L'Eglise face à un tournant - par Mark Mallett


Commentaires (1)

Publié le vendredi 4 mai 2018

Catégorie : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise

Nombre de consultations : 240

QUELLE devrait être notre réponse personnelle à la confusion et à la division croissantes entourant le Pape François ?

Traduction d'un article de Mark Mallett du 3 mai 2018 (« Turn in the Road »)

La Révélation

Dans l'Évangile du 3 mai 2018, Jésus — Dieu incarné — se décrit ainsi :

Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Jean 14: 6

Jésus signifiait par ces mots que toute l'histoire de l'humanité jusqu'à et depuis cette époque s'est écoulée vers et à travers Lui. Toute recherche religieuse, qui est une recherche de la Transcendance — la vie dans l'au-delà — s'accomplit en Lui ; la vérité tout entière, quel que soit son moyen de communication, trouve sa source en Lui, et revient vers Lui ; et toute action et tout but humains trouvent en Lui leur signification et leur direction, la voie de l'amour.

En ce sens, Jésus n'était pas venu pour abolir les religions, mais pour les accomplir et les guider vers leur véritable fin. Le catholicisme, en ce sens, est simplement la réponse humaine authentique (à travers les Enseignements, la Liturgie et les Sacrements de l'Eglise) à la vérité révélée.

L'envoi en mission

Afin de faire connaître le Chemin, la Vérité et la Vie au monde, Jésus a rassemblé douze apôtres autour de Lui et, pendant trois ans, leur a révélé ces réalités. Après Sa passion, Sa mort puis Sa Résurrection des morts dans le but d'ôter nos péchés et de réconcilier l'humanité avec le Père, Il leur a ensuite commandé :

Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.

Mt 28: 19-20

À partir de ce moment, il était clair que la mission de l'Église n'était que la continuation du ministère du Christ. Que le Chemin qu'Il a enseigné doit devenir notre chemin ; que la Vérité qu'il a transmise doit devenir notre vérité ; et que tout cela mène à la Vie à laquelle nous aspirons.

Deux mille ans plus tard...

St Paul dit dans la première lecture du 3 mai 2018 :

Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l'avez reçu ; c'est en lui que vous tenez bon, c'est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l'ai annoncé.

1 Cor 1-2

Ce que cela signifie, c'est que l'Église d'aujourd'hui a la responsabilité de revenir encore et encore à « cet Évangile que vous avez reçu. » De qui ? Des successeurs des Apôtres à notre époque, jusqu'aux conciles et aux papes qui les ont précédés à travers les siècles... jusqu'aux premiers Pères de l'Église qui furent les premiers à développer ces enseignements, tels qu'ils leur furent transmis par les Apôtres ... et au Christ Lui-même qui accomplit les paroles des prophètes. Personne, qu'il soit ange ou pape, ne peut changer les vérités immuables que le Christ a transmises.

Pourtant, si nous-mêmes, ou si un ange du ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu'il soit anathème !

Galates 1: 8

Dans les précédents siècles, quand il n'y avait pas encore Internet, pas d'imprimerie, et donc, pas de catéchisme ni de Bibles largement diffusées, cette Parole était transmise oralement. (2 Thess 2: 15) Il est remarquable que, comme Jésus l'a promis, le Saint-Esprit ait guidé l'Église vers la vérité tout entière. (Jn 16: 13) Mais aujourd'hui, cette vérité n'est plus inaccessible ; elle est imprimée noir sur blanc dans des millions de Bibles. Et le Catéchisme, les Conciles, et les bibliothèques de documents et exhortations pontificaux qui interprètent authentiquement les Écritures, sont à un clic de souris. Jamais l'Église n'a été aussi affermie dans la vérité pour la simple raison qu'elle est si facilement connue.

Pas une crise personnelle

C'est pourquoi aucun catholique aujourd'hui ne devrait se retrouver dans une crise personnelle, c'est-à-dire désorienté. Même si le Pape est parfois ambigu ; même si la fumée de Satan a commencé à sortir de certains couloirs du Vatican ; même si certains membres du clergé parlent un langage étranger à celui de l'Évangile ; même si le troupeau de Christ semble souvent sans bergers ... nous ne le sommes pas (désorientés). Le Christ a fourni tout ce dont nous avons besoin à cette heure pour connaître la « vérité qui nous rend libres. » S'il y a une crise en ce moment, cela ne devrait pas être une crise personnelle.

