Halloween, non merci ! Chrétiens, refusons de mettre l’horreur à l’honneur


Commentaires (2)

Publié le jeudi 25 octobre 2018

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Chaque année le 31 octobre est célébrée dans les pays anglo-saxons une fête qui tente de s'implanter chez nous. Mélangée à la fête Catholique du « jour des morts » (adoptée par l'empereur Constantin au IIIe siècle pour apaiser les nations païennes, car à l'origine on la célébrait au mois de mai), cette coutume tire ses origines des ténèbres et du paganisme le plus ancien. Nous, Chrétiens de toutes confessions, y sommes opposés. Voici pourquoi.

Source : infochretienne.com par Nicolas Ciarapica

Parce que nous refusons de faire peur à nos enfants

Je sais que la vie est dure et les occasions de s'amuser sont rares dans notre époque morose. J'ai élevé 5 enfants, et j'ai observé que tout ce qui est du domaine du glauque, du sombre, de l'horrible et du morbide, même déguisé sous des contes à l'apparence innocente créait en eux des peurs qu'il fallait ensuite accompagner. La nuit, il faudra les rassurer pendant leurs cauchemars, ou « dans les bois » parce qu'un enseignant leur aura inoculé la « peur du loup ». Halloween, c'est un cran au-dessus : banaliser l'horreur requiert pas mal de perversité de la part des adultes qui en font la promotion. Le « folklore satanique » provoque un mouvement instinctif de recul et habituer les enfants à la laideur, à la mort, au gore, aux sorcières etc., c'est leur VOLER LEUR ENFANCE [et leur innocence]. Non aux zombies, aux chairs décomposées, aux gens démembrés ou assassinés avec des poignards qui dépassent, non à ces choses laides et repoussantes et non au fait de s'y habituer. Epargnons le coeur et l'imagination de nos enfants, ils sont si fragiles et en pleine construction.

Parce qu'Halloween vient du paganisme

En 300 avant J.-C., une société secrète de prêtres [païens] tenait sous son emprise le monde celte. Chaque année le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samain, un festival de la Mort. Les prêtres se déplaçaient de maison en maison et réclamaient des offrandes pour leur dieu, exigeant parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le « trick or treat », qui signifie « une malédiction ou un cadeau, faites-moi une offrande sinon vous serez maudits ». Pour éclairer leur chemin, ces prêtres portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlaient une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents. Ces navets représentaient l'esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces. C'est en arrivant aux USA au 18e siècle que la citrouille, dans laquelle habitait un esprit nommé « Jock » (qui devint « Jack »), vint remplacer le navet. De nos jours encore, le 31 octobre est la fête la plus importante pour les sorciers. C'est leur « sabbat », leur « repos » antichrétien, puisque c'est le moment où la nature elle-même va commencer à entrer dans le froid, la mort et les ténèbres de l'hiver.

Parce qu'un chrétien est appelé à bénir

Nos paroles ne doivent pas être prises à la légère. La Bible dit que « La vie et la mort sont au pouvoir de la langue » (Prov. 18 :21). Nous devons utiliser nos paroles pour dire du bien, bénir, prononcer des paroles positives et encourager notre prochain. Pensez-vous que de dire « des bonbons, sinon je te maudis », même en riant, soit si anodin ?

Alors amis chrétiens, souvenons-nous qu'en incitant les enfants à aller de porte en porte réclamer des bonbons nous nous associons à tout ce qui se cache derrière cette fête. Gardons à l'esprit qu'en cette nuit, de nos jours encore comme dans les plus profondes ténèbres du Moyen-Âge, des satanistes feront des sacrifices humains, même en Occident. Je n'exagère pas. Réfléchissons à ceci : mettre l'horreur à l'honneur c'est banaliser les ténèbres et initier nos enfants, de façon « soft », à la sorcellerie, leur voler leur innocence et les éloigner du message de l'Evangile, qui est paix, joie, amour, bonheur et lumière en Jésus-Christ. Tous ensemble à nos amis, sur les réseaux sociaux, disons : Halloween, non merci !

