L'Antéchrist pour notre époque


Commentaires (1)

Publié le dimanche 25 novembre 2018

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Eschatologie, signes des temps & prophéties

Nombre de consultations : 309

Il est temps pour moi de parler aux quelques lecteurs qui ont encore des oreilles pour entendre. De leur parler de façon franche, sans peur et avec audace... J'ai passé plus de dix ans à écrire sur l'époque que nous vivons, en faisant systématiquement référence à la Sainte Tradition et au Magistère afin d'apporter un équilibre à une discussion qui repose peut-être trop souvent uniquement sur des révélations privées.
Néanmoins, il y en a qui préfèrent se tenir à l'écart de toute discussion relative à la "fin des temps" ou aux crises que nous traversons actuellement, trouvant ce genre de discussion beaucoup trop sombre, négative ou réservée à des fanatiques — et donc ils cessent de me lire. C'est leur choix !

Titre original : « Antichrist in Our Times »

Traduction Pierre et les Loups

Le Pape Benoît XVI a parlé de façon assez franche de telles âmes :

C'est un manque de sensibilité pour Dieu : telle est notre véritable somnolence ; ce manque de sensibilité pour la présence de Dieu qui nous rend insensibles également au mal. Nous ne sentons pas Dieu — cela nous dérangerait — et ainsi, nous ne sentons pas non plus naturellement la force du mal et nous restons sur le chemin de notre confort... [Certains d'entre nous ne voient pas, ne veulent pas voir] toute la force du mal, et [ne veulent pas] entrer dans Sa passion.

— PAPE BENOIT XVI, Agence de presse catholique, Cité du Vatican, 20 avril 2011, Audience générale

L'une des choses que mes lecteurs me disent le plus souvent dans leurs lettres est que mes différents articles et réflexions leur redonnent l'espérance. Nous ne pouvons parler de la venue de Jésus-Christ sans reconnaître ce qu'il a réellement dit à ce propos : que Son retour s'accompagnerait d'une grande détresse, de persécutions et de bouleversements, et plus particulièrement d'une séduction (un esprit de mensonge). Par conséquent, les discussions sur les "signes des temps" ne sont pas une question de curiosité ; il s'agit de sauver des âmes ; il s'agit de nos enfants et petits-enfants qui sont entraînés à notre époque dans un Tsunami Spirituel mensonger. Combien de fois n'avez-vous pas entendu telles homélies ou tels discours, lu tel article ou livre prétendre que « Nous pouvons tous mourir du jour au lendemain et rencontrer le Christ, alors quelle importance qu'Il vienne ou non de notre vivant » ? Dans ce cas, pourquoi Jésus nous a-t-Il commandé de « veiller et prier » ? Parce que le mensonge serait si subtil et si séduisant qu'il provoquerait une apostasie massive de la part d'une majorité de croyants.

J'ai récemment été invité à rejoindre une discussion par courrier électronique dirigée par le théologien Peter Bannister, qui a étudié à la fois les premiers Pères de l'Église et quelque 15.000 pages de révélations privées crédibles depuis 1970. Tout en remarquant que de nombreux théologiens rejettent aujourd'hui la notion "d'ère de paix" telle que décrite dans Apocalypse 20: 1-6, et lui préfèrent l'explication symbolique de Saint Augustin sur la période de "mille ans" (amillénarisme), Peter Bannister déclare ...

… à l'instar du révérend Joseph Iannuzzi et de Mark Mallett, je suis maintenant profondément convaincu que l'amillénarisme n'est pas seulement non contraignant dogmatiquement, mais constitue en fait une énorme erreur (comme bien des tentatives à travers l'histoire de soutenir des arguments théologiques, aussi sophistiqués soient-ils, qui vont à l'encontre d'une lecture honnête des Saintes Écritures, en l'occurrence le livre de l'Apocalypse, chapitres 19 et 20). Peut-être que la question importait peu au cours des siècles précédents, mais elle a certainement une grande importance aujourd'hui…

Se référant à ses vastes recherches, Peter Bannister précise :

Je ne peux citer une seule source crédible qui soutient l'eschatologie d'Augustin. Il est plutôt partout affirmé que ce à quoi nous serons confrontés plus tôt que plus tard est le Retour du Seigneur (compris dans le sens d'une manifestation spectaculaire du Christ, et non pas dans le sens millénariste condamné par l'Église d'un retour physique de Jésus pour régner corporellement sur un royaume temporel) pour le renouvellement du monde — qui ne sera pas encore le Jugement Dernier ni la fin de la planète... L'implication logique, sur la base des Écritures, qui nous pousse à affirmer que le Retour du Seigneur est "imminent" est que, la venue du fils de perdition est, elle même, toute proche. Je ne vois aucune autre interprétation possible. Encore une fois, cela est confirmé par un nombre impressionnant de sources prophétiques solides...

