François et la passion de l'Eglise par Mark Mallett


Commentaires (2)

Publié le lundi 21 janvier 2019

Auteur : Mark Mallett

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Nombre de consultations : 768

Il y a quelques années, peu après la résignation de Benoît XVI, j'ai écrit un article intitulé Le Sixième jour où je partageais mon sentiment selon lequel « minuit » est sur le point de sonner, en effet nous semblons sur le point de franchir le seuil du Jour du Seigneur. J'écrivais alors,

Le prochain pape nous guidera aussi… mais il montera sur un trône que le monde tente de renverser. C'est cela le seuil dont je parle.

Lors d'une interview où il était encore cardinal, le Pape Benoît XVI disait ceci :

Abraham, le père de la foi, est par sa foi le rocher qui retient le chaos, l'assaut du flot destructeur primordial, et également le soutien de la création. Simon, le premier à confesser Jésus comme étant le Christ ... devient maintenant en vertu de sa foi abrahamique, renouvelée dans le Christ, le rocher qui tient ferme face à la marée d'impureté et d'incrédulité et son anéantissement de l'homme.

—PAPE BENOÎT XVI (Cardinal Ratzinger), Called to Communion, Understanding the Church Today, Adrian Walker, Tr., p. 55-56

St Paul parlait de quelqu'un qui retient cette “marée d'impureté et d'incrédulité et son anéantissement de l'homme”, laquelle s'incarnera dans un ultime ennemi que l'on appelle “l'Impie” ou l'Antichrist.

Car le mystère d'iniquité est déjà à l'oeuvre ; il suffit que soit écarté celui qui le retient à présent. Alors sera révélé l'Impie...

—2 Thess 2: 7-8

Dans l'un de ses derniers livres-entretiens, le Pape Benoît XVI disait :

L'Église est constamment appelée à faire [ce que Dieu attendait d'Abraham] : veiller à ce qu'il y ai suffisamment de justes pour contenir le mal et la destruction.

—PAPE BENOÎT XVI, Lumière du Monde, un entretien avec Peter Seewald (Bayard), p. 217

Le Sixième jour, par Mark Mallett

Si nous examinons la réaction du monde au pontificat du Pape François, il semblerait que ce soit l'inverse. Il ne se passe pratiquement pas un jour depuis son élection où les médias ne rapportent pas telle ou telle histoire ou n'acclament pas le nouveau Pontife. Mais il y a 2000 ans, sept jours avant la crucifixion de Jésus, on acclamait le Christ avec autant d'enthousiasme...

L'entrée à Jérusalem

Je pense que le Pape François, avec l'aide de ses prédécesseurs, monte effectivement sur un trône... non pas sur le trône du pouvoir ou de la popularité, mais sur celui de la Croix. Laissez-moi vous expliquer...

Alors que Jésus « montait vers Jérusalem », Il prit Ses disciples à l'écart et leur dit :

Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l'homme sera livré... aux nations païennes pour qu'elles se moquent de lui, le flagellent et le crucifient ; le troisième jour, il ressuscitera.

Mt 20: 18-19

Mais l'entrée à Jérusalem devait en réalité avoir un caractère prophétique :

Jésus envoya deux disciples en leur disant : « Allez au village qui est en face de vous ; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et son petit avec elle. »

Mt 21: 2 ; cf. Za 9: 9

L'ânesse symbolise l'humilité du Christ, et l'ânon, une "bête de somme" [1], Sa pauvreté. Ce sont les deux "signes" qui caractérisent le Christ lors de Son entrée dans la Ville Sainte, Son entrée dans Sa Passion.

Ce sont sans aucun doute ces deux même clés qui permettent de définir le pontificat du Pape François. Il a refusé de se déplacer en limousine, préférant une petite voiture ; il a boudé le palais papal et préféré habiter dans un appartement ; il a fui les signes d'honneur pour leur préférer la simplicité. Son humilité a fait le tour du monde en très peu de temps.

Quand Jésus entra à Jérusalem, il fut instantanément aimé de la foule, à tel point que les gens ôtèrent leurs manteaux et les étendirent sur le chemins. De la même manière, le Pape François a été salué par les médias de gauche, applaudi par les libéraux et acclamé par les athées. Ils ont accordé au Saint Père leur temps d'antenne et les colonnes de leurs journaux et magazines en criant : « Béni soit celui qui vient en notre nom ! »

Oui, quand Jésus entra à Jérusalem, il secoua littéralement la ville.

... Comme Jésus entrait à Jérusalem, toute la ville fut en proie à l'agitation, et disait : « Qui est cet homme ? » Et les foules répondaient : « C'est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. »

Mt 21: 10

C'est-à-dire que les gens ne comprirent pas vraiment qui était Jésus.

Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes.

Mt 16: 14

En fin de compte, beaucoup crurent que Jésus était celui qui était venu les délivrer des oppresseurs romains. Et d'autres encore dirent : « N'est-ce pas le fils d'un charpentier ? »

De même, beaucoup ont du mal à comprendre qui est ce videur-de-boîte-de-nuit-devenu-cardinal-puis-pape. Certains pensent qu'il est venu enfin « libérer » l'Église de l'oppression patriarcale incarnée par les papes du passé. D'autres disent qu'il est le nouveau leader de la Théologie de la Libération.

Pour les uns, c'est un conservateur ; pour d'autres un libéral ; pour d'autres encore, un marxiste ou l'un de ces communistes.

Mais quand Jésus demanda « qui dites-vous que je suis ? » Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant. » [2]

Mais qui donc est vraiment le Pape François ? Pour reprendre ses propres mots : « je suis fils de l'Eglise ». [3]

Se préparer à la passion

Après que Jésus soit entré à Jérusalem et que le fracas des louanges se soit apaisé, Sa véritable mission commença à se dévoiler — à la consternation générale. Son premier acte fut de nettoyer le temple, renversant les tables des changeurs et les étals des vendeurs. Qu'est-ce qui se produisit ensuite ?

Des aveugles et des boiteux s'approchèrent de lui dans le Temple, et il les guérit.

Mt 21: 14

Après avoir été élu, le Pape François s'affaira à préparer sa première Exhortation apostolique, Evangelii Gaudium. Le Saint Père commença à y renverser, tout comme le fit Jésus, les tables des changeurs, attaquant « une économie [qui] tue » et la « dictature de l'économie sans visage [dépourvu de] but véritablement humain » [4]. Ses propos, fondés sur la doctrine sociale de l'Église, sont une condamnation du « consumérisme effréné » et particulièrement d'un système boursier corrompu qui a créé « une nouvelle tyrannie » et un « marché déifié », une « nouvelle idolâtrie de l'argent » où « l'on regarde l'éthique avec un certain mépris narquois. » [5] Sa description exacte et cinglante du déséquilibre entre richesse et pouvoir a immédiatement (et de manière prévisible) attiré la colère et l'ire de ceux qui l'avaient applaudi encore quelques semaines auparavant.

En outre, le Saint-Père a entrepris de réformer la Banque du Vatican, elle-même troublée par des allégations de corruption. Un véritable nettoyage du temple !

Quant au Pape, il a continué à fuir l'opulence, choisissant plutôt d'être avec le peuple.

Je préfère une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une Église malade de la fermeture et du confort de s'accrocher à ses propres sécurités.

—PAPE FRANCOIS, Evangelii Gaudium, n° 49

C'est également après Son entrée à Jérusalem que Jésus enseigna le « premier commandement » : « aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur... et ton prochain comme toi-même ». [6] De même, le Saint-Père a fait de l'évangélisation et de « l'amour du prochain » à travers le service des pauvres les thèmes centraux de son Exhortation.

Mais après avoir exhorté le peuple à respecter les principaux commandements, Jésus fit quelque chose d'assez surprenant : Il dénonça publiquement les Scribes et les Pharisiens en les qualifiant clairement d' « hypocrites... de guides aveugles... de sépulcres blanchis ... » et leur reprocha de rechercher le titre de maîtres, [7] de ne pas annoncer la Miséricorde de Dieu, [8] et d'être remplis d'intempérance. [9] (lire « discours du Pape François sur les 15 maladies », ndt)

De même, le doux Pape François a également défié avec audace ceux qui ont perdu le sens de l'amour chrétien authentique, en particulier au sein du clergé. Il a réprimandé ceux qui sont « obsédés par la transmission désarticulée d'une multitude de doctrines à imposer avec insistance. » [10] Il a critiqué les religieux et les membres du clergé qui achètent de nouveaux véhicules en les encourageant à « choisir une voiture plus modeste ». [11] Il a déploré ceux qui « dominent l'espace de l'Église » avec « des dynamiques d'auto-estime et de réalisation autoréférentielle » et [12] les prélats ayant une « [mentalité] de manager, chargés de statistiques, de planifications, d'évaluations, où le principal bénéficiaire n'est pas le Peuple de Dieu mais plutôt l'Église en tant qu'organisation. » [13] Il a dénoncé la « mondanité » de l'Église qui mène à une « autosatisfaction égocentrique ». [14] Il a recadré ces prêtres qui ne prennent pas le temps de préparer correctement leurs sermons en les qualifiant de « malhonnêtes et irresponsables » et même de « faux prophètes, [d']escroc ou [de] charlatans sans consistance ». [15] Il a décrit ceux qui encouragent et s'imprègnent de cléricalisme comme étant des « petits monstres ». [16] Pour ce qui est des titres, François, dans le but de freiner le carriérisme dans l'Église, a aboli le titre honorifique de "Monseigneur" pour les prêtres diocésains âgés de moins de 65 ans. [17] Enfin, le Saint Père travaille à la réforme de la Curie, ce qui va sans aucun doute bouleverser les rapports de force qui se sont développés au fil des ans entre de nombreux « catholiques de carrière ».