Nicolas Ciarapica

Cet article m'inspire ...


de la joie
1


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Et pourtant, selon le site Aleteia, la fête de Halloween a bien des origines catholiques. Son nom signifie « veille de la fête de tous les saints ».
https://aleteia.org/2016/10/25/the-surprisingly-catholic-origins-of-halloween/
Ce qu'il faut comprendre, je crois, c'est que toutes les fêtes catholiques ont été soit supprimées, soit néo-paganisées (c-à-d, rendues commerciales) depuis 1789.
Pour détruire l'Église catholique, Satan a décidé de s'attaquer aux fêtes catholiques, appréciées par le peuple.
Pensons à l'affreux bonhomme païen, Père Noël, qui a pris la place de l'enfant Jésus lors de la fête de Noël.
La fête de Halloween a simplement subi le même sort. Sa signification catholique a été perdue et remplacée par une mascarade néo-païenne.
À mon avis, il vaut mieux que nous réapprenions à nos enfants le sens catholique de Halloween, plutôt que de combattre en vain le sens attribué par la société néo-païenne actuelle.
Nos sociétés ne sont plus catholiques depuis longtemps. Les catholiques doivent réapprendre à vivre et témoigner dans une société païenne, comme leurs ancêtres.

Commentaire laissé par le

Je me suis toujours demandé pourquoi on continue Halloween... J'avais l'impression qu'il y avait de nouveau une recrudescence et c'est vraiment malsain à la veille de la Toussaint franchement !
C'est l'antichrétienté déguisée en folklore.......Qu'attend t on pour supprimer cette machine à sous ( car ça rapporte!
Bas les masques,les sorcières et Tutti quanti.
Toute référence à du glauque attirent les enfants....sans qu'on se rende compte que c'est le carnaval du Mal....

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Halloween, non merci ! Chrétiens, refusons de mettre l’horreur à l’honneur.

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La mise à l'épreuve - Partie 1

Mark Mallett   vendredi 6 avril 2018   1 commentaire   partager

Ce que je trouve le plus remarquable dans le pontificat du Pape François, c'est la façon dont il révèle, d'une manière ou d'une autre, nos peurs, nos loyautés et la profondeur de notre foi. C'est-à-dire que nous sommes dans une période d'épreuve, ou comme le dit Saint Paul, c'est un temps qui a pour but de « vérifier l'authenticité de votre charité. » (2 Co 8: 8)

Lire la suite

Oui, l’enfer existe, et les damnés y passeront une éternité de souffrances

dimanche 23 septembre 2018   3 commentaires   partager

Aujourd'hui très peu de catholiques ou chrétiens croient à l'enfer. Beaucoup de prêtres ne parlent plus de l'enfer. Vous entendrez des gens dire : « Oh, l'enfer, c'était une invention des curés pour faire peur au monde », ou bien « l'enfer, existe, mais il n'y pas personne dedans », ou encore « les bons vont aller au ciel, mais les méchants n'iront pas en enfer, ils seront tout simplement anéantis ». Eh bien non, l'enfer existe réellement, c'est une vérité de foi, et il y a bel et bien du monde dedans.

Lire la suite

L'enseignement du Pape François ...

Mark Mallett   dimanche 29 avril 2018   3 commentaires   partager

... en tant que seul et unique magistère indivisible de l'Église, le pape et les évêques unis à lui portent la très grave responsabilité de faire en sorte qu'aucun signe ambigu ou enseignement flou ne viennent d'eux, cherchant à induire les fidèles en erreur ou à les rassurer par des propos lénifiants. - Gerhard Ludwig Cardinal Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi First Thing, le 20 avril 2018

Le pape peut être confus, ses paroles ambiguës, ses pensées incomplètes. Il y a beaucoup de rumeurs, de soupçons et d'accusations selon lesquels l'actuel Pontife essaierait de changer l'enseignement catholique. Donc, pour mémoire, voici ce qu'enseigne le Pape François ...

Lire la suite