La Conjuration antichrétienne par Mgr Delassus


Commentaires (1)

Publié le samedi 22 août 2020

Auteur / source : Mgr Delassus

Catégorie : New Age et Antéchrist

Mgr Delassus dévoile l'intégralité du plan visant à édifier la République Universelle et une nouvelle religion humanitariste qui en serait le ciment. Livre très rare, essentiel pour comprendre les évènements que nous vivons.

Le Pape Pie IX a caractérisé cette révolution d'un mot dans son encyclique du 8 décembre 1849 :

La Révolution est inspirée par Satan lui-même. Son but est de détruire de fond en comble l'édifice du christianisme et de reconstruire sur ses ruines l'ordre social du paganisme.

La Conjuration [Conspiration] Antichrétienne ou le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Église Catholique

Monseigneur Henri Delassus (1836-1921) est un prêtre catholique, docteur en théologie et chanoine du diocèse de Cambrai (France), né à Estaire dans le Nord. Il est ordonné prêtre en 1862 et officie à Valenciennes puis à Lille. En 1874 il est nommé chapelain de la basilique Notre-Dame-de-la-Treille. Dès 1872 il collabore au journal La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai, et en 1874 il en devient propriétaire et directeur, assurant lui-même la rédaction de la revue. En 1904 il est nommé prélat de la maison du Pape puis pronotaire apostolique en 1911. Sur demande de la Cour romaine, il reçoit le titre de docteur ad honores par la Faculté de théologie de Lille.

Antilibéral et contre-révolutionnaire, il fut l'un des premiers à percevoir que sous les dessous de la destruction programmée du catholicisme se trouvait un projet de domination mondiale. Il n'eut alors de cesse de le dénoncer dans différents ouvrages et de le combattre, ce qui fait de lui le premier des antimondialistes.

Dans La Conjuration Antichrétienne ou le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Église Catholique, Henry Delassus nous propose une exploration historique, philosophique et religieuse à travers les étapes de la destruction de l'Église catholique par ceux qui, de la Renaissance à la Réforme, puis par les différentes Révolutions, ont programmé l'avènement d'une République universelle judaïque et maçonnique. Nées dans les loges, elles-mêmes instruments d'une petite élite aux visées oligarchiques, les idées humanistes et naturalistes, puis le protestantisme et enfin le libéralisme des Lumières n'ont été que les manifestations d'un long combat pour imposer une vision unifiée de l'homme menant à un mondialisme qui n'est que l'avènement d'un messianisme matérialiste. Pour y arriver, il a fallu et il faut encore écraser le catholicisme, universalisme dont la réalisation concerne un autre plan, le plan céleste, et qui pourtant est un obstacle absolu au projet terrestre de la franc-maçonnerie. [...] Ce combat peut ainsi se résumer en une seule phrase : celui du Christ contre Satan. (librairiefrancaise.fr)

Mgr Delassus dévoile l'intégralité du plan visant à édifier la République Universelle et une nouvelle religion humanitariste qui en serait le ciment. Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique. Ce livre est essentiel pour comprendre les évènements que nous vivons, Il retrace d'abord l'histoire et les idées de la Franc-maçonnerie depuis ses débuts (les Illuminés, la Haute-Vente, Satan, le Grand Architecte, etc.). Il dévoile aussi ses buts et ses moyens d'action, mais aussi nous apprend comment lutter efficacement contre ses projets funestes. (clovis-diffusion.com)

Avec le Catéchisme Catholique de la crise dans l'Eglise, voici l'ouvrage qui va apporter les réponses à la question : comment en sommes-nous arrivés là ? Avec chronologie, noms dates et lieux, sans aucune langue de bois mais avec une précision remarquable, Mgr Delassus explique le lent et persévérant effort de la Franc-Maçonnerie, ses techniques de fonctionnement, de communication, de ses origines à l'époque de la rédaction de ce livre, afin de nous montrer une bonne fois pour toutes s'il était possible, que la théorie du complot est loin d'être une théorie. C'est une observation sur des siècles que Mgr Delassus nous prodigue, méthodologiquement et ne laissant aucune place au doute dans une âme sincère. Un excellent ouvrage à lire, et relire...