La nuit précédant Sa Passion, Jésus lava les pieds de Ses disciples, ce qui scandalisa Pierre. De même, le Pape François a lavé les pieds de prisonniers et de femmes musulmanes, scandalisant certains catholiques parce qu'il s'agissait d'une rupture avec le contexte liturgique. (Certains musulmans ne sont-ils pas de plus fidèles disciples du Christ — sans même le connaître mais parce qu'ils aiment leurs frères, se laissent toucher par la Miséricorde de Dieu et font le bien auquel les appelle leur conscience, qui est le lieu intime où Jésus leur parle — contrairement à bien des chrétiens qui disent « Seigneur, Seigneur » mais ne font pas Sa volonté ?, cf. Mt 7: 21, Mt 21: 31 et Lc 8: 21, ndt) C'est aussi pendant la semaine qui a précédé Sa Passion que Jésus enseigna Ses disciples à être des « serviteurs bons et fidèles » ; à ne pas enterrer leur talent ; à donner la préférence aux pauvres. C'est également avant Sa Passion qu'Il prononça Son discours sur « la fin des temps ». De même, François a appelé toute l'Église à une nouvelle évangélisation, au courage dans l'utilisation de nos talents, à donner la préférence aux pauvres, et il a fait remarquer que nous entrons dans un « changement d'époque. » [18]

La passion de l'Église

Alors que certains commentateurs aiment à mépriser Benoît XVI en le qualifiant de froid, et Jean-Paul II qu'ils considèrent comme rigide doctrinalement, ils vont avoir une surprise s'ils pensent que le Pape François s'écarte de la vérité. Si vous lisez Evangelii Gaudium, vous constaterez qu'elle est construite, citation après citation, à partir des déclarations des précédents papes. François se tient sur des épaules solides comme le "roc" qui tiennent, inébranlables, depuis plus de 2000 ans. Il ne fait aucun doute que le Saint Père est aimé par certains (et pas top apprécié par d'autres) pour sa manière spontanée de s'exprimer. Mais comme il le dit lui-même :

Parler avec le coeur implique de le tenir, non seulement ardent, mais aussi éclairé par l'intégrité de la Révélation...

Evangelii Gaudium, n° 144

Au Vatican, il a rappelé la nécessité d'être fidèle à la « plénitude de la Révélation » :

Confessez la foi ! Dans son intégralité, non pas partiellement ! Sauvegardez cette foi, telle qu'elle nous est parvenue, par tradition : toute la foi !

Zenit.org, le 10 janvier 2014

C'est précisément cette "fidélité" à la vérité qui contraria fortement les ennemis du Christ. C'est la "purification du temple" qui provoqua Ses adversaires. Ce fut Son défi lancé au statu quo des puissances religieuses de l'époque qui les contraignit à finalement élaborer leur plan pour le faire crucifier. En effet, beaucoup de ceux qui avaient jadis déposé leurs manteaux aux pieds du Christ, ont fini par Lui faire la peau.

Et pourtant, c'est pendant la Semaine de la Passion que le témoignage le plus puissant du Christ fut rendu, depuis Sa tendresse pour les pauvres jusqu'au lavement des pieds de Ses disciples, en passant par le pardon donné à Ses ennemis. Je crois que c'est précisément en cela que consiste cette « [nouvelle] période évangélisatrice », [19] dont parle François. Evangelii Gaudium est un appel à l'Eglise et à chacun de ses membres à monter « l'ânesse et son ânon », à entrer dans un profond esprit d'humilité, de conversion et de pauvreté. C'est une préparation à évangéliser tout au long du Chemin de Croix auquel l'Église ne pourra pas se soustraire...

... où elle suivra son Seigneur dans sa mort et sa Résurrection

—Catéchisme de l'Église catholique , n. 677

Le monde regarde François et, pour le moment, il semble surtout l'aimer. Mais François veille quant à lui sur l'Église et regarde le monde, et son amour pour les hommes commence à rendre certaines personnes très mal à l'aise. Cela peut représenter, peut-être, un autre "signe des temps" dans le sens qu'il indique que l'ascension de la Bête et la Passion de l'Église sont bien plus proches que ne le réalisent nombre de catholiques.

