé en train de sortir d'un lieu de confinement à l'écart des autres. On m'emmenait dans une salle blanche très semblable à un laboratoire clinique, éclairée de lumières fluorescentes. Dans cette salle, je trouvai mon épouse et mes enfants drogués, émaciés et maltraités.

A mon réveil, j'ai ressenti — et j'ignore comment je le sais — j'ai ressenti l'esprit de "l'Antichrist" dans ma chambre. La présence maléfique était si accablante, si horrible, si "incarnée" que je commençai à sangloter : « Seigneur, ce n'est pas possible. ce n'est pas possible ! Non, Seigneur... » Jamais auparavant ni depuis lors, je n'ai expérimenté une malice aussi absolue. Je suis sorti de ce songe avec la certitude que cet esprit maléfique était soit déjà présent, soit en train de venir sur la terre...

Mon épouse se réveilla et, entendant ma détresse, menaça l'esprit et la paix commença à revenir.

Ce n'est que rétrospectivement et progressivement que la signification des différents aspects de ce rêve prophétique devient plus claire.

Les visages attrayants symbolisent le relativisme moral, voilés par des termes tels que "tolérance", "égalité des sexes" et "nouveaux droits". En apparence, ces visages semblent raisonnables, justes et attrayants ... mais en réalité, ils sapent la loi morale et naturelle. En apparence, ils semblent compatissants et désintéressés, mais au-dessous, ils sont intolérants et narcissiques. À la surface, ils parlent d'unité et de paix, mais en vérité, leurs paroles et leurs actions fomentent l'inégalité et la division. Ils sont, en un mot, les visages de l'impiété. Le fait qu'ils prennent le contrôle de ce "centre de retraite" symbolise l'apparition d'une nouvelle "religion" supplantant la vraie foi et réduisant au silence ceux qui s'opposent à leur programme (symbolisé par mon isolement à l'écart des autres, dans ce rêve).

Le Nouvel Âge qui s'annonce sera peuplé d'être parfaits, androgynes, maîtrisant entièrement les lois cosmiques de la nature. Dans ce scénario, le christianisme doit disparaître pour faire place à une religion globale et à un nouvel ordre mondial.

Jésus-Christ, le porteur d'eau vive, n° 4, Conseil Pontifical de la Culture et pour le dialogue interreligieux

Le fait que nous ayons dû défiler devant ces jeunes gens en passant par la « cuisine » indique qu'ils avaient pris le contrôle des besoins fondamentaux de la vie humaine. La « drogue » et la lumière artificielle suggèrent peut-être le moment où émergera cette ère totalitaire. En effet, nous assistons au grand empoisonnement de la planète à un rythme sans précédent et exponentiel — et cela se produit au moment même où les ampoules à incandescence sont progressivement supprimées pour être remplacées par des lampes à LED (qui elles-mêmes ont des effets discutables sur la santé).

Trois Papes : un signal d'alarme

Quelques années avant sa renonciation, Benoît XVI fit remarquer que...

... on fait d'une religion négative et abstraite un critère tyrannique auquel chacun doit se plier.

— PAPE BENOIT XVI, Lumière du monde, Un entretien avec Peter Seewald, bayard, p. 78

C'est essentiellement une...

... dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs... Posséder une foi claire, selon le Credo de l'Eglise, est souvent défini comme du fondamentalisme. Tandis que le relativisme, c'est-à-dire se laisser entraîner "à tout vent de la doctrine", apparaît comme l'unique attitude à la hauteur de l'époque actuelle.

—Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI) Homélie pré-conclave, 18 avril 2005, Vatican.va

Le mot « dictature » convient parfaitement ici car, même si notre société se présente comme plus ouverte et plus tolérante, elle est en train de sombrer dans la tyrannie. Saint Jean-Paul II fut le premier à nous avertir du danger que représentent ces idéologues qui imposent de plus en plus leurs opinions à l'âme des nations.

C'est le résultat néfaste d'un relativisme qui règne sans rencontrer d'opposition: le « droit » cesse d'en être un parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne mais qu'on le fait dépendre de la volonté du plus fort. Ainsi la démocratie, en dépit de ses principes, s'achemine vers un totalitarisme caractérisé.

—PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, “L'Évangile de la vie” , n. 18, 20

Comme pour nous donner un indice quant à la proximité de notre époque face à ces événements dramatiques dont parlent les Écritures en se référant à la fin d'une ère et au long règne de Satan, Jean-Paul II a comparé directement notre époque à l'Apocalypse de saint Jean :

Cette lutte est en corrélation avec le combat apocalyptique décrit dans (Ap 11: 19-12: 1-6). Les luttes de la mort contre la vie : une « culture de mort » cherche à s'imposer à notre désir de vivre et de vivre pleinement... De vastes secteurs de la société ne sont plus capables de discerner ce qui est bien de ce qui est mal, et sont à la merci de ceux qui ont le pouvoir de "créer" l'opinion et de l'imposer aux autres... Le « dragon » (Ap 12: 3), le « prince de ce monde » (Jn 12: 31) et le « père du mensonge » (Jn 8: 44) tente sans relâche d'éradiquer du coeur humain le sens de la gratitude et du respect pour le don extraordinaire, authentique et fondamental de Dieu : la vie humaine elle-même. Aujourd'hui, cette lutte est devenue de plus en plus ouverte.

—Pape Jean Paul II, Homélie au Parc d'État de Cherry Creek, Denver, Colorado, 15 août 1993 ; vatican.va

Le Pape Benoît XVI a également tracé une ligne droite entre Apocalypse 12 et notre époque :

Cette lutte dans laquelle nous nous trouvons [contre]... des pouvoirs qui détruisent le monde, est évoquée par l'Apocalypse au chapitre 12... Il est dit que le dragon vomit un grand fleuve d'eau contre la femme en fuite pour l'entraîner dans ses flots... Je pense que le fleuve peut être facilement interprété: ce sont ces courants qui dominent tout et qui veulent faire disparaître la foi de l'Eglise, qui ne semble plus avoir de place face à la force de ces courants qui s'imposent comme la seule [façon de penser], comme la seule manière de vivre.

—Pape Benoît XVI, assemblée spéciale du synode des évêques pour le Moyen-Orient, 11 octobre 2010, Vatican.va

Alors qu'il était encore cardinal, Benoît XVI observa comment la technologie avait ouvert la voie au totalitarisme et à ce que l'on peut à juste titre qualifier de « grand enfermement (à la manière du bétail dans un enclos) de l'humanité ».

C'est ainsi que notre époque a vu naître les systèmes totalitaires et des formes de tyrannie qui n'eussent pas été possibles à l'époque antérieure à l'essor technologique... Aujourd'hui le contrôle peut s'insinuer jusqu'à l'intérieur des individus...

—Instruction sur la liberté chrétienne et Libération, n° 14; vatican.va

En effet, les tentatives [politiques] de se débarrasser de [l'influence spirituelle de] l'Église sont inquiétantes, dit Benoît XVI, mais c'est « l'avenir du monde [qui] est en jeu » [1]. Le Pape François explique pourquoi :

François d'Assise nous dit : travaillez pour construire la paix ! Mais il n'y a pas de véritable paix sans vérité ! La paix ne peut pas être véritable si chacun est la mesure de lui-même, si chacun peut revendiquer toujours et seulement son droit personnel, sans avoir le souci en même temps du bien des autres, de tous, à partir de la nature qui unit chaque être humain sur cette terre.

—PAPE FRANCOIS, Discours au corps diplomatique du Vatican, 22 mars 2013 ; Vatican.va

Notre monde est devenu comme un astronaute détaché de son harnais de sécurité, désorienté et allant à la dérive dans des ténèbres toujours plus profondes. Le monde ne reconnaît presque plus aucun absolu moral. La vie humaine est devenue, comme le dit François, « jetable » ; ce qui est vrai est devenu faux et vice versa — et il est exigé de tous d'adhérer à ces nouvelles définitions du mariage, de la sexualité, de qui est digne de vivre et de qui ne l'est pas, et à l'homogénéisation des cultures.