— Commentaire d'un lecteur de l'ouvrage, publié sur le site chire.fr

Tous ces ouvrages sont au format PDF et s'ouvriront en fenêtre extérieure

1) La Conjuration antichrétienne T1 | lien alternatif (Le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Église catholique).

2) La Conjuration antichrétienne T2 | lien alternatif (Le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Église catholique).

3) La Conjuration antichrétienne T3 | lien alternatif (Le Temple Maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Église catholique).

Source : livres-mystiques.com

Références de l'édition papier (ci-contre) :

Éditeur : HADES FRANCE (3 Dec. 2018)
ISBN-13 : 979-1092128840
Nombre de pages : 738 pages

Quatrième de couverture :

La question de la conjuration antichrétienne, dont la secte judéo-maçonnique est l'âme et le bras, est le sujet du présent livre. L'auteur ne s'est point arrêté à rechercher les origines de la secte ; il ne s'est point attaché à l'étudier aux points de vue divers où d'autres publicistes se sont placés. Ce qu'il a voulu mettre en lumière, c'est la part d'action que la secte judéo-maçonnique a dans la guerre livrée à l'institution catholique et à l'idée chrétienne, et le but de cette guerre. Comme vous pourrez l'étudier dans ce livre, cette guerre a pour but d'arracher l'humanité à l'ordre surnaturel fondé sur la Rédemption du divin Sauveur et de la fixer définitivement dans le naturalisme. Le problème d'aujourd'hui est celui de la résistance que le naturalisme oppose à l'état surnaturel que Dieu a daigné offrir à ses créatures intelligentes. Ainsi considéré, le problème embrasse tous les temps. Il s'est posé [au moment de] la création des anges, au paradis terrestre, au désert où le Christ a voulu se soumettre à la tentation ; il restera posé, pour la chrétienté et pour chacun de nous, jusqu'à la fin du monde. Il y a lutte entre la civilisation chrétienne qui est en possession d'état et la civilisation moderne qui veut la supplanter. Quelle sera l'issue de cet antagonisme ? "La vie présente n'est que la préparation à la vie éternelle. Celle-là est le chemin qui conduit à celle-ci" .

Les diverses péripéties de ce long drame tiennent en suspens le ciel, la terre et l'enfer ; car si la France finit par rejeter le venin révolutionnaire, elle restaurera dans le monde entier la civilisation chrétienne qu'elle fut la première à comprendre, à adopter et à propager. Si elle succombe, le monde a tout à craindre. (Cf. prophéties pour la France de Marthe Robin)

Le protestantisme nous vint de l'Allemagne et sur tout de Genève. Il est bien nommé. Il était impossible de qualifier la Réforme de Luther autrement que par un mot de protestation, car elle est protestation contre la civilisation chrétienne, protestation contre l'Église qui l'avait fondée, protestation contre Dieu de qui elle émanait. Le protestantisme de Luther est l'écho sur la terre du Non serviam de Lucifer. Il proclame la liberté, celle des rebelles, celle de Satan : le libéralisme. Il dit aux rois et aux princes : « Employez votre pouvoir à soutenir et à faire triompher ma révolte contre l'Église et je vous livre toute l'autorité religieuse. » (Source)

La première société secrète : le Sanhédrin ou Synagogue de Satan

Je crois que les catholiques en général ne prennent pas assez au sérieux les condamnations du Sanhédrin par Jésus.

Ce Sanhédrin fut même désigné comme la Synagogue de Satan, or ce Sanhédrin ne fut jamais dissous.

Si Satan veut régner sur le monde, il a besoin d'adeptes pour cela, comme le Christ a besoin de disciples.

Mais la plus grande ruse de Satan est de faire croire qu'il n'existe pas.

C'est également la plus grande ruse du Sanhédrin, se faire oublier et agir uniquement dans l'ombre et par les mensonges.

