La colère de Jonas et la miséricorde de Dieu


Commentaires (0)

Publié le dimanche 3 juin 2018

Catégorie : Discours, sermons & homélies

Nombre de consultations : 504

Ça commence comme une histoire que l'on raconte aux enfants, le soir, avant de s'endormir. Et c'est tout à fait cela : l'histoire de Jonas, c'est ce que les Juifs appellent un « midrash », c'est-à-dire un récit mi-réel mi-fictif, une de ces histoires qui font réfléchir petits et grands. Quand les juifs racontent l'aventure de Jonas à leurs enfants, c'est pour leur faire découvrir que Dieu est plus grand que le peuple juif ; que le salut de Dieu est pour Ninive aussi, pour toutes les nations. Quand des chrétiens racontent Jonas à leurs enfants, c'est pour leur annoncer Jésus-Christ, le vrai Jonas ; et pour parler du baptême, le vrai poisson…

Source : http://lhomeliedudimanche.unblog.fr/tag/jonas/

Homélie pour le 3° Dimanche du temps ordinaire / Année B
21/01/2018

Rappelez-vous : Jonas est un prophète juif à qui Dieu demande d'aller avertir Ninive, la grande ville étrangère et païenne, pour qu'elle change de vie et soit sauvée. Or Jonas veut garder jalousement pour les Juifs le salut offert au peuple juif, et n'a aucune envie que Ninive soit sauvée… Alors il fuit ; il prend un bateau pour aller plus loin, à l'opposé de Ninive. Mais la tempête secoue le navire. Les marins réveillent Jonas qui dormait et lui demandent de l'aide. Il voit bien que c'est à cause de lui que la tempête se déchaîne, et demande librement à l'équipage de le jeter par-dessus bord pour apaiser l'océan déchaîné. Aussitôt fait. Un gros poisson qui passait par là avale Jonas, le préservant ainsi dans son ventre pendant 3 jours et 3 nuits. Puis il le recrache… comme par hasard sur la plage juste en face de Ninive ! Jonas comprend alors que Dieu est têtu pour sauver les païens. Il crie dans toute la ville : « Convertissez-vous ! ». Les gens l'écoutent. À la grande fureur de Jonas, Dieu accorde le salut à Ninive.

En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.

Jonas 3: 10

C'est le fameux épisode de ricin : Jonas est dégoûté que Dieu soit si bon avec les méchants. Assis sous un plant de ricin, il contemple la ville en liesse. Le ricin se dessèche. Jonas attrape une insolation et maudit Dieu d'avoir laissé mourir le ricin. Alors Dieu lui dit : « Comment, Jonas, mon fils, tu pleures parce que le ricin s'est desséché, et tu n'aurais pas pleuré parce que Ninive aurait été détruite ? Sache que moi Dieu, j'ai plus de peine pour un humain qui se perd que pour une plante qui se fane »…

Le Seigneur répliqua : « Toi, tu as pitié de ce ricin, qui ne t'a coûté aucun travail et que tu n'as pas fait grandir, qui a poussé en une nuit, et en une nuit a disparu.

Et moi, comment n'aurais-je pas pitié de Ninive, la grande ville, où, sans compter une foule d'animaux, il y a plus de cent vingt mille êtres humains qui ne distinguent pas encore leur droite de leur gauche ? »

Jonas 3: 10-11

Voilà l'histoire. Et vous devinez dans quel esprit les Juifs la racontent aujourd'hui : Jonas préfigure pour eux le peuple juif chargé d'annoncer à toutes les nations de se convertir au Dieu unique. Ce peuple a la nuque raide et n'obéit pas facilement à Dieu, mais c'est finalement grâce à lui que le salut parvient jusqu'aux extrémités de la terre.

Vous devinez également la lecture que nous, chrétiens, nous en faisons. Jonas, c'est Jésus qui est envoyé pour le salut du monde entier. Jonas endormi au fond sur le bois du bateau préfigure Jésus endormi dans la mort sur le bois de la Croix. L'interrogatoire de Jonas par les marins préfigure la comparution du Christ devant ses juges. Jonas se sacrifie librement : « Prenez-moi et jetez-moi à la mer » : Jésus donnera librement sa vie dans sa Passion choisie volontairement. « C'est lui, Jésus, le vrai Jonas, qui a donné sa vie pour nous racheter » (Ambroise de Milan, sur le psaume 43,85). La répugnance des marins de jeter Jonas à la mer annonce celle de Pilate qui hésite à livrer Jésus à la mort.

Plus encore, le séjour de Jonas dans le ventre du poisson, au milieu de la mer, préfigure la Passion-Résurrection du Christ et notre propre baptême ! Ecoutez St Augustin : « Jonas a été précipité du navire dans le ventre du monstre marin ; de même le Christ a été précipité du bois de la Croix dans le sépulcre, dans les profondeurs de la mort » (Epître 102, 6, 34 ) « Pourquoi Jonas fut-il reçu dans le ventre du monstre, puis rejeté le 3ème jour, sinon pour préfigurer le Christ revenant le 3ème jour des profondeurs de l'enfer ? » (Cité de Dieu, 18, 30, 2 ).