Il ne s'agissait certainement pas d'une belle mondialisation qui s'exprime dans l'unité de toutes les nations, qui conservent cependant leurs usages [propres], [mais plutôt de] la mondialisation de l'uniformité hégémonique, [c'est] la pensée unique, fruit de la mondanité.

—PAPE FRANCOIS, Homélie, 18 novembre 2013 ; Vatican.va

Il y a ainsi très peu de paix dans notre monde parce que nous avons massivement rejeté la vérité. En effet, le Pape François a déclaré de façon surprenante que nous sommes déjà entrés dans la troisième guerre mondiale.

L'humanité a besoin de pleurer... Aujourd'hui encore, après le deuxième échec d'une autre guerre mondiale, on peut, peut-être, parler d'une troisième guerre mondiale combattue « par morceaux », avec des crimes, des massacres, des destructions...

—PAPE FRANCOIS, commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale; Slovénie, Italie; 13 septembre 2014, Vatican.va

C'est pourquoi, selon moi, les sceaux de l'Apocalypse ne sont pas vraiment le châtiment de Dieu, mais l'homme récoltant la pleine moisson de sa rébellion. [2] Par conséquent, le nationalisme est en plein essor sous des formes extrêmes et [par endroits] violentes à mesure que toutes les formes du narcissisme, de l'égocentrisme et de la volonté de s'auto-préservater au dépend du reste du monde se manifestent chez les individus. Il est presque impossible d'imaginer une autre génération que la nôtre qui puisse mieux correspondre à la description que fait saint Paul de l'humanité à la "fin des temps" :

... dans les derniers jours surviendront des moments difficiles. En effet, les gens seront égoïstes, cupides, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, révoltés contre leurs parents [et contre toute forme d'autorité], ingrats, sacrilèges, sans coeur, implacables, médisants, incapables de se maîtriser, intraitables, ennemis du bien, traîtres, emportés, aveuglés par l'orgueil, amis du plaisir plutôt que de Dieu.

2 Timothée 3: 1-4

Tout cela ne fait que préparer le monde soit à un réveil collectif et à un retour à Dieu... soit à une imposture massive qui nous contraindra à faire appel à des "solutions" sataniques pour résoudre les problèmes de l'humanité. Étant donné que nous ne voyons pas actuellement le monde se tourner vers le Christ pour le sortir de ses malheurs, et qu'en fait il rejette Notre Seigneur à travers le rejet de Son Église, la deuxième hypothèse semble la plus probable.

La haine de ses frères fait place ensuite à l'Antichrist ; car le diable commence par préparer les divisions dans les peuples pour être lui-même, à sa venue, bien accueilli...

—Saint Cyril de Jérusalem, Docteur de l'Église, (c. 315-386), Les Catéchèses baptismales et mystagogiques, trad . de Jean Bouvet, intro., anno. Par A.G. Hamman, « les Pères dans la Foi », Migne, Paris, Diffusion Brépols, 1993

Le « Fils de perdition » arrivera alors pour nous apporter...

... une imposture religieuse offrant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité. L'imposture religieuse suprême est celle de l'Anti-Christ...

—Catéchisme de l'Église Catholique, n. 675

Oui, c'est la cargaison de la Goélette Noire qui navigue jusqu'à ce jour presque sans bruit, furtivement aux côtés de la barque de Pierre. Son credo, imprimé sur son drapeau noir, est le mot "Tolérance". En comparaison, la Barque de Pierre fait grand bruit, un bruit joyeux, tout en passant au travers des vagues violentes qui l'assaillent constamment. Imprimé sur son drapeau blanc, déchiré en lambeaux, est le mot "Vérité". L'Esprit Saint souffle dans ses voiles, la transportant au-delà d'horizons inaccessibles... mais la Goélette Noire est quant à elle propulsée par le souffle chaud de Satan — des mensonges sataniques qui se présentent sous les apparences d'une douce brise (prenant leur source dans la période des Lumières), mais ayant en réalité la puissance d'un tourbillon...

