La force et la compassion de Shania Twain


Commentaires (0)

Publié le samedi 25 janvier 2020

Auteur / source : catholiceducation.org

Catégorie : Témoignages & évangélisation

Nombre de consultations : 206

En aidant les affligés à inverser leur sort, Shania Twain accomplit par la musique ce que fit Charles Dickens par ses romans. Sa compassion envers les enfants souffrant de la faim, à qui elle s'identifie aisément, n'a jamais failli parce que, comme elle nous le dit, « j'étais cet enfant affamé. » L'adversité qu'a connue Shania Twain a formé sa compassion et sa force, et c'est tout à son honneur si cette compassion a conservé, dans son cœur, toute sa priorité — bien après tous les signes extérieurs de son extraordinaire succès.

Par Donald Demarco, publié sur catholiceducation.org

Traduction Pierre et les Loups

« Toute personne est une histoire sacrée. » — Jean Vanier

Un homme souffrant d'ictère (jaunisse) et agonisant lui fut amené sur une civière. Son dernier souhait était de la rencontrer et d'être béni par sa gracieuse présence. Beaucoup d'artistes ne consentiraient pas à s'approcher d'un homme mourant, reconnait-elle, mais j'ai vécu tant de choses dans ma vie que j'ai aujourd'hui une grande facilité à m'identifier aux autres. Je ne suis pas bien coriace, mais je suis forte. Dans son cas, le terme "coriace" décrit un trait de caractère, et "forte" dépeint une vertu.

Qui donc est cette femme pour faire l'objet de la dernière volonté d'un homme mourant ? Et qu'a-t-elle vécu qui lui donne une telle force ?

Shania Twain est née Eilleen Regina Edwards, le 28 août 1965 à Windsor, en Ontario (Canada). Quand elle n'était qu'une bambine, ses parents divorcèrent. Sa mère, Sharon, emmena alors Eilleen et ses deux autres filles à Timmins (ville du Nord-Est de l'Ontario, ndtr). Là, dans cette pauvre ville minière à environ 402 kilomètres au nord de Toronto, elle épousa un Indien Ojibwa, père de deux garçons. La nouvelle famille composée de sept membres fut réduite à six lorsque la sœur aînée d'Eilleens, Jill, quitta la maison à l'âge de quatorze ans. Eilleen devint ainsi, selon ses mots, la sœur aînée par défaut.

La famille connut une pauvreté effroyable et les enfants apprirent douloureusement ce que cela signifie d'avoir faim. Eilleen avait l'habitude d'emporter avec elle un sandwich à la moutarde à l'école pour le déjeuner. Son indigence lui donnait un sentiment de gêne et d'isolement.

La tragédie frappa le jour où Eilleen eut 21 ans. Sa mère et son beau-père furent tués dans une collision frontale avec un camion forestier. Suite à cet accident sinistre et paralysant, Eilleen se retrouva avec la garde de ses trois frères et sœurs adolescents et la responsabilité de les élever.

Le poète catholique Thomas Traherne affirmait qu'un chrétien est un chêne florissant en hiver. L'adversité entourant la vie d'Eilleens l'a rendue forte. Elle abandonna son prénom pour le mot ojibwa Shania qui signifie, je suis ma route. Elle a conservé le nom de son beau-père, Twain. C'est ainsi qu'elle a pris le nom par lequel ses millions de fans la connaissent, Shania Twain. (...)

Shania n'a pas laissé sa célébrité et sa richesse obscurcir ses épreuves passées, ni rendre son cœur insensible aux épreuves vécues par d'autres personnes autour d'elle. Sa compassion pour les autres demeure aussi forte qu'elle reste forte en tant qu'individu. Au cours de certaines de ses tournées, elle reverse le produit de chacun de ses concerts à des œuvres caritatives locales qui viennent en aide aux enfants souffrant de malnutrition. Mon objectif, déclare-t-elle, est d'éviter aux enfants l'humiliation, l'angoisse de se sentir inférieurs. Une telle compassion aurait reçu l'approbation de saint Augustin. L'évêque d'Hippone écrivait dans ses Confessions :

Bien que celui qui s'afflige avec les affligés mérite d'être loué pour sa charité, l'homme ayant une véritable compassion fraternelle préférerait ne rien trouver chez les autres nécessitant sa compassion.

— Traduction depuis l'anglais

Il n'y aura point besoin de compassion au Paradis.

En aidant les affligés à inverser leur sort, Shania Twain accomplit par la musique ce que fit Charles Dickens par ses romans. Sa compassion envers les enfants souffrant de la faim, à qui elle s'identifie aisément, n'a jamais failli parce que, comme elle nous le dit, « j'étais cet enfant affamé. »

La chanson la plus personnelle de Shania Twain est God Bless the Child, et elle s'est engagée à reverser tous les droits d'auteur qu'elle perçoit pour cette chanson aux œuvres de bienfaisance pour enfants. Le titre original de la chanson était moins accrocheur, bien que plus révélateur de son message : Hallelujah, God Bless the Child Who SuffersAlléluia, Dieu bénisse l'enfant qui souffre.

« La pitié est encline à mettre fin à la souffrance en éliminant celui qui souffre. »

Le terme compassion est généralement interprété à tort dans nos sociétés comme signifiant avoir pitié. La personne compatissante, comme l'indique le mot, souffre avec la personne qui souffre. Et plus que cela, la personne compatissante souffre pour la personne qui souffre. La pitié amène une personne à prendre ses distances vis-à-vis de celui qui souffre. Il n'existe aucun lien moral entre celui qui a pitié et l'objet de sa pitié. Par conséquent, la pitié est encline à mettre fin à la souffrance en éliminant celui qui souffre. La compassion comprend intuitivement la valeur rédemptrice de la souffrance.