Jésus lui-même nous met sur la voie de cette lecture symbolique :

« Tout comme Jonas fut dans le monstre du ventre marin 3 jours et 3 nuits, ainsi le Fils de l'Homme sera dans le sein de la terre 3 jours et 3 nuits. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront avec cette génération et ils la condamneront, car ils se sont convertis à la prédication de Jonas. Eh bien ! Ici, il y a plus que Jonas ».

Mt 12: 38-41

Et on a lu dans l'immersion de Jonas 3 jours et 3 nuits la triple immersion des nouveaux baptisés dans l'eau pascale : par 3 fois, ils sont plongés, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Comme beaucoup de prénoms dans la Bible, Jonas a une signification très belle. Jonas veut dire « colombe » en hébreu.
La colombe qui annonce la paix et l'Alliance. Et le bateau de Jonas ressemble à l'arche de Noé d'où s'est élancée la colombe de la paix.
La colombe annonce l'Esprit Saint. Et la prière de Jonas ressemble à la prière de Jésus sur qui repose la colombe de l'Esprit de Dieu lorsqu'il est plongé dans les eaux du Jourdain, lors de son baptême.
C'est ce même Esprit de Jésus qui nous rassemble, grand-parents, parents et petits-enfants, blancs ou noirs, sachant écrire ou sachant dessiner, pour faire de nous une seule famille, un seul corps, le Corps du Christ.

Quant à Ninive, c'est la figure de notre propre conversion : comme les païens de l'époque, cela nous arrive de courir après les idoles (l'argent, le pouvoir, le plaisir, l'individualisme…). Par le baptême, nous pouvons mourir à notre péché pour renaître à une vie nouvelle. Il n'est jamais trop tard pour écouter l'appel que nous lancent les prophètes d'aujourd'hui à changer de vie. À ne pas vouloir la guerre. À ne pas détruire notre planète. À bâtir une mondialisation où la réconciliation serait offerte à tous. Ninive, c'est l'Église, issue de toutes les nations sous le ciel. « Car il devait arriver que le monde entier serait transformé en une seule cité, quand croiraient au Christ des peuples de toutes nations » (Zénon, homélie 1,14.3).

Nous sommes peu habitués à lire l'Ancien Testament à la lumière du Nouveau, à déchiffrer comment le Christ accomplit (et non pas abolit) cette première Alliance : le bateau de Jonas évoquait l'Église, la tempête apaisée par le sacrifice de Jonas annonçait la tempête apaisée sur le lac de Tibériade par la parole de Jésus, son plongeon annonçait le baptême, son rejet sur le rivage la Résurrection, Ninive symbolisait le passage de l'Église aux païens etc… Le fait qu'André et Pierre soient les fils d'un père nommé Jonas (Mt 16,17) n'est sans doute mentionné par hasard : Pierre fera passer l'Évangile au monde romain (cf. Pierre et le centurion romain Ac 10), André le fera passer au monde grec (cf. Jn 12, 20-24). Tous deux sont bien les enfants de Jonas, sauveur de la cité païenne de Ninive.

Que Jonas nous aide à faire mémoire des baptêmes que nous avons vécu ensemble, dans notre paroisse, et de notre propre baptême. Par 3 fois nous avons été plongés sous l'eau, c'est pour renaître aujourd'hui à une nouvelle manière de vivre, à une conversion de nos existences. N'attendons pas la tempête ou la baleine ou l'avertissement de Jonas : c'est aujourd'hui que nous pouvons accueillir le Christ dans nos vies. Il est lui le vrai Jonas, englouti dans la mort mais victorieux de la mort, offrant à tous les peuples le salut et la vie.

Tapisserie de l'abbaye de la Chaise-Dieu :
le baptême, la mort de Jésus, Jonas jeté du bateau dans la gueule du poisson

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 - 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page La colère de Jonas et la miséricorde de Dieu.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 9 - 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

vendredi 23 février 2018    356   partager cet article

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite

Le Pape François compare l'avortement au recours à un "tueur à gages"

samedi 13 octobre 2018   1 commentaire   230   partager cet article

IVG et tueur à gage - Une façon « d'éliminer quelqu'un » qui s'apparente aux services d'un « tueur à gage » : le Pape François n'a pas mâché ses mots sur l'avortement, lors de l'audience générale de ce 10 octobre 2018. Au contraire, « celui, celle que l'on présente comme un problème, est en réalité un don de Dieu, qui peut me sortir de l'égocentrisme et me faire grandir dans l'amour ».

Lire la suite

Invoquons des fruits de sagesse pour ceux qui ont des responsabilités politiques afin qu’ils respectent toujours la dignité humaine

lundi 2 avril 2018   0 commentaire   239   partager cet article

Message Urbi et Orbi du pape François, ce jour à Saint-Pierre de Rome :

« Nous chrétiens, nous croyons et nous savons que la résurrection du Christ est la véritable espérance du monde, celle qui ne déçoit pas. C'est la force du grain de blé, celle de l'amour qui s'abaisse et qui se donne jusqu'au bout, et qui renouvelle vraiment le monde. Cette force porte du fruit aussi aujourd'hui dans les sillons de notre histoire, marquée de tant d'injustices et de violences. »

Lire la suite