Voici donc la stratégie de chacun de ces deux navires naviguant côte-à-côte :

• Le Seigneur est le berger unique d'un seul troupeau [constitué d'hommes et de femmes riches de leurs complémentarités, ndt] ; Satan prévoit d'être à la tête d'un peuple homogène et androgyne.

• Le Seigneur va apporter l'unité dans le respect de la diversité des peuples ; Satan cherche à détruire la diversité pour créer l'uniformité.

• le Seigneur prépare une « ère de paix » ; Satan prévoit un « âge du Verseau. » (cf. New Age)

• Le Seigneur accomplira cela en purifiant la conscience de Son peuple ; Satan promet de conduire l'humanité vers un « état de conscience supérieur ou altéré. » (on peut aussi voir poindre les dangers de la réalité virtuelle ou augmentée, ndt)

• Le Seigneur sera vénéré d'un océan à l'autre dans une nouvelle ère de paix ; Satan forcera les nations à adorer la Bête dans un nouvel ordre mondial.

Bien sûr, je dis que Satan "prévoit", mais uniquement dans les limites qui lui sont imposées par Dieu.

Même les démons sont surveillés par les bons anges au risque qu'ils ne provoquent autant de dommages qu'ils le voudraient. D'une manière semblable, l'Antichrist ne causera pas autant de dommages que ceux qu'il souhaiterait.

—St Thomas d'Aquin, Summa Theologica, Part I, Q.113, Art. 4

La Grande imposture

Chers lecteurs, Satan a eu des milliers d'années pour étudier les comportements humains. C'est la raison pour laquelle le Christ a pu facilement nous prédire et nous annoncer à quoi ressembleraient ces temps, notre époque, environ 2000 ans plus tard. C'est une Grande imposture que le démon nous prépare depuis le Jardin d'Eden. Il s'agit au fond de la tentation ancestrale pour l'homme de devenir son propre dieu.

Je crois que Robert Hugh Benson l'a écrit il y a plus d'un siècle dans son roman « Le Maître de la Terre ». Il a vu venir une entreprise de séduction qui serait si douce, si attrayante, que même une partie des élus serait trompée. Le monde, ébranlé par la guerre nucléaire, les catastrophes naturelles, l'effondrement économique et le chaos général, refusera-t-il celui qui se présentera et semblera mettre un terme à tous ces désordres [qu'il aura lui-même provoqués] ? Ce pourrait bien être le cas, selon le scénario anticipatif de Benson...

... la réconciliation du monde entier sur des bases autre que celles de la Vérité divine. L'intention de Dieu et de Ses vicaires avait été de réconcilier tous les hommes en Jésus-Christ : mais la pierre d'angle, une fois de plus, avait été rejetée et, au lieu du chaos que l'on avait prophétisé, voici que se formait une unité sans équivalent dans l'histoire. Chose d'autant plus dangereuse qu'elle contenait plus d'éléments incontestablement bons. Ainsi la guerre, suivant toute apparence, était désormais éteinte et ce n'était point le christianisme qui l'avait éteinte ; les hommes avaient compris que l'union valait mieux que la discorde et c'est en dehors de l'Église qu'ils l'avaient compris... La philanthropie avait pris la place de la charité, le contentement celle de l'espérance et la science s'était substituée à la foi.

Le Maître de la Terre, Robert Hugh Benson, 1907, Pierre Téqui édiep. 166, 167

Comment cela ne pourrait-il pas être un "bien" [pour l'humanité] ? La réponse a été donnée par le Pape François : il n'y a pas de véritable paix sans vérité ! C'est-à-dire que ce sera une fausse paix qui ne pourra pas durer, fondée sur les sables mouvants du relativisme moral. Car nous trouvons toujours caché dans la semence du mensonge le noyau de la mort.

Quand les gens diront : « Quelle paix ! Quelle tranquillité ! », c'est alors que, tout à coup, la catastrophe s'abattra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte : ils ne pourront pas y échapper.

1 Thess 5: 3

Un lecteur français, observant les événements qui se déroulèrent en janvier 2015 à Paris, a commenté la scène des dirigeants mondiaux unissant leurs bras en signe de solidarité contre le terrorisme.