Et c'est ce que j'ai essayé – en échouant peut-être – de communiquer au cours des cinq dernières années. La foi ... nous devons avoir une foi personnelle et vivante, une foi invincible en Jésus-Christ. C'est Lui qui bâtit l'Église, pas le Pape. Jésus est celui qui est, selon les mots de St Paul, ...

... à l'origine et au terme de la foi.

Héb 12: 2

Est-ce que vous priez tous les jours ? Recevez-vous Jésus dans le Saint Sacrement aussi souvent que vous le pouvez ? Est-ce que vous épanchez votre coeur devant Jésus dans le confessionnal ? Conversez-vous avec Lui dans votre travail, riez-vous avec Lui dans vos loisirs, et pleurez-vous avec Lui dans vos peines ? Si non, il n'est alors pas étonnant que certains d'entre vous font face en effet à une crise personnelle. Tournez-vous vers Jésus, qui est la Vigne ; car vous êtes un sarment, et sans Lui, "vous ne pouvez rien faire." (Jn 15: 5) Le Dieu incarné attend les bras grand ouverts pour vous fortifier.

Il y a quelques mois, j'étais si heureux de lire (enfin) un article dans les médias catholiques qui véhiculait un juste équilibre. Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari, a déclaré :

Les chrétiens doivent garder à l'esprit que c'est le Christ qui guide l'histoire de l'Église. Par conséquent, ce n'est pas l'approche du Pape qui détruit l'Église. Ce n'est pas possible : le Christ ne permet pas que l'Église soit détruite, pas même par un Pape. Si le Christ guide l'Église, le Pape de notre temps prendra les mesures nécessaires pour aller de l'avant. Si nous sommes chrétiens, nous devrions raisonner ainsi.

- Vatican Insider, 23 décembre 2017

Oui, nous devrions raisonner ainsi, mais nous devons aussi avoir la foi. Foi et raison sont inséparables. C'est lorsque l'une ou l'autre échoue, mais surtout la foi, que nous entrons en crise. Elle poursuit :

Oui, je pense que c'est la cause principale, ne pas être enracinés dans la foi, ne pas être sûrs que Dieu a envoyé le Christ pour bâtir l'Église et qu'Il accomplira Son dessein à travers l'histoire, à travers des personnes qui se mettent à Sa disposition. C'est la foi que nous devons avoir pour pouvoir juger les événements et les personnes, pas seulement le Pape.

- Ibid.

La semaine dernière, j'ai eu le sentiment que nous nous trouvons à un tournant... un sombre tournant. Certains catholiques ont décidé que, même s'il s'avère que le Pape transmet fidèlement la Sainte Tradition, comme nous le lisons tous dans mon autre article « L'enseignement du Pape François ... », cela n'a pas d'importance. Parce qu'il est confus, disent-ils, ils en concluent qu'il essaye délibérément de détruire l'Église. La prophétie de Saint Léopold Mandic (1866-1942) me vient à l'esprit ...

Veillez à préserver votre foi, car à l'avenir, l'Église aux États-Unis sera séparée de Rome.

- L'Antichrist et la fin des temps, Père Joseph Iannuzzi, St. Andrew's Productions, P. 31

Aucun homme ne peut détruire l'Église : « ce n'est pas possible ». Cela ne l'est tout simplement pas.

Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle.

Mt 16: 18

Donc, si Jésus permet la confusion, alors je Lui ferai confiance malgré la confusion. Si Jésus permet l'apostasie, alors je resterai avec Lui au milieu des apostats. Si Jésus permet la division et le scandale, alors je resterai avec Lui parmi les diviseurs et les scandaleux. Mais par sa grâce et son aide seules, je continuerai à m'efforcer d'être un exemple d'Amour et la voix de la Vérité qui mène à la Vie.

Saint Séraphim de Sarov disait un jour : « Acquiers la paix intérieure, et des milliers autour de toi se convertiront. »

... que, dans vos coeurs, règne la paix du Christ ...

Col 3: 15

Si ceux qui vous entourent sont confus, n'ajoutez pas à leur confusion en perdant de vue les promesses du Christ. Si ceux qui vous entourent sont soupçonneux, n'ajoutez pas à leur suspicion en alimentant les théories du complot. Et si ceux qui vous entourent sont ébranlés, alors soyez un rocher de paix pour qu'ils trouvent du réconfort et de la sécurité.

