https://www.pierre-et-les-loups.net

Les quatre âges de la Grâce

Au chapitre 47 du Livre d'Ezéchiel, il nous est dit qu'un ange emmène Ezéchiel à l'entrée du Temple d'où sort un cours d'eau en direction de l'orient. L'ange mesure alors à quatre reprises une distance de mille coudées, depuis le Temple d'où le cours d'eau prend sa source. A chaque nouvelle mesure, l'eau devient de plus en plus profonde, jusqu'à devenir infranchissable. Cela symbolise, pourrait-on dire, les « quatre âges de la grâce » … et nous sommes au seuil du troisième.

Au tout début de la création, il est dit dans la Genèse qu'un fleuve coulait du jardin d'Eden ; puis ce fleuve se divisa en quatre rivières — qui entouraient symboliquement toute l'humanité de la grâce et de l'amour de la Sainte Trinité. [1] Mais le péché originel endigua le fleuve d'Eau Vive, étouffant la grâce et forçant Adam et Eve à s'exiler loin du paradis.

Le péché était entré dans le monde. Mais Dieu avait un plan… et, au temps de Noé, le fleuve de la grâce se remit à couler, purifiant la surface de la terre de toute iniquité. Cela initia l'Ère du Père, qui se mit à conclure diverses alliances avec Son Peuple.

Les courants d'eau vive devaient ainsi mener le peuple élu d'une alliance à l'autre, à mesure que le fleuve de la grâce devenait de plus en plus profond et finisse par jaillir du Cœur même du Fils de Dieu, en une nouvelle et éternelle alliance (en effet, ce fleuve a toujours coulé du Cœur même du Christ). Ainsi commença l'Ère du Fils.

Au temps favorable, je t'ai exaucé, au jour du salut, je t'ai secouru. Je t'ai façonné, établi, pour que tu sois l'alliance du peuple...

Is 49: 8

Jésus est venu pour poursuivre l'œuvre du Père :

Mon Père est toujours à l'œuvre, et moi aussi, je suis à l'œuvre.

Jn 5:

Depuis le début de l'âge actuel, le Fleuve d'Eau Vive coule à travers l'Église, l'enseignant, l'élargissant et l'équipant pour sa mission qui consiste à annoncer la Bonne Nouvelle du salut jusqu'aux extrémités de la terre. L'Église a appris le sens profond de la prophétie d'Isaïe qui nous enseigne que nous ne sommes ni orphelins ni oubliés, mais que par le Christ, nous sommes les fils et les filles adoptifs du Père.

Jérusalem disait : « Le Seigneur m'a abandonnée, mon Seigneur m'a oubliée. » Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l'oubliait, moi, je ne t'oublierai pas… Le Seigneur est juste en toutes ses voies, fidèle en tout ce qu'il fait.

Is 49: 14-15 ; Ps 144 (145) : 17

Et à présent, le Fleuve d'Eau Vive transporte l'Église vers le troisième âge, l'Ère du Saint-Esprit, lorsque toutes les nations seront « baptisées dans l'Esprit Saint », car Jésus a dit « cet Évangile du Royaume sera proclamé dans le monde entier ; il y aura là un témoignage pour toutes les nations. Alors viendra la fin. » [2] Le Fils continue l'œuvre du Père, l'Esprit Saint continue l'œuvre du Fils.

Le temps est venu d'exalter le Saint-Esprit dans le monde… Je désire que cette dernière époque soit consacrée d'une manière très spéciale au Saint-Esprit… C'est son tour, c'est son époque, c'est le triomphe de l'amour dans Mon Église, dans tout l'univers.

— Jésus à la vénérable María Concepción Cabrera de Armida ; Père Marie-Michel Philipon, Conchita: Mother's Spiritual Diary, p. 195-196

Ensuite viendra le quatrième et éternel âge dans lequel « tous ceux qui sont dans les tombeaux entendront sa voix ; alors, ceux qui ont fait le bien sortiront pour ressusciter et vivre, ceux qui ont fait le mal, pour ressusciter et être jugés. » Autrement dit, le Fleuve d'Eau Vive sera trop profond pour être franchi à moins d'avoir reçu le don du salut qui vient par la foi, rendue active par les bonnes œuvres.

Mon enfant, répondit Abraham [à l'homme riche], rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. Et en plus de tout cela, un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous.

Lc 16: 25-26 (ajout)

Et ceux qui le franchiront, comme au temps du jardin d'Eden, s'abreuveront pour l'éternité aux sources de « l'eau de la vie : un fleuve resplendissant comme du cristal, qui jaillit du trône de Dieu et de l'Agneau... » [3]

… dans ce quatrième et éternel Âge de la Sainte Trinité.

Mark Mallett
The Four Ages of Grace


[1] cf. Gn 2: 10
[2] cf. Mt 24: 14
[3] cf. Ap 22: 1