On a cependant parfois conscience de son existence et de sa stratégie.

Mais on a aussi conscience de l'existence du Sanhédrin par l'existence du Talmud, puisqu'il est l'auteur de ces lois.

* * *

Ce qui suit est un extrait de l'article de Mark Mallett, Le nouveau paganisme - partie 5

Stephen Mahowald est l'auteur d'un livre excellent et concis qui retrace les événements ayant suivi la chute des Israélites dans l'idolâtrie.

Lucifer, le père du mensonge, dont le travail de destruction des âmes commença dans le Jardin d'Eden, met aujourd'hui en œuvre le plus insidieux et grandiose de ses plans — un plan devant mener d'innombrables âmes à la perdition. La clé de voûte de ce plan fut posée au moment de la naissance de la Kabbale.

— Stephen Mahowald, She Shall Crush Thy Head, p.23

Mahowald explique comment, selon les Juifs talmudiques, Dieu aurait donné à Son peuple non pas une, mais deux révélations.

Il y avait la Loi écrite de Moïse reçue au sommet du Sinaï, mais il y eut aussi la tradition orale acquise par soixante-dix anciens qui vinrent au pied de la montagne mais à qui il ne fut pas permis d'avancer plus loin. Les pharisiens déclarèrent que ces soixante-dix anciens, ou Sanhédrin, avaient reçu une révélation beaucoup plus vaste et importante que celle faite à Moïse, révélation qui n'a jamais été mise par écrit, mais qui prévalu cependant sur la loi écrite.

— Ibid. p. 23; cité dans The Other Israel, de Ted Pike

La Kabbale fait donc référence à une bibliothèque de connaissances ou à un corpus d'enseignements qui constituait une « tradition orale ancienne et secrète parmi un petit groupe d'élites au sein du peuple d'Israël ». [1] Des centaines d'années plus tard, au cours de la captivité babylonienne, les Israélites se retrouvèrent à nouveau plongés dans un milieu païen pratiquant l'occultisme, l'alchimie, la magie et la sorcellerie.

... ces sciences occultes se mêlèrent à la philosophie mystique et secrète des kabbalistes... c'est à cette époque que sont nées les sectes des Scribes et des Pharisiens.

— Ibid. p. 30

La Kabbale (tradition orale) fut finalement mise par écrit et devint ce que l'on appelle aujourd'hui le Talmud. Il contient à la fois les connaissances ésotériques transmises à ce premier Sanhédrin au pied du mont Sinaï et la « religion hybride qui se développa lorsque ce mysticisme kabbalistique fut associé à la magie et à l'idolâtrie chaldéennes » [2] Le mensonge de Satan était désormais codifié.

Bien que tous les pharisiens à l'époque de Jésus ne furent pas des kabbalistes (considérons Joseph d'Arimathie et Nicodème), la majorité d'entre eux en faisaient partie et devinrent l'élite dominante. Pour comprendre jusqu'où ces pharisiens kabbalistiques avaient apostasié en s'éloignant de la véritable révélation, il suffit de lire les reproches que leur adressa le Christ :

Vous, vous êtes du diable, c'est lui votre père, et vous cherchez à réaliser les convoitises de votre père. Depuis le commencement, il a été un meurtrier. Il ne s'est pas tenu dans la vérité, parce qu'il n'y a pas en lui de vérité. Quand il dit le mensonge, il le tire de lui-même, parce qu'il est menteur et père du mensonge.

Mt 23: 39-41, 44

[Ce sont] des gens de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont pas : ce sont des menteurs...

Apocalypse 3: 9

Cette ancienne philosophie de la Kabbale est considérée comme le réservoir de l'ancien gnosticisme qui, au cours des siècles, influença toutes les grandes sociétés secrètes, dont les manichéens, les templiers, les rosicruciens, les illuminatis et les francs-maçons. Albert Pike (un franc-maçon américain considéré comme l'architecte du « nouvel ordre mondial ») attribue directement les pratiques et croyances des loges maçonniques à la Kabbale des pharisiens talmudiques. [3] Ces loges furent organisées précisément dans le but de mettre en pratique cette connaissance occulte qui leur promettait de les faire régner sur le monde... en faisant d'eux « des dieux ».