Que quelque chose de considérable se déroule ici est évident du simple fait que tant de chefs d'États convergent en ce moment vers Paris pour défendre... euh, quoi au juste ? Un humanisme laïc bancal et creux autant que je puisse le voir (et qui se montre volontairement aveugle quant au bourbier dans lequel la laïcité a plongé la société occidentale), basé sur des discours vides de sens relatifs aux « valeurs sacrées de la République » - un langage codé faisant référence aux 'Lumières'.

—Un lecteur parisien

Oui, n'oublions pas que beaucoup de ces dirigeants politiques qui disent non à la violence islamique sont les mêmes que ceux qui disent oui à l'avortement, à l'euthanasie, au suicide assisté, à l'éducation sexuelle explicite, (à la destruction de notre culture, de notre histoire, de notre civilisation, ndt) aux formes alternatives de mariage, à l'ouverture des frontières (quelle ironie !), et à la "guerre juste" au nom "d'intérêts nationaux" (par exemple le pétrole). Non pas que cet acte de courage public soit dénué de mérite. Mais quand nous nous montrons solidaires les uns des autres tout en nous tenant debout sur des sables mouvants, nous avons clairement commencé à monter à bord de la Goélette Noire.

Le Nouvel Âge partage avec un certain nombre de groupes influents au plan international l'objectif de supplanter ou de dépasser les religions particulières pour faire place à une religion universelle capable d'unifier l'humanité. Dans cette même perspective, il faut signaler l'effort très concerté, de la part de certaines institutions, pour formuler une éthique globale.

Jésus-Christ, le porteur d'eau vive, n° 2.5, Conseil Pontifical de la Culture et pour le dialogue interreligieux

Ajout de Pierre et les Loups :

« On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec le catholicisme. » [Citant la pensée d'Edgar Quinet qu'il fait pour ainsi dire sienne, Vincent Peillon ajoute :] « La Révolution française a échoué parce qu'on ne peut pas faire simplement une révolution dans la matière. Il faut la faire dans les esprits. Or, on a fait la révolution essentiellement politique mais pas la révolution morale et spirituelle. On a laissé le moral et le spirituel à l'Eglise catholique. Il faut remplacer cela. Et l'échec de 1848 où l'Eglise catholique, les prêtres sont venus bénir les arbres de la liberté des révolutionnaires, c'est la preuve qu'on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. »

–Vincent Peillon, La Révolution française n'est pas terminée, 2008 ; famillechretienne.fr, voir la vidéo ici

En septembre 2012, Vincent Peillon déclarait également :

« Le but de la morale laïque est de permettre à chaque élève de s'émanciper, car le point de départ de la laïcité c'est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après [qu'il ait été endoctriné par la République] faire un choix ». (L'Express)

Le texte est, en tout cas, emblématique de ceux qui dirigent aujourd'hui la France, fille aînée de l'Église. En effet il s'agit ni plus ni moins, dans l'esprit de ceux qui nous gouvernent, que de singer la religion chrétienne, qui, dans le prolongement de l'Ancien Testament, est à la base de la civilisation judéo-chrétienne et de ses valeurs de liberté, et de la remplacer par une religion nouvelle, laïque et obligatoire. (source : contrepoints.org)

« La révolution française est l'irruption dans le temps de quelque chose qui n'appartient pas au temps, c'est un commencement absolu, c'est la présence et l'incarnation d'un sens, d'une régénération et d'une expiation du peuple français. 1789, l'année sans pareille, est celle de l'engendrement par un brusque saut de l'histoire d'un homme nouveau. La révolution est un événement méta-historique, c'est-à-dire un événement religieux. La révolution implique l'oubli total de ce qui précède la révolution. Et donc l'école a un rôle fondamental, puisque l'école doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l'élever jusqu'à devenir citoyen. Et c'est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l'école et par l'école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi. »