En gardant tout ceci à l'esprit, je souhaite à nouveau présenter une approche calme et équilibrée du sujet dans un article ci-dessous intitulé : « L'Antéchrist à notre époque ». Je le fais, non pas parce que je m'intéresserais à la futilité des calculs permettant de déterminer le moment de sa manifestation. Au contraire, et encore une fois, parce que sa venue sera précédée et accompagnée d'un esprit d'égarement si puissant, que « même les élus » pourraient, si cela était possible, être trompés. [1] Comme vous le verrez, de nombreux papes du siècle dernier croient que cette séduction est déjà à l'oeuvre …

Pouvons-nous avoir cette discussion ?

La Goélette Noire a pris la mer

Telles sont les paroles que j'ai senti monter en moi avant le début de l'Avent 2014. J'ai ressenti que le Seigneur m'invitait à écrire à ce sujet — à propos du chapitre 13 du livre de l'Apocalypse — et mon directeur spirituel m'y a également encouragé. Et pourquoi pas, car le texte lui-même dit :

Si quelqu'un a des oreilles, qu'il entende [ces paroles].

Ap 13: 9

Mais voici la question qui nous est posée : avons-nous des oreilles pour entendre ces paroles ? Sommes-nous capables de nous engager dans une discussion sur l'Antéchrist et les signes des temps, qui font partie de notre foi catholique, du commandement que nous a donné le Christ de « veiller et prier » ? [2] Ou détournons-nous immédiatement le regard en considérant toute discussion sur le sujet comme étant de la paranoïa et n'ayant pour autre but que de susciter la peur ? Pouvons-nous faire l'effort de mettre de côté nos idées préconçues et nos préjugés et écouter la voix de l'Église, de tendre l'oreille vers ce que les Papes et les Pères de l'Église nous ont dit et nous disent encore aujourd'hui ? Car ils parlent avec l'esprit du Christ qui a dit à Ses premiers évêques, et donc aussi à leurs successeurs :

Celui qui vous écoute m'écoute ; celui qui vous rejette me rejette.

Luc 10: 16

Avant d'aborder, dans un autre article, le sujet de la Goélette Noire, cette fausse église en train de faire surface, commençons par examiner la question lancinante de savoir quand nous attendre à voir apparaître l'Antichrist. C'est une question importante car les Écritures nous disent que sa venue sera accompagnée d'un esprit de séduction d'une ampleur phénoménale. On peut dire que tout cela est déjà en train de se produire, en particulier dans le monde occidental…

Note de Pierre et les loups : une image qui me parle beaucoup et qui semble prophétiser la lutte entre la vraie Église du Christ et la fausse Église de l'Antéchrist qui commence à se former précisément sous le pontificat de François :

Deux colombes lâchées par le Pape François ont été attaquées par un corbeau en janvier 2014

Le fils de perdition

La Sainte Tradition affirme que, vers la fin des temps, un certain individu, que Saint Paul appelle « l'Impie » ou « l'Homme de l'impiété », devrait se présenter au monde comme un faux Christ, se plaçant lui-même comme un objet d'adoration. Le temps de sa venue a été révélé à Paul comme devant survenir avant le "Jour du Seigneur" :

Ne laissez personne vous égarer d'aucune manière. Car il faut que vienne d'abord l'apostasie, et que se révèle l'Homme de l'impiété, le fils de perdition.

2 Th 2: 3

Les premiers Pères de l'Église ont unanimement confirmé que le « fils de perdition » est un être humain, une personne à part entière. Cependant, le Pape Émérite Benoît XVI a précisé un point important :

En ce qui concerne l'antichrist, nous avons vu que, dans le Nouveau Testament, il assume toujours les traits de l'histoire de son époque. Il ne peut être limité à un seul individu. Un esprit unique, mais portant plusieurs masques de génération en génération.

— Cardinal Ratzinger (Pape Benoît XVI), Théologie dogmatique, Eschatologie 9, Johann Auer et Joseph Ratzinger, 1988, p. 199-200

C'est un point de vue en accord avec la Sainte Écriture :

Petits enfants, voici venue la dernière heure. Vous avez ouï dire que l'Antichrist doit venir ; et déjà maintenant beaucoup d'antichrists sont survenus : nous reconnaissons ainsi que c'est la dernière heure… Celui-là est l'anti-Christ qui refuse à la fois le Père et le Fils.

