https://www.pierre-et-les-loups.net

Trop petit pour être un saint ? Par Tianna Williams

C'était le Jeudi Saint, vers minuit - c'est à ce moment que l'on a les meilleures conversations. Avec une amie, nous discutions d'un livre que nous avions tous les deux lu récemment, 33 Days to Merciful Love, et comment, à l'époque de Sainte Thérèse de Lisieux, l'hérésie janséniste cherchait à broyer l'Église entre ses dents.

Posté le par , titre original « I Am Too Little to be a Saint »

« Mais si tu regardes l'histoire de l'Eglise, » me dit-elle, « c'est au temps de la plus grande hérésie et des plus terribles bouleversements que Dieu éleva les plus grands saints. »

Cette pensée me fit l'effet d'un coup de poing dans la poitrine et je me surpris à refouler mes larmes. M'efforçant de retrouver mon calme, je sentis Jésus me dire : « Je désire que tu sois cette sainte. »

Puis la conversation reprit, comme si rien ne s'était passé.

Plus tard dans la soirée, alors que nous rentrions à la maison, je voulu parler à mon mari de cette étrange expérience ... mais je me suis ravisée. Ce serait trop absurde pour la personne qui se trouve aux premières loges et connaît tous mes péchés et échecs, toutes mes mauvaises habitudes. La seule pensée de prononcer ces mots à haute voix me semblait trop arrogante, aussi je chassai l'incident de mon esprit.

Ce n'est que quelques jours plus tard, dans le calme de ma chambre d'enfance, que je me suis permis d'y repenser. C'est alors que, tombant à genoux, je me penchai sur mon lit et fondis en larme sans pouvoir m'arrêter.

Liées

Bound, Huile sur boisVous savez, la chose la plus drôle à propos de cette peinture est que lorsque j'ai pris la photo de référence, j'ai attaché la corde autour de mes propres poignets. J'y ai souvent réfléchi au cours des semaines qui ont suivi tandis que je formais chaque trait au pinceau — mon plus grand obstacle à la sainteté, c'est moi-même.

Pourquoi est-ce si embarrassant pour moi d'admettre que je suis appelée à être une sainte ? Peut-être même une grande sainte ? Après tout, j'ai entendu toute ma vie que « tout le monde est appelé à être saint » ... Mais il y a quelque chose de confortablement générique et impersonnel là-dedans. Supposer que Dieu m'appelle par mon nom, que Sa volonté soit que je devienne une sainte unique et à part entière ? Ca parait ... sans doute un peu trop optimiste, comme un enfant qui veut avoir des pouvoirs magiques.

Mais n'est-ce pas cela le grand mensonge ? Qu'à cause des circonstances de ma vie ou de ma personnalité ou de ma remarquable succession d'échecs, je ne puisse pas être une sainte.

Mais après tout, cela est réellement impossible, je me trompe ? C'est le double génie de ce mensonge. Je suis autant capable de devenir une sainte que d'aller faire une petite balade sur la lune. En vérité, mes efforts et mes réussites ne me permettront jamais d'être sainte. Seule la Miséricorde le peut.

J'en arrive à comprendre que la seule façon pour quelqu'un d'aussi imparfait que moi d'atteindre le Ciel, c'est que Jésus se penche vers moi et me prenne dans Ses bras, et qu'Il m'élève Lui-même vers la plus haute sainteté. C'est Lui qui défera ces liens du doute et du péché et me revêtira de la grâce qui me permettra de vivre cette vie ordinaire avec un amour extraordinaire. Et Il le fera un pas après l'autre, comme les battements de coeur d'une âme.

Combien de saints ont désiré connaître ce secret au cours des générations passées ? Que la sainteté ne réside pas dans de grands exploits mais dans l'abandon confiant entre les Mains de Dieu ? Non pas dans une renommée internationale, mais dans l'humble acceptation de l'abondance de l'amour miséricordieux de Dieu qui comble l'abîme de nos fragilités ?

En ce moment même, le monde a désespérément besoin de saints pour renverser la marée de ténèbres qui déferle sur le monde, peut-être même plus encore qu'au temps de Sainte Thérèse. Mais comme cette jeune soeur cachée aux yeux du monde et qui sera plus tard reconnue comme Docteur de l'Eglise, je pense que c'est dans la petitesse et l'obscurité que naîtront les plus grands saints ... En effet, je crois que ce sera une armée de petits saints qui transformera le monde de l'intérieur.

Le Bon Dieu ne saurait inspirer des désirs irréalisables … Je puis donc malgré ma petitesse, aspirer à la sainteté.

- Sainte Thérèse de Lisieux, Histoire d'une Âme

A propos de cette peinture

Sachant que je voulais écrire sur cette expérience, j'ai commencé à chercher des images pour l'accompagner. Il ne m'a pas fallu longtemps pour me décider à peindre des mains — des mains liées, faibles et sales.

Peindre cette toile fut une expérience contemplative. Tout au long du Carême, en tenant un journal et en lisant plusieurs livres, dont 33 Days to Merciful Love et A Mother's Rule of Life, j'ai lentement discerné des habitudes que j'avais laissées s'infiltrer dans ma vie et finir par m'asservir, la moindre d'entre elles n'étant pas de m'être lancée dans mes journées sans accorder suffisamment de temps à la prière et l'oraison. Ainsi, pendant les deux semaines que me prit la peinture de cette image, je me suis efforcée de prendre une bonne heure tous les matins pour me faire une tasse de thé, prier avec mon Magnificat, et ensuite peindre.

Cela aurait dû irriter ma tendance bien ancrée et typiquement nord-américaine à produire produire produire, et pourtant, cette heure de paisible méditation engendra en moi une paix indéniable qui m'accompagna le reste de ma journée.

En outre, la technique utilisée fut en elle-même source d'une profonde inspiration : que quelquefois, une belle histoire est formée non pas avec de larges et audacieux coups de pinceau, mais avec de petites touches appliquées avec soin et patience.

Tianna Williams

Achetez cette peinture »