L'organisation des sociétés secrètes était nécessaire pour transformer les théories des philosophes en un système concret et redoutable pour la destruction de la civilisation.

Ibid. p. 4

Mgr George Dillon, ce prêtre irlandais du 19ème siècle dont les œuvres reçurent l'éloge du Pape Léon XIII, avait averti :

Il existe un consortium suprême qui régit toutes les sociétés secrètes de la planète. Cette conspiration athée et organisée marque le commencement de la lutte entre le Christ et l'Antéchrist. Rien ne peut être plus nécessaire que d'en avertir les élus de Dieu.

— Ibid. p. 138

Cet article m'inspire ...


de la joie
3


de l'encouragement
30


de la perplexité
6


de la tristesse
5


de la peur
2

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Cela me paraît un peu « simpliste » en ce qui concerne le Talmud.
Pour l’avoir un peu étudié...
Il ne faut pas oublier : 1/les Israélites ne « donnent pas leurs perles aux pourceaux », autrement dit sont tout à fait capables de donner des traductions fantaisistes, dans les autres, langues, de leurs textes, dès que l’honneur d’Israël pourrait être mis en cause. 2/ la Bible hébraïque, les rouleaux, ne sont pas vocalisés : seules les consonnes figurent dans le document. Autrement dit, pour pouvoir le lire, il faut en avoir appris la transmission, oralement ( la Bible est apprise par cœur)
3/ Dans les confrontations bibliques, on ne cite pas le verset sur lequel est fondé l’argument mais ce qui précède : un bon Israélite, ayant appris par cœur, fera le lien...
4/ en Israël comme en l’Église, la Tradition (transmission) est d’abord orale; les textes témoignent de cette Tradition, et selon l’autorité qui leur est reconnue par les autorités. Israélites et chrétiens ne sont pas des religieux de « livre » mais entrent dans le dialogue d’alliance, initié par Dieu avec Son peuple. Ils sont les peuples de Parole.
5/ il y a des passages entiers de la Bible hébraïque que l’on ne sait toujours pas traduire, du fait de l’absence native de vocalisation. Un exemple simple, et sans grande conséquence : le premier verset de la Genèse! En hébreu, une part grammaticale manque, qui changerait légèrement le texte (pas d’altération de sens important).
C’est une grâce : car nous ne pouvons enfermer Dieu -et donc Sa Parole, toujours habitée de Saint Esprit « qui conduit à la Vérité tout entière »- dans la littéralité, en des mots.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La Conjuration antichrétienne par Mgr Delassus.

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Une des marques de la vraie Église : elle est Sainte

mercredi 7 février 2018   0 commentaire   partager

La véritable Église porte des fruits de sainteté et les plus visibles d’entre eux sont ceux de la Charité.

Lire la suite

Le plus grand signe des temps

Mark Mallett   dimanche 13 septembre 2020   2 commentaires   partager

Nous avons pris du temps, mon épouse et moi, ces dix derniers jours pour nous rendre dans les montagnes, monter à cheval et laisser le chaos de ces six derniers mois derrière nous. C'était un beau moment de répit, immergés que nous fûmes dans la création de Dieu, dans cette simplicité qu'Il a voulu pour l'humanité. La vie n'est pas censée être un torrent de chaos, une course permanente, ni une succession de difficultés. Dieu ne nous a pas davantage créés pour la mort, la division et la destruction. D'une certaine façon, alors que je montais ce cheval et embrassais du regard les Rocheuses canadiennes, je goûtai cette harmonie originelle de la création qui fut rompue dans le Jardin d'Éden — et que le Père céleste veut à présent restaurer pour que Sa Volonté Divine puisse régner « sur la terre comme au Ciel. » [1]

Lire la suite