1 Jean 2: 18, 22

C'est simplement pour vous dire qu'il y a eu beaucoup d'antichrists au cours de l'histoire humaine. Mais les prophéties des Écritures convergent (lire La Spirale) en particulier vers un seul homme, chef entre tous, qui accompagnera une grande rébellion ou apostasie vers la fin des temps. Les Pères de l'Église le désignent comme le « fils de perdition », l' « Impie », un « roi », un « apostat et un brigand » [3] originaire probablement du Moyen-Orient, éventuellement d'héritage juif.

Mais quand va-t-il arriver ?

Chronologie de l'avènement de l'Imposteur

Deux camps étudient essentiellement cette question, mais comme je vais le souligner, ils ne sont pas nécessairement opposés l'un à l'autre.

Le premier camp, et le plus répandu aujourd'hui, pense que l'Antéchrist apparaîtrait à la toute fin des temps, juste avant le retour final de Jésus dans la gloire, inaugurant le jugement universel et la fin du monde.

L'autre camp est celui qui prévaut le plus chez les premiers Pères de l'Église et qui, notamment, suit la chronologie de l'apôtre Saint-Jean dans l'Apocalypse. Selon ce deuxième camp, la venue de l'Homme de l'impiété est suivie d'une "ère de paix", ce que les Pères de l'Église ont appelé un « repos du sabbat », le « septième jour », « les temps du royaume » ou « le jour du Seigneur ». [4] Ce serait également le point de vue le plus répandu dans les révélations prophétiques contemporaines. J'ai pris le temps d'expliquer la théologie des Pères de l'Église à cet égard dans deux articles de mon blog (en anglais) : How the Era was Lost et Millenarianism: What it is, and is Not. Résumant la réflexion collective du Magistère, le Père Charles Arminjon a écrit :

Le point de vue le plus autorisé, et celui qui semble le plus en harmonie avec la Sainte Écriture, est qu'après la chute de l'Antéchrist, l'Église catholique entrera de nouveau dans une période de prospérité et de triomphe.

—The End of the Present World and the Mysteries of the Future Life, Fr. Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Sophia Institute Press

Cette chronologie est claire dans le livre de l'Apocalypse où Saint Jean écrit au sujet de :

I. L'apparition d'un grand dragon qui luttera contre le Peuple de Dieu (la "femme") [5]

II. Le dragon donne son autorité à une "Bête" qui domine le monde entier pendant une courte période. Une autre Bête, un "faux prophète", monte au pouvoir, obligeant le monde entier à adorer la première Bête et à accepter une économie globalisée, à laquelle on participe au travers de la "marque de la Bête". [6]

III. Jésus, accompagné d'une armée céleste, manifeste Sa puissance et détruit l'Antéchrist, précipitant la Bête et le faux prophète en enfer. [7] Ce n'est clairement pas la fin du monde selon la chronologie de St Jean, ni la Seconde Venue du Christ à la fin des temps. Le Père Charles explique :

Saint Thomas d'Aquin et Saint Jean Chrysostome expliquent les mots 'quem Dominus Jesus destruet illustratione adventus sui' ("que le Seigneur Jésus détruira par la clarté de Sa venue") dans le sens où le Christ frappera l'Antéchrist en l'éblouissant d'une clarté qui sera comme un présage et un signe de Sa seconde venue…Fin du monde présent et mystères de la vie future, Père Charles Arminjon (1824-1885) ; Télécharger le PDF

IV. Satan est jeté et enchaîné dans « l'abîme » tandis que l'Église règne en paix pour une certaine période de temps, symbolisée par le nombre « mille [ans] ». [8]

V. Après cela, il y a une ultime rébellion lorsque Satan est libéré, ce que saint Jean appelle « Gog et Magog. » Mais le feu tombe du ciel et les consume alors qu'ils encerclent le camp des saints. D'après la chronologie de saint Jean, il convient de noter que « le diable qui les avait égarés fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont aussi la Bête et le faux prophète. » [9],

VI. L'histoire humaine se termine là où commence le Jugement Dernier. [10]

VII. Dieu crée un Ciel nouveau et une Terre nouvelle tandis que l'Église est unie pour l'éternité à son Époux Divin. [11]

(...)

Nous retrouvons la chronologie ci-dessus également dans les écrits des premiers Pères de l'Église.

Or, après que l'Antéchrist aura réduit le monde entier à l'état de désert, qu'il aura régné trois ans et six mois et qu'il aura siégé dans le Temple de Jérusalem, le Seigneur viendra du haut du ciel, sur les nuées, dans la gloire de son Père, et il enverra dans l'étang de feu l'Antéchrist avec ses fidèles; il inaugurera en même temps pour les justes les temps du royaume, c'est-à-dire le repos, le septième jour qui fut sanctifié… Ce sont ceux qui auront lieu au temps du royaume, c'est-à-dire en ce septième jour… le vrai sabbat des justes.