Le Christ éprouve votre foi et la mienne à cette heure de l'histoire. Réussirez-vous le test ? Vous le saurez quand, à la fin de la journée, vous aurez toujours la paix dans votre coeur ...

Mark Mallett

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Si certains ressentent de la confusion, ils doivent se poser des questions sur eux-mêmes, pas sur le Christ, son Église et le Pape, vicaire du Christ sur Terre.

Sont-ils tentés par la « démocratie », cette tentation que Satan insuffle dans le cœur orgueilleux des hommes ? C'est-à-dire, remplacer la loi de Dieu par la loi des hommes. Et donc se passer de Dieu et se fier à sa seule raison humaine.

Oublient-ils que Satan utilisa la « démocratie » il y a 2000 ans pour faire libérer Barabbas et donc faire crucifier Jésus ?

Cette même escroquerie (la démocratie, du peuple souverain, des droits de l'homme, de la liberté mariée à l'égalité, …) a été utilisée depuis plus de deux siècles pour persécuter partout les catholiques.

Au point que même des catholiques finissent par croire à ces fables sataniques, et cherchent à les appliquer à l'intérieur de l'Église pour se donner le droit de contester le magistère.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 x 32 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page L'Eglise face à un tournant - par Mark Mallett.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 44 x 32 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La papauté ne se réduit pas à un seul Pape - par Mark Mallett

Publié le vendredi 2 février 2018 - 0 commentaires

Traduction de l'article « The Papacy is Not One Pope » écrit par Mark Mallett, le 5 décembre 2017.

Au cours du week-end du 1er au 3 décembre 2017, le Pape François a ajouté à l' Acta Apostolicae Sedis (Actes du Siège apostolique) une lettre qu'il a envoyée aux évêques de Buenos Aires l'année dernière, approuvant leurs directives concernant le discernement sur l'accès à la Communion pour les divorcés remariés, se basant sur le document post-synodal, Amoris Laetitia. Mais cela n'a servi qu'à remuer davantage les eaux boueuses sur la question de savoir si le pape François ouvre ou non la porte de la Communion aux Catholiques qui se trouvent dans une situation objectivement adultère.

Lire la suite

Frapper l'Oint de Dieu - par Mark Mallett

Publié le samedi 15 septembre 2018 - 0 commentaires

Quelqu'un a estimé que je n'étais pas assez critique du Pape François dans mon récent article sur l'Anti-Miséricorde. « La confusion n'est pas de Dieu, » m'ont-ils écrit. Non, la confusion ne vient pas de Dieu. Mais Dieu peut se servir de la confusion pour purifier son Église et séparer le bon grain de l'ivraie. Je pense que c'est précisément ce qui se passe à l'époque actuelle …

Lire la suite

Se tromper de cible - par Mark Mallett

Publié le jeudi 1 février 2018 - 1 commentaires

Traduction d'un article du blog de Mark Mallett (« Barquing Up the Wrong Tree ») du 28 novembre 2017 en défense du pontificat du Pape François, successeur de Saint Pierre. Ou comment s'attaquer au berger plutôt qu'aux loups qui rôdent autour de lui et à qui le berger semble aujourd'hui donner une certaine liberté de nuisance, dans le but de purifier la bergerie et de séparer le Bon grain de l’Ivrée.

IL me regarda intensément et dit, “Mark, vous avez beaucoup de lecteurs. Si le Pape François enseigne l’erreur, vous devez vous en détacher et conduire votre troupeau vers la vérité.”

J’étais stupéfait par les propos de ce prêtre. D’une part, “mon troupeau” de lecteurs ne m’appartient pas. Ils sont (vous êtes) la possession du Christ. Et de vous, Jésus dit :

Moi-même, je m’occuperai de mes brebis, et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis, et j’irai les délivrer dans tous les endroits où elles ont été dispersées un jour de nuages et de sombres nuées. (Ezekiel 34:11-12)

Le Seigneur parle ici, à la fois de la diaspora des Juifs au-delà d’Israël, mais aussi, dans le plus grand contexte, d’un temps où les brebis de l’Eglise du Christ seraient abandonnées par leurs bergers. Un temps où le clergé serait en grande partie silencieux, lâche ou carriériste ne défendant ni le troupeau ni la vérité, mais garderait et défendrait plutôt le status quo. Ce sera un temps d’apostasie. Et selon les derniers papes, nous vivons actuellement ce temps prophétisé :

Lire la suite