« La compassion comprend intuitivement la valeur rédemptrice de la souffrance. »

Marie Antoinette, née et élevée dans un milieu aristocrate, et indifférente à la détresse de ses voisins indigents, suggéra qu'ils mangent du gâteau quand elle apprit qu'ils n'avaient pas de pain. La compassion se forme à travers les expériences réelles et déchirantes de privation. L'adversité qu'a connue Shania Twain a formé sa compassion et sa force, et c'est tout à son honneur si cette compassion a conservé, dans son cœur, toute sa priorité — bien après tous les signes extérieurs de son extraordinaire succès.

Car le jugement est sans miséricorde pour celui qui n'a pas fait miséricorde, mais la miséricorde l'emporte sur le jugement. Mes frères, si quelqu'un prétend avoir la foi, sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? Sa foi peut-elle le sauver ? Supposons qu'un frère ou une sœur n'ait pas de quoi s'habiller, ni de quoi manger tous les jours ; si l'un de vous leur dit : « Allez en paix ! Mettez-vous au chaud, et mangez à votre faim ! » sans leur donner le nécessaire pour vivre, à quoi cela sert-il ? Ainsi donc, la foi, si elle n'est pas mise en œuvre, est bel et bien morte. En revanche, on va dire : « Toi, tu as la foi ; moi, j'ai les œuvres. Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ; moi, c'est par mes œuvres que je te montrerai ma foi.

Jacques 2: 13-18

God Bless the Child
(Dieu bénisse l'enfant)

Hallelujah, hallelujah, God bless the child who suffers
Alléluia, alléluia, Dieu bénisse l'enfant qui souffre
Hallelujah, hallelujah, God bless the young without mothers
Alléluia, alléluia, Dieu bénisse les jeunes sans mères

This child is homeless, that child's on crack
Cet enfant est sans abri, cet autre enfant se drogue
One plays with a gun, while the other takes a bullet in his back
L'un joue avec une arme à feu, pendant que l'autre se prend une balle dans le dos
This boy's a beggar, that girl sells her soul
Cet enfant fait la manche, cette fille vends son âme
They both work the same street, the same hell hole
Ils travaillent tous les deux dans la même rue, dans le même trou infernal

[Chorus]
[Refrain]
Hallelujah, hallelujah, God bless the child who suffers
Alléluia, alléluia, Dieu bénisse l'enfant qui souffre
Hallelujah, hallelujah, let every man help his brother
Alléluia, alléluia, puisse chaque homme aider son frère

Some are born addicted and some are just thrown away
Certains sont nés dépendants [à la drogue] et d'autres sont juste jetés [à la rue]
Some have daddies who make them play games they don't want to play
Certains ont des pères qui les font jouer à des jeux auxquels ils ne veulent pas jouer

But there's hope and faith
Mais nous avons l'espérance et la foi
And we must understand
Et nous devons comprendre
That all God's children need is love
Que tout ce dont les enfants de Dieu ont besoin est d'amour
And us to hold their little hands
Et que nous tenions leurs petites mains

This boy is hungry, he ain't got enough to eat
Ce petit garçon a faim, il a pas d'quoi s'nourrir
That girl's cold and she ain't got no shoes on her feet
Cette petite fille a froid et elle a même pas d'chaussures aux pieds
When a child's spirit's broken
Quand l'esprit d'un enfant est brisé
And feels all hope is gone
Et qu'il a perdu tout espoir
God help them find the strength to carry on
Aide-les, Seigneur, à trouver la force de tenir bon

Hallelujah, hallelujah, let us all love one another
Alléluia, alléluia aimons-nous les uns les autres
Hallelujah, hallelujah, make all our hearts blind to color
Alléluia, alléluia, rends nos coeurs aveugles aux couleurs
Hallelujah, hallelujah, God bless the child who suffers
Alléluia, alléluia, Dieu bénisse l'enfant qui souffre

Cet article m'inspire ...


de la joie
26


de l'encouragement
3


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog votre opinion

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 + 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La force et la compassion de Shania Twain.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 + 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Synode sur l'Amazonie - Des idoles Pachamama jetées dans le Tibre : les prophéties s'accomplissent

Daniel O'Connor   vendredi 25 octobre 2019   2 commentaires   1.100    partager

Si vous êtes catholique et que vous ne ressentez pas un frisson de joie lorsque vous entendez parler d'idoles païennes saisies dans le sanctuaire d'une église catholique et jetées dans un fleuve, il pourrait être utile de vérifier si votre tête est correctement fixée sur vos épaules (ou, du moins, vous assurer que vous n'êtes pas trop à l'étroit dans vos pompes). (Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle ou cet article en anglais)

Lire la suite

Sainte Kateri Tekakwitha

Vers Demain   samedi 25 janvier 2020   0 commentaire   199    partager

Modèle de la première et de la nouvelle évangélisation

Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse en 2002 à Toronto, il y a 10 ans, Saint Jean-Paul II s'est adressé aux milliers de Jeunes rassemblés sur la base militaire, à Downsview (Toronto), le dimanche 28 juillet 2002, durant la messe qui clôturait cette rencontre bénie:

« Dans les moments difficiles de l'histoire de l'Eglise, le devoir de la sainteté devient encore plus urgent. Et la sainteté n'est pas une question d'âge. La sainteté, c'est vivre dans l'Esprit Saint, comme l'ont fait Kateri Tekakwitha, ici en Amérique, et de nombreux autres jeunes. »

Lire la suite