—St. Irénée de Lyon, Père de l'Église (140-202) ; Contre les hérésies, Livre V,30,4, V,33,2 ; rivtsion.org

Tertullien souligne que les « temps du royaume » sont une étape intermédiaire avant la fin du monde :

Qu'un royaume nous soit destiné ici-bas, nous le confessons, royaume toutefois avant-coureur du Ciel, mais dans un autre état d'existence, [...] et se prolongera pendant mille ans dans la Jérusalem, descendue du Ciel, cité auguste bâtie par des mains divines… Ezéchiel avait connu cette ville merveilleuse ; Jean l'entrevit un moment ; [...] elle apparaîtra visiblement sur la terre, avant la réalité de la Jérusalem éternelle dont elle est l'image.

—Tertullien (155-240 ap. J.-C.), Nicene Church Father; Adversus Marcion, Ante-Nicene Fathers, Henrickson Publishers, 1995, Vol. 3, pp. 342-343) ; tertullian.org

L'auteur de l'Épitre de Barnabé, considéré comme une voix d'autorité parmi les Pères de l'Église, parle d'un temps…

… où Son Fils viendra mettre fin au temps de [l'Antichrist], juger les impies, métamorphoser le soleil, la lune et les étoiles — alors Il chômera pleinement le septième jour... mettant toutes choses au repos, J'inaugurerai le huitième jour, c'est-à-dire le commencement d'un autre monde.

Épitre de Barnabé (70-79 après JC), écrite par un Père apostolique du IIe siècle, Ch. 15

Note de Pierre et les loups : On peut rapprocher les nombreuses prophéties et enseignements des Pères de l'Église parlant d'un juge qui jugera les hommes infidèles à la fin des temps — pensons aussi aux messages de Jésus Miséricordieux à Sainte Faustine, qui lui parle d'un temps de justice qui suivra celui de la Miséricorde — de cette prophétie attribuée à Saint Malachie :

« Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines [Rome] sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple. »

—Prophétie des derniers papes attribuée à Saint Malachie d'Armagh, évêque d'Irlande ; Wikipedia

Petite parenthèse : je ne sais pas si le dernier Pape de la prophétie de Saint Malachie, Pierre le Romain, correspond à François mais si l'on regarde la croix pectorale du Saint Père on peut être assez troublé (et je pense que très peu de catholiques l'ont remarqué) :

« Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations... »

Mais avant le huitième jour, Saint Augustin écrit :

Nous pourrons en effet interpréter les mots « Les prêtres de Dieu et de Jésus-Christ régneront avec lui pendant mille ans ; et les mille ans finis, Satan sera délivré de sa prison » ; il faut entendre que le règne des saints cessera simultanément avec la captivité du diable…

Ainsi à la fin [avant la période de paix de mille ans] ils sortiront [de l'Église] tous ceux qui n'appartiennent pas au Christ, mais à ce dernier Antichrist. [C'est ce que nous commençons à percevoir aujourd'hui, sous le pontificat du Pape François ; tous les loups, tous les ennemis du Christ, qui ne Lui appartiennent pas, qui veulent changer Sa doctrine, commencent à sortir au grand jour et à embarquer dans une fausse Église, au service de l'Antichrist, ndt)

—St. Augustin, Les Pères anténicéens, Cité de Dieu , Livre XX, Chap. 13

Note de Pierre et les loups : il peut être utile de rappeler également les paroles de Notre Dame de Fatima qui semblent faire référence à cette ère de paix (de mille ans) :

Pour empêcher [la guerre, la famine et les persécutions contre l'Eglise et le Saint-Père], je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Coeur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l'on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties [cela commence par la perte de leurs souverainetés, car une nation qui n'est plus souveraine — tout étant décidé à Bruxelles — n'est plus une nation mais un bloc parmi d'autres blocs, tout comme ce fut le cas en URSS - lire « Vladimir Boukovski - L'Union européenne : la nouvelle URSS »]. À la fin mon Coeur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera donné au monde un certain temps de paix.

—Notre Dame de Fatima à Soeur Lucie, fatima.be

Le règne de l'Antéchrist ... est-il pour notre époque ?

Tout cela pour dire qu'il est en effet possible que « l'Impie » puisse se révéler à notre époque, avant une « ère de paix ». Nous reconnaîtrons la proximité de son règne à certains facteurs clés :

A. Il doit y avoir une apostasie.

… la mondialisation est la racine du mal qui nous conduit à renier nos propres traditions et notre propre identité et à négocier notre fidélité à Dieu qui demeure toujours fidèle. Ceci… s'appelle l'apostasie, laquelle … est une forme d'“adultère” qui survient quand nous négocions l'essence de notre être : la fidélité envers le Seigneur.