—Vincent Peillon ; 24 mai 2013 libertepolitique.com

Si nous faisons attention à l'évolution de l'enseignement (une nécessité absolue si nous sommes parents !), à ce qui est enseigné à nos enfants dans les écoles (notamment par le biais de lobbies LGBT ou des plannings familiaux venant de l'extérieur parler dans les classes pour encourager les jeunes à la pratique homosexuelle et à l'avortement et en leur demandant de ne pas en dire mot à leurs parents), aux projets que nous préparent nos gouvernements pour la rentrée 2019-2020 (entre autre "pilotage" par le gouvernement des écoles catholiques) nous pouvons constater que la pensée de Vincent Peillon en 2013 elle celle de l'ensemble du système — et je dirais essentiellement celle de l'Antéchrist — dont la volonté est de faire émerger une religion mondiale unique.

Nous trouvons toujours caché dans la semence du mensonge le noyau de la mort.

Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? – C'est que vous ne supportez pas d'entendre ma parole. Vous, vous êtes du diable, c'est lui votre père, et vous cherchez à réaliser les convoitises de votre père. Depuis le commencement, il a été un meurtrier. Il ne s'est pas tenu dans la vérité, parce qu'il n'y a pas en lui de vérité.

Jean 8: 43-44

Ajout de Pierre et les Loups

Européennes 2019, les catholiques pratiquants ont massivement rallié Macron.

Le vote des catholiques français aux européennes : nouveau signe d'apostasie ! Un sondage Ifop pour La Croix nous apprend que 43% des "catholiques pratiquants" auraient voté pour la liste LReM (La République en Marche, le Mouvement fondé par Emmanuel Macron). C'est assez terrifiant lorsque l'on sait le projet de société hostile à la loi morale et naturelle et à la culture de vie que porte LReM (mariage homosexuel, PMA, GPA, affaire Vincent Lambert...). C'est pour cela que l'on peut parler d'apostasie et que le règne de l'Antéchrist, qui sera acclamé par une large majorité des "catholiques pratiquants" est imminent.

Deux événements significatifs viennent de se produire.

Le premier : le gouvernement s'est pourvu en cassation contre la décision de la cour d'appel de Paris ordonnant la reprise de l'alimentation de Vincent Lambert.

Le second : l'ambassade du Kosovo à Paris ayant été autorisée à fêter le 20e anniversaire de l'émancipation de cette province serbe à la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, un appel à la prière musulmane a été lancé en chaire, en un lieu tenu pour sacré par les catholiques. Plus d'une centaine de militaires (généraux, officiers et sous-officiers) ont fait part de leur indignation.

Sur le premier sujet, le ministre de la Santé est mis en cause, sur le second, le gouverneur militaire de Paris. Mais comment imaginer que de telles décisions aient pu être prises sans que le président de la République Emmanuel Macron en ait donné l'ordre ou, au minimum, les ait avalisées ?

Ces faits prennent tout leur relief quand nous apprenons, la même semaine, que, selon un sondage, 43 % des catholiques pratiquants ont voté, aux élections européennes, pour la liste La République en marche.

Le paradoxe est d'autant plus grand que ces signes d'une hostilité profonde à l'héritage chrétien au sommet de l'État ne sont pas isolés : le maintien obstiné du projet de loi instituant la PMA pour femmes seules, malgré l'hostilité de l'Église, les efforts pour prolonger la guerre de Syrie si tragique pour les chrétiens de ce pays (et d'autres), une déclaration sur l'incendie de Notre-Dame de Paris ne mentionnant ni la destination religieuse de l'édifice ni les catholiques.

Dans le discours qu'il avait fait aux évêques de France, aux Bernardins (suivi d'une scandaleuse standing ovation), Macron n'avait d'ailleurs pas caché ses positions : au milieu d'une rhétorique pieusarde en accord avec le lieu mais qui ne relevait que de la forme, il précisait clairement qu'en matière sociétale, il avait ses idées et qu'il ne concédait à l'Église que le droit d'« interroger », pas de contredire. On espère qu'au vu des évolutions récentes, les évêques de France auront un peu ouvert les yeux.

Mais à quel degré d'aveuglement a pu sombrer le public catholique, celui des paroisses ordinaires, de droite comme de gauche d'ailleurs, pour que l'actuel Président en devienne l'homme politique favori ? À ce degré d'égarement, il est permis de penser qu'on n'est pas seulement confronté à un phénomène politique ou sociologique, mais à une crise spirituelle profonde.