J'exhorte toutes les communautés à avoir « l'attention constamment éveillée aux signes des temps ». Il s'agit d'une responsabilité grave, puisque certaines réalités du temps présent, si elles ne trouvent pas de bonnes solutions, peuvent déclencher des processus de déshumanisation sur lesquels il est ensuite difficile de revenir.

—POPE FRANCIS, Evangelii Gaudium, n° 51

Mark Mallett
« Francis, and the Coming Passion of the Church »


[1] Za 9: 9
[2] Mt 16: 16
[3] cf. letemps.ch, 23 décembre 2103
[4] Evangelii Gaudium, n° 53-55
[5] Ibid, n° 60, 56, 55, 57
[6] Mt 22: 37-40
[7] Mt 23: 10
[8] cf. Mt 23:13
[9] cf. Mt 23:25
[10] cf. letemps.ch, 23 décembre 2103
[11] reuters.com ; Jul. 6th, 2013
[12] Evangelii Gaudium, n° 95
[13] Ibid, n° 95
[14] Ibid, n° 95
[15] Ibid, n° 145, 151
[16] fr.aleteia.org, 2 avril 2015
[17] zenit.org, 7 janvier 2014 ; « Les "Monseigneurs" (Monsignor) se distinguent des évêques parce qu'ils ne portent pas de croix pectorale, ni d'anneau pastoral à la main droite, ni de calotte, ni de pèlerine sur la soutane. »
[18] Evangelii Gaudium, n° 52; Ces thèmes sont traîtés tout au long de l'Exhortation apostolique
[19] Ibid., n° 261

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour de Vignier, en effet je pense bien que la fameuse prophétie des derniers papes attribuée à Saint Malachie fait référence à François en ce qui concerne le mystérieux Pierre le Romain. Comme je l'indiquais dans un commentaire de l'article "L'Antéchrist pour notre époque" la simple croix pectorale choisie par François en est un signe :

Rappelons cette prophétie de Pierre le Romain :

« Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines [Rome] sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple. »

Commentaire laissé par le

Ce que fait ce pape personne ne l'a fait avant lui ou du moins je ne m'en souviens pas.
C'est bien le premier pontife à avoir refusé le confort de ses précédents et comme vous dites,n'hésitant pas à fustiger certains clercs,cardinaux,refusant l'hiérarchie nominative des * Monseigneur,Votre Excellence,Votre Eminence"
Alors qu'il n'y a qu'un SEUL Seigneur: Dieu, Père, Fils.
Je m'étonne même du titre " Princes de l'Eglise" appellant Monseigneur des princes de sang royal!!!!!
Vous cherchiez Pierre le Romain?
C'est lui,François....

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 : 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page François et la passion de l'Eglise.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 50 : 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Prophétie à Rome - Partie 7

Mark Mallett   samedi 15 décembre 2018   0 commentaire   2.117

Dans cet avant-dernier épisode captivant, Mark Mallett nous avertit qu'un moment arrivera après l' "Illumination des Consciences." où Satan et ses serviteurs humains chercheront à tromper l'humanité. En se basant sur les documents du Vatican relatifs au New Age, la septième partie traite du sujet épineux de l'Antéchrist et de la persécution à venir. Une partie de la préparation consiste à connaître les signes précurseurs...

Lire la suite

La résurrection de l'Église

Mark Mallett   samedi 17 mars 2018   2 commentaires   1.523

Le sentiment le plus accrédité et qui paraît le plus conforme aux saintes Écritures, c'est qu'après la chute de l'Antéchrist, l'Église catholique entrera encore une fois dans une ère de prospérité et de triomphe. - « Fin du monde présent et mystères de la vie future » Père Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Sophia Institute Press

Il y a un passage mystérieux dans le livre de Daniel qui est en train de se réaliser à notre époque. Il révèle plus amplement ce que Dieu prévoit à cette heure de l'histoire, tandis que le monde continue sa descente dans les ténèbres ...

Lire la suite

La Nouvelle et Divine Sainteté

Mark Mallett   vendredi 16 février 2018   0 commentaire   827

Dans « The Coming New and Divine Holiness », dont je vous propose la traduction ci-dessous, Mark Mallett nous explique que DIEU souhaite accomplir quelque chose dans l'humanité qu'Il n'a jamais fait par le passé, mis à part pour quelques rares individus, à savoir faire le don de Lui-même si pleinement à Sa Fiancée (l'Eglise), qu'elle puisse commencer à vivre et agir et avoir tout son être dans un mode complètement nouveau.

Il désire donner à son Eglise la “Sainteté des saintetés”.

Lire la suite