— PAPE FRANCOIS, dans une méditation matinale à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, 18 novembre 2013

Les Papes ont assisté à un déclin constant de la fidélité de l'Église envers le Seigneur depuis plus d'un siècle.

Nous éprouvions une sorte de terreur à considérer les conditions funestes de l'humanité à l'heure présente. Peut-on ignorer la maladie si profonde et si grave qui travaille, en ce moment bien plus que par le passé, la société humaine, et qui, s'aggravant de jour en jour et la rongeant jusqu'aux moelles, l'entraîne à sa ruine ? Cette maladie, Vénérables Frères, vous la connaissez, c'est, à l'égard de Dieu, l'abandon et l'apostasie… Qui pèse ces choses a droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des temps, et comme leur prise de contact avec la terre, et que véritablement "le fils de perdition" dont parle l'Apôtre [2 Thess. 2: 3] n'ait déjà fait son avènement parmi nous.

—PAPE ST. PIE X, E Supremi, Encyclique Sur la restauration de toutes choses en Christ, n. 3, 5; 4 octobre 1903

Faisant remarquer la flambée de mépris envers le christianisme qui traverse le monde, le Pape Pie XI écrit :

… le peuple entier des fidèles, terrorisé, éperdu sous la continuelle menace de renier sa foi ou de périr, parfois de la mort la plus atroce. Spectacle tellement affligeant qu'on y pourrait voir déjà l'aurore de ce "commencement des douleurs" que doit apporter l'homme de péché "s'élevant contre tout ce qui est appelé Dieu ou honoré d'un culte." (2 Thess 2: 4)

Miserentissimus Redemptor, Lettre encyclique sur la réparation au Sacré-Coeur, n. 15, 8 mai 1928; avancezaularge.free.fr

Bien que je puisse citer plusieurs autres pontifes qui firent référence à ce même courant d'infidélité croissante, permettez-moi de citer encore une fois Paul VI :

Il y a un très grand trouble en ce moment dans le monde et dans l'Église, et ce qui est en question, c'est la foi... Il m'arrive de relire l'Évangile de la fin des temps et de constater qu'il y a en ce moment certains signes de cette fin.

- PAPE PAUL VI, The Secret Paul VI, Jean Guitton, p. 152-153, Référence (7), p. ix.

L'apostasie, la perte de la Foi, se répand dans le monde entier et jusqu'aux plus hauts niveaux de l'Église.

— PAPE PAUL VI, Discours à l'occasion du soixantième anniversaire des apparitions de Fatima, 13 octobre 1977

B. Avant que la Bête n'arrive, deux signes doivent se manifester : le « grand signe » de la « femme revêtue du soleil » et le « signe » du dragon rouge feu (cf. Ap 12: 1-4).

Note de Pierre et les loups : je vous invite à lire cet article si vous n'avez pas entendu parler du grand signe astronomique du 23 septembre 2017 : « Un signe dans le ciel le 23 septembre 2017 : la Femme revêtue de soleil »

J'ai traité ce sujet de manière très détaillée dans mon livre The Final Confrontation et publié le chapitre consacré à cette femme et au dragon sur mon blog. Benoît XVI explique l'identité de la femme :

Cette Femme représente Marie, la Mère du Rédempteur, mais elle représente en même temps toute l'Église, le Peuple de Dieu de tous les temps, l'Église qui en tous les temps, avec une grande douleur, engendre le Christ, toujours à nouveau.

—Pape Benoît XVI, Castel Gondolfo, Italie, 23 août 2006 ; la-croix.com

L'identité du dragon est également assez évidente. Il est :

Le grand Dragon, le Serpent des origines, celui qu'on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier.

Ap 12: 9

Lire également : Emergence de la Chine

Jésus appelle Satan un « menteur » et un « meurtrier ». [12] Le dragon attire les âmes par ses mensonges afin de les détruire.

Maintenant, le dragon, nous dit-on, séduit « le monde entier ». Il serait juste de dire qu'un programme de séduction globale fut lancé au 16ème siècle lorsque deux événements se produisirent : la Réforme protestante et les Lumières. [13] Dans les messages approuvés par l'Église du Père Stefano Gobbi, une excellente explication de ce "signe" de l'apparition du dragon, l'esprit de l'Antéchrist, nous est donnée :

En cette période historique, l'Antéchrist se manifeste par une attaque radicale contre la foi en la Parole de Dieu. A travers les philosophes, qui commencent à donner une valeur exclusive à la science, puis à la raison, on tend graduellement à constituer comme critère de vérité la seule intelligence humaine. Naissent alors les grandes erreurs philosophiques, qui se prolongent à travers les siècles jusqu'à nos jours... avec la réforme protestante, on refuse la Tradition comme source de la divine Révélation ; et l'on n'accepte plus que la Sainte Ecriture. Mais celle-ci doit aussi être interprétée par la raison, et l'on refuse obstinément le Magistère authentique de l'Eglise hiérarchique, à qui le Christ a confié la tâche de garder le dépôt de la Foi.