—Roland Hureaux, essayiste, 8 juin 2019 ; bvoltaire.fr

Les demandes d'apostasie (ou de débaptisation) se multiplient après les scandales de l'Église catholique.

bfmtv.com

En cette journée où tout s'effondre, la marche [des disciples de Jésus] s'est arrêtée. La pierre roulée, le soleil couché, le grand repos du sabbat est commencé. Bouleversés, [ils] regardent en se demandant si [ils] ont bien vu. Serait-ce la fin de l'histoire ? Le centurion, saisi d'une grande crainte, ne s'est-il pas exclamé : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! » ? Comment Dieu a-t-il pu mourir ? [Comment l'Église peut-elle subir tant de scandales ?] ... Le silence de la mort se confond alors avec le sentiment de l'absence. Dieu qui se tait à cet instant, existe-t-il vraiment, m'aime-t-il vraiment ? La petite flamme de foi est alors bien fragile face au scandale de la croix. Jésus ne nous a pas promis une vie sans épreuves, il nous a promis qu'avec lui (avec Son Église souffrante et surtout pas loin d'elle) toutes les épreuves se traversent.

Pouvons-nous reprocher au Père de se taire, lui qui nous a donné sa Parole, son Fils unique, et qui ne l'a pas repris, même quand il a été cloué sur la croix ? Pouvons-nous reprocher à notre Dieu d'être absent quand il est descendu plus bas que nous ne pourrons jamais aller pour remonter des ténèbres le dernier des pécheurs ? Pouvons-nous reprocher à notre Dieu d'être impuissant lui qui a vaincu la mort au matin de la Résurrection ?

marche.retraitedanslaville.org

Seules la réconciliation et l'harmonie avec Dieu mettront fin à la longue spirale de guerres et de misères que l'homme s'inflige aujourd'hui à lui-même, et continuera de s'infliger à des degrés exponentiellement supérieurs dans les années à venir, jusqu'à ce que Dieu soit contraint d'intervenir d'une manière décisive pour briser le pouvoir de Satan, et pour finir, tous ceux qui persistent à le servir. Et nous ne pouvons pas — nous ne devons pas oublier que le Ciel est pleinement engagé dans cette Confrontation Finale. Nous ne devons pas avoir peur, mais en même temps, rester vigilants et garder les yeux bien ouverts pour reconnaître ce puissant aveuglement qui balaie le monde actuellement. La Miséricorde Divine nous prépare de nombreuses surprises. L'espérance appartient au petit troupeau qui reste fidèle [et unis à l'Église].

L'humanité n'aura pas la paix tant qu'elle ne se tournera pas avec confiance vers Ma miséricorde.

—Jésus à Sainte Faustine, Miséricorde divine dans mon âme, Petit Journal, n° 300

Lire la suite : La Goélette Noire - parties 2

Mark Mallett
The Black Ship – Part I


[1] cf. On The Eve ; Discours du Pape Benoît XVI à l'occasion des voeux à la Curie Romaine, Vatican.va
[2] cf. The Hour of the Sword

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Plusieurs siècles, il y a des adversaires contre Dieu.
Il y a les lois inverses entre le bien et le mal.
Il y a les massacres dans l'histoire car les lois douteuses qui ont été lieu dans les mémoires de l'histoire, C'est la chasse aux hérétiques.
C'est l'excuse bidon pour satisfaire ses désirs, même contre Dieu.
Les femmes forcés qui se marient sans amour et ce n'est pas normal.
Beaucoup des choses qui se sont passés.

Aujourd'hui, l'esprit d'anti-christ est puissant car la technologie est là dans le monde : les réseaux sociaux, etc...!
C'est difficile de trouver la vérité dans le monde numérique et y compris le monde.
C'est la confusion et le mensonge qui attirent les gens dans la perdition.
Il y a les gens qui ne se soucient pas le bien-être de l'humanité. Ce sont les industries qui ont vendu les fruits et les légumes qui ne vivent pas sur le terre.
Même mettre les animaux en cage pour récolter les oeufs et...!