—Message de Notre Dame au Père Stefano Gobbi, « Aux prêtres, les Fils bien aimés de Notre Dame » , n° 407, « The Number of the Beast: 666 », p. 612, 18ème édition ; avec Imprimatur

Bien sûr, dans la même période de temps, La Sainte Vierge Marie est apparue et apparaît encore à ce jour pour contrer ces erreurs philosophiques.

C. Un système économique mondial uniformisé est de plus en plus plausible

Étant donné que l'Antéchrist impose un système économique unique et uniforme au monde entier, si les conditions sont remplies pour qu'une économie mondiale puisse émerger, cela représente assurément un certain signe avant-coureur. On peut soutenir que de telles conditions n'étaient même pas possibles avant le siècle dernier. Benoît XVI soulignait…

… l'interdépendance planétaire, désormais communément appelée mondialisation. Paul VI l'avait déjà partiellement prévue, mais les termes et la force avec laquelle elle s'est développée sont surprenants.

—PAPE BENOÎT XVI, Caritas in Veritate, n° 33, Vatican.va

Pourtant, la mondialisation en soi n'est pas un mal. Ce sont plutôt les forces sous-jacentes qui ont commencé à mettre nos derniers papes en alerte.

… sans l'orientation de l'amour dans la vérité, cet élan planétaire risque de provoquer des dommages inconnus jusqu'alors ainsi que de nouvelles fractures au sein de la famille humaine.

—Ibid. n° 33

Tout le monde peut clairement voir aujourd'hui que nos pays sont liés à un système bancaire mondial, interconnecté par la technologie, qui élimine lentement les devises fortes (espèces). Les avantages sont nombreux, mais les risques et les possibilités de contrôle centralisé le sont tout autant. Le Pape François a dénoncé avec franchise ces dangers de plus en plus prégnants lors de son discours au Parlement européen.

Maintenir vivante la réalité des démocraties est un défi de ce moment historique, en évitant que leur force réelle – force politique expressive des peuples – soit écartée face à la pression d'intérêts multinationaux non universels, qui les fragilisent et les transforment en systèmes uniformisés de pouvoir financier au service d'empires inconnus.

—PAPE FRANCOIS, Discours devant le Parlement européen, Strasbourg, France, le 25 novembre 2014, eglise.catholique.fr

« Des empires inconnus… » En effet, la première Bête qui se lève au chapitre 13 du livre de l'Apocalypse, et qui contraint le monde entier à former un système économique unique et uniforme, est une Bête constituée de plusieurs empires, "dix" précisément :

Alors, j'ai vu monter de la mer une Bête ayant dix cornes et sept têtes, avec un diadème sur chacune des dix cornes et, sur les têtes, des noms blasphématoires.

Ap 13: 1

Une nouvelle tyrannie invisible s'instaure, parfois virtuelle, qui impose ses lois et ses règles, de façon unilatérale et implacable. De plus, la dette et ses intérêts éloignent les pays des possibilités praticables par leur économie et les citoyens de leur pouvoir d'achat réel. S'ajoutent à tout cela une corruption ramifiée et une évasion fiscale égoïste qui ont atteint des dimensions mondiales. L'appétit du pouvoir et de l'avoir ne connaît pas de limites. Dans ce système, qui tend à tout phagocyter dans le but d'accroître les bénéfices, tout ce qui est fragile, comme l'environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue.

—PAPE FRANCOIS, Evangelii Gaudium, n. 56

C'est du sein de la "Bête", de ces "cornes", qu'un Antichrist se lève …

Comme je considérais ces cornes, il en poussa une autre, plus petite, au milieu ; trois des premières cornes furent arrachées devant celle-ci. Et cette corne avait des yeux comme des yeux d'homme, et une bouche qui tenait des propos délirants [arrogants] ... Il lui fut donné [à la Bête] une bouche qui disait des énormités, des blasphèmes, et il lui fut donné pouvoir d'agir pendant quarante-deux mois.

Daniel 7: 8; Ap 13: 5

… et impose à tous une « marque » sans laquelle personne ne peut ni acheter ni vendre.