Les choses abominables ont lieu car ils ont joué à faire peur aux gens. Même les paysans se battent pour garder le savoir-faire et révéler la vérité or ils sont harcelés et traduits par les faux accusations de la justice.

Les gens courent après le pouvoir et l'argent et même ils se croient supérieurs.
Même les scientifiques brisent la Charte des scientifiques (ils travaillent pour le bien de l'humanité).
Il y a les disparités d'animaux.
Les catastrophes naturelles et les séismes, les tempêtes sont trop violents. Etc...!

Enfin, les événements ne sont pas très catholiques. C'est rapide pour nôtre goût.
La vérité se révèle chaque événement.

Commentaire laissé par le

Tous les signes sont là.

L'aveuglement du grand nombre est causé par le Père du Mensonge qui n'a qu'un seul but: semer la confusion.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 31 - 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Goélette Noire.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 31 - 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

L’Antéchrist, le pacificateur humaniste « sympa », est sur le point d’arriver

Philippe Ariño   jeudi 1 mars 2018   3 commentaires   7.681

L'Antéchrist (celui qui vient avant le retour du Christ) - ou « Antichrist » (celui qui s'oppose au Christ)

N'ayez pas peur de le nommer, de le connaître. Le Christ lui-même en a parlé. La Bible elle-même en parle. La Vierge Marie aussi. Et peu importe si la seule évocation de son nom vous fait passer pour un fou, un conspirationniste, un alarmiste, un complotiste, un paranoïaque. C'est le but de ce fils humain de satan de passer inaperçu et de vous attribuer, dans son silence, sa propre identité, dangerosité, folie. Et surtout, c'est le but de satan de vous faire perdre l'assurance en vous faisant passer pour lui-même, pour le diviseur. Au contraire : démasquer en vérité cet « homme de péché » proche de venir, qu'est l'Antéchrist, c'est faire oeuvre d'unité et de libération… quand bien même cela risque en apparences de vous isoler. Vous n'avez rien à craindre de l'Antéchrist ni de ses futurs défenseurs qui ne le voient pas venir. N'oubliez pas que, grâce à Jésus et à Marie, tout être humain est plus fort que lui.

Lire la suite

L'Antéchrist

John Henry Newman   dimanche 4 mars 2018   3 commentaires   1.108

Newman est généralement considéré comme un esprit d'une très particulière distinction, capable de gagner, des incroyants eux-mêmes, une sympathie compréhensive refusée à des apologistes chrétiens d'une culture et d'un style moins raffinés.

Ces sermons sur l'Antichrist ne manqueront sans doute pas de surprendre, voire de choquer, des apologistes portés peut-être à estomper, dans le christianisme authentique, ce qui risque de déconcerter les humanistes qui penchent vers la foi, sans toutefois aller jusqu'à se compromettre avec ses aspects les plus rigoureux. Le rêve d'un christianisme tout en rose (le rose d'une fleur sans épines !) n'a jamais été celui de Newman. Il en résulte que, déjà dans sa période anglicane, il ne présente aucune tendance à diminuer les difficultés de la foi traditionnelle...

Lire la suite

L'Antéchrist pour notre époque

Mark Mallett   dimanche 25 novembre 2018   4 commentaires   1.413

Il est temps pour moi de parler aux quelques lecteurs qui ont encore des oreilles pour entendre. De leur parler de façon franche, sans peur et avec audace... J'ai passé plus de dix ans à écrire sur l'époque que nous vivons, en faisant systématiquement référence à la Sainte Tradition et au Magistère afin d'apporter un équilibre à une discussion qui repose peut-être trop souvent uniquement sur des révélations privées. Néanmoins, il y en a qui préfèrent se tenir à l'écart de toute discussion relative à la "fin des temps" ou aux crises que nous traversons actuellement, trouvant ce genre de discussion beaucoup trop sombre, négative ou réservée à des fanatiques — et donc ils cessent de me lire. C'est leur choix !

Lire la suite