L'Apocalypse parle de l'antagoniste de Dieu, la Bête. Cet animal n'a pas de nom, mais un numéro. Dans leur horreur [les camps de concentration] ont effacé les visages et l'histoire, transformant l'homme en numéro, le réduisant à un rouage dans une énorme machine. L'homme n'est plus qu'une fonction ... De nos jours, nous ne devrions pas oublier qu'ils préfiguraient le destin d'un monde qui court le risque d'adopter la même structure que celle des camps de concentration, si la loi universelle des machines était acceptée. Les machines qui ont été construites imposent la même loi. Selon cette logique, l'homme doit être interprété par un ordinateur, ce qui n'est possible que s'il est convertit en nombres. La bête est un nombre et transforme en nombres. Dieu, quant à Lui, a un nom et nous appelle par notre nom. Il est une personne et recherche les personnes.

—Cardinal Ratzinger, (PAPE BENOÎT XVI) Palerme, le 15 mars 2000

D. Les « douleurs de l'enfantement » des évangiles et du chapitre 6 de l'Apocalypse

Saint Paul, Saint Jean et le Christ lui-même parlent de grands bouleversements qui précèdent et accompagnent la venue de l'Antéchrist : guerre, effondrement économique, tremblements de terre généralisés, fléaux, famine et persécution à une échelle visiblement mondiale. [14]

Ils semblent vraiment être arrivés ces jours dont Jésus-Christ a dit : « Vous allez entendre parler de guerres et de rumeurs de guerre... on se dressera nation contre nation, royaume contre royaume » (Mt 24: 6-7).

—Pape Benoît XV, Ad Beatissimi Apostolorum, Lettre encyclique, 1er novembre 1914 ; Vatican.va

L'explosion générale de l'iniquité conduit à un endurcissement des coeurs lorsque Jésus souligne, comme étant un autre signe de la "fin des temps", que « l'amour d'un grand nombre se refroidira. » [15] Les derniers Papes ont interprété cela non seulement comme une perte de ferveur religieuse, mais aussi comme un laxisme général vis-à-vis du mal lui-même.

A ces maux vient mettre un comble soit la mollesse soit la lâcheté de ceux qui - tels les disciples endormis ou fugitifs, chancelant dans leur foi - désertent misérablement le Christ… [et] à l'exemple du traître Judas, ont l'audace de participer au sacrifice de l'autel de manière sacrilège ou de passer à l'ennemi. On ne peut vraiment pas s'empêcher de penser que les temps prédits par Notre-Seigneur semblent être proches, où, à cause des progrès incessants de l'iniquité, la charité d'un grand nombre se refroidira. (Mt 24: 12)

Miserentissimus Redemptor, Lettre encyclique sur la réparation au Sacré-Coeur, n. 17, 8 mai 1928; avancezaularge.free.fr

Se préparer pour le Christ

Comme je l'ai déjà dit, en tant que chrétiens, nous nous préparons pour le Christ, non pas pour l'Antéchrist. Néanmoins, Notre Seigneur lui-même nous a avertis de « veiller et prier » de peur de nous endormir nous aussi. En fait, dans l'évangile de Luc, le « Notre Père » se termine par la supplication suivante :

… Et ne nous laisse pas entrer en tentation.

Luc 11: 4

Frères et soeurs, bien que le moment précis où « l'homme impie » fera son apparition nous soit inconnu, je me sens le devoir de continuer à écrire sur certains signes émergents qui indiquent que les temps de l'Antéchrist sont probablement très proches — plus proches que beaucoup ne le pensent. Parmi ces signes, je vois la montée de l'islamisme radical, ces technologies de plus en plus envahissantes, l'apparition progressive d'une fausse église et l'attaque contre la vie et la santé humaines.

J'en reparlerai dans mes prochains articles. Permettez-moi de conclure par les paroles du Père Hippolyte, qui, faisant écho à des apparitions et messages récents de Notre Dame, nous donne les clés permettant de savoir comment nous préparer et résister à la séduction de l'Antéchrist :

Voyez de quelle manière les saints de cette époque s'exerceront au jeûne et à la prière ... Heureux ceux qui vaincront le tyran en ce temps-là. Car ils seront présentés comme plus illustres et plus nobles que les premiers témoins ; car les anciens témoins ont vaincu ses serviteurs seulement, mais ceux-ci renverseront et vaincront l'accusateur lui-même, le fils de perdition. Par conséquent, quels éloges et quelles couronnes ne recevront-ils pas de notre Roi, Jésus-Christ !

—Saint Hippolyte, Sur la fin du monde, n. 30, 33, newadvent.org

***

« L'Eglise (votre Mère) vous avertit et vous annonce les choses qui doivent arriver touchant l'Antéchrist avant qu'elles n'arrivent. Nous ne savons pas si ce sera de votre temps ou après vous qu'elles surviendront ; mais il est avantageux, sachant ces choses à l'avance, que vous vous prémunissiez contre lui. »

—Saint Cyrille de Jérusalem, père de l'Église, Catéchèse XV, PG 33 (n. 9), 869-916

***

« [2 Th 2, 3-10] c'est maintenant l'apostasie, car les hommes ont apostasié la foi droite. Auparavant les hérétiques se remarquaient, mais maintenant l'Église est remplie d'hérétiques… Car les hommes se sont éloignés de la vérité…. Un discours séducteur ? et tous l'écoutent ravis. Un discours de conversion ? et tous se détournent. Le grand nombre s'est détourné des paroles de vérité… L'apostasie est donc là, et l'ennemi s'apprête à venir. »

—Ibid.

A suivre : La Goélette Noire - parties 1 et 2

Mark Mallett


[1] cf. Mt 24: 24
[2] cf. Mc 14: 38
[3] cf. St Irénée de Lyon, « Contre les Hérésies », rivtsion.org
[4] cf. Two More Days
[5] cf. Ap 12: 1-6
[6] cf. Ap 13
[7] cf. Ap 19: 20 ; 2 Th 2: 8
[8] cf. Ap 20: 1-6
[9] cf. Ap 20: 10
[10] cf. Ap 20: 11-15
[11] cf. Ap 21: 1-3
[12] cf. Jn 8: 44
[13] lire Mystery Babylon
[14] cf. The Seven Seals of Revolution
[15] Mt 24: 12 ; cf. 2 Tim 3: 1-5

Soutenir l'apostolat de Mark Mallett

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Pourquoi notre époque serait-elle plus « antéchrist » que les époques précédentes ?
En effet, au 7ème siècle, la moitié des pays catholiques de l'époque furent colonisés par les invasions musulmanes.
Puis, survint le grand schisme d'Orient, au 11ème siècle.
Puis, la crise pontificale au 14ème siècle. Avec, en même temps, la Renaissance humaniste et païenne.
Puis, au 16ème siècle, le terrible schisme des multiples hérésies protestantes, associées à la prise de pouvoir des capitalistes.
Enfin, au 18ème siècle, l'horreur de la Révolution française et de la dictature napoléonienne, avec l'anti catholicisme franc-maçon et athée.
Bref, il n'y a plus aujourd'hui un seul pays catholique au monde. Plus un seul pays où le Décalogue et les Évangiles sont le fondement de la société civile.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 54 x 12 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page L'Antéchrist pour notre époque.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 54 x 12 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Sauvés par la Foi ET les oeuvres !

vendredi 2 février 2018   0 commentaire   166

La question de savoir si le chrétien est sauvé par la Foi ou par les œuvres, a déjà engendré beaucoup de polémiques. Ce n’est pas seulement un « combat » mené entre Catholiques et protestant, mais la source de polémiques est vielle : bien avant l’avènement du protestantisme. Le principe selon lequel le Chrétien est sauvé par la « Foi seule », est un des principes au cœur de la foi protestante ; principes énoncés par Martin Luther, le père de la réforme. Seulement, nous affirmons que c’est là une erreur : les Écritures saintes nient une telle doctrine ! Aucun verset ne pourra donner raison à n’importe quel théologien protestant, aussi éminent soit-il.

Lire la suite

Les reliques et le message

Mark Mallett   vendredi 23 novembre 2018   0 commentaire   178

SAINT PAUL nous a enseigné que nous sommes « entourés d'une immense nuée de témoins. » [Heb 12: 1] A l'approche de la nouvelle année, je souhaite partager avec mes lecteurs la « petite nuée » qui entoure cet apostolat à travers les reliques des Saints que j'ai reçues au fil des ans — et comment celles-ci inspirent la mission et les pensées qui sous-tendent mon ministère …

Lire la suite

L'Eucharistie, et l'ultime heure de miséricorde

Mark Mallett   lundi 15 octobre 2018   0 commentaire   211

Le texte suivant est à mettre en rapport avec l'article « Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise » pour bien comprendre le lien intime qui existe entre l'Eucharistie et le temps de la Miséricorde dans lequel nous nous trouvons. Lorsque viendra le temps de la Justice — réservé aux pécheurs impénitents qui auront dédaigné jusqu'au bout l'appel de la Miséricorde divine — il est vraisemblable que la source de cette miséricorde, le Très Saint Sacrement, nous sera retiré (non pas par Dieu, nous l'avons compris, mais par les ennemis du Christ infiltrés au coeur de l'Église).

Mais ne craignons rien car Jésus continuera de vivre dans chacun de nos coeurs, pour nous aider à traverser cette dernière période de tribulation et de ténèbres (lire « La flamme qui faiblit  » - partie 1 et partie 2) jusqu'à ce qu'il ait mis tous Ses ennemis sous ses pieds et ait fait advenir la nouvelle ère de paix. Tâchons donc de nous trouver parmi les vierges sages et non du nombre des vierges folles.

Lire la suite