Faustine, et le Jour du Seigneur


Commentaires (0)

Publié le mercredi 20 juin 2018

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : La future ère de paix

Nombre de consultations : 7

Que nous réserve l'avenir ? Voilà une question que presque tout le monde se pose ces jours-ci face à tous ces "signes des temps" sans précédent. Voici ce que Jésus disait à Sainte Faustine :

Parle au monde de ma miséricorde ; que toute l'humanité reconnaisse mon insondable miséricorde. C'est un signe pour la fin des temps ; après cela viendra le jour de la justice.

— Jésus à Sainte Faustine, La miséricorde divine dans mon âme, Petit Journal, n° 848

Et encore,

Tu prépareras le monde pour mon ultime venue.

— Ibid., n° 429

Traduction d'un article de Mark Mallett. Lire le texte original en anglais.

À première vue, il semblerait que le message de la Divine Miséricorde nous prépare au retour imminent de Jésus dans la gloire et à la fin du monde. Lorsqu'on lui demanda si telle était la signification des paroles de Sainte Faustine, le Pape Benoît XVI répondit :

Si l'on prenait cette déclaration dans un sens chronologique, afin de nous préparer pour le retour immédiat du Messie, si je puis dire, on se tromperait.

— PAPE BENOÎT XVI, Lumière du monde, un entretien avec Peter Seewald, p. 234 (bayard) ; traduction libre depuis l'anglais

Nous pouvons trouver la réponse en essayant de comprendre ce que l'on entend par « le jour de la justice », ou ce à quoi l'on fait communément référence par « le Jour du Seigneur » ...

Ce n'est pas un jour solaire

Le Jour du Seigneur est compris comme étant le "jour" qui annonce le retour du Christ. Cependant, ce Jour ne doit pas être interprété comme une journée solaire de 24 heures.

... Notre jour ordinaire, qui est délimité par le lever et le coucher du soleil, est une représentation de ce grand jour auquel le cercle de mille ans appose ses limites.

— Lactance, Pères de l'Église : Les Institutions Divines, Livre VII, Chapitre 14

Et encore,

Voici, le Jour du Seigneur sera comme mille années.

Épitre de Barnabé (70-79 après JC), écrit par un Père apostolique du IIe siècle, Ch. 15

Les premiers Pères de l'Église ont compris que le Jour du Seigneur serait une période de temps relativement longue, telle qu'elle fut symbolisée par le nombre « mille ». Les Pères de l'Église ont tiré en partie leur théologie relative au Jour du Seigneur des « six jours » de la création. Quand Dieu se reposa le septième jour, ils pensèrent que l'Église aussi se reposerait, comme l'enseignait saint Paul :

... Ainsi, un repos sabbatique doit encore advenir pour le peuple de Dieu. Car Celui qui est entré dans le repos de Dieu, se repose lui aussi de son travail, comme Dieu s'est reposé du sien.

He 4: 9-10

À l'époque apostolique, beaucoup attendaient également le retour imminent de Jésus. Cependant, saint Pierre, percevant que la patience et les desseins de Dieu étaient beaucoup plus vastes que ne le réalisaient ses contemporains, écrivit :

Il est une chose qui ne doit pas vous échapper : pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour.

2 P 3: 8

Les Pères de l'Église appliquèrent cette théologie au chapitre 20 du Livre de l'Apocalypse, lorsque « la Bête et le faux Prophète » sont tués et jetés dans l'étang de feu, et que Satan est enchaîné pour un certain temps :

Alors j'ai vu un ange qui descendait du ciel ; il tenait à la main la clé de l'abîme et une énorme chaîne. Il s'empara du Dragon, le serpent des origines, qui est le Diable, le Satan, et il l'enchaîna pour une durée de mille ans... pour que le Dragon n'égare plus les nations, jusqu'à ce que les mille ans arrivent à leur terme. Après cela, il faut qu'il soit relâché pour un peu de temps... J'ai vu aussi les âmes de ceux qui... revinrent à la vie, et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans.

Ap 20: 1-4

L'Ancien et le Nouveau Testaments attestent tous deux qu'une « période de paix » sera accordée au monde, dans laquelle la justice et le Règne de Dieu s'établiraient jusqu'aux confins de la terre, pacifiant les nations et portant l'Évangile jusqu'aux recoins les plus reculés. Mais avant cela, la terre devrait nécessairement être purifiée de toutes ses injustices — injustices qui seront personnifiées par la figure de l'Antéchrist. Ensuite, le monde pourra jouir d'un temps de repos, ce à quoi les Pères de l'Église se réfèrent en parlant d'un « septième jour » de repos avant la fin du monde.

Comme Dieu a travaillé six jours pour achever tout cet ouvrage, ainsi la religion [judéo-chrétienne] et la vérité travailleront six mille ans pendant lesquels le mal et l'injustice régneront. Et comme Dieu s'est reposé le septième jour et qu'il l'a béni, il faudra qu'à la fin des six mille ans toute injustice soit abolie, et que la justice règne pour mille ans sur terre ; et l'univers jouira d'un repos et d'une tranquillité parfaits, après le douloureux travail d'enfantement que le monde aura si longtemps enduré.

— Caecilius Firmianus Lactantius (250-317 ap. JC; écrivain ecclésiastique), Les Institutions Divines, Livre VII, Chapitre 14

L'heure est venue où le message de la Divine Miséricorde doit répandre l'espérance dans les coeurs et devenir l'étincelle d'une nouvelle civilisation: la civilisation de l'amour.

— Pape Saint Jean-Paul II, Homélie, le 18 août 2002 ; Vatican.va

... Quand son Fils viendra et détruira le temps de l'impie et jugera tous les fauteurs d'injustices, et qu'il changera le soleil, la lune et les étoiles — alors Il se reposera le septième jour... « Après avoir accordé le repos à toutes choses, J'instaurerai le début du huitième jour », c'est-à-dire le commencement d'un autre monde.

— Épitre de Barnabé (70-79 après JC), écrit par un Père apostolique du IIe siècle, Ch. 15

Le Jugement à venir...

Nous récitons dans le Symbole des Apôtres (Credo) :

Il reviendra pour juger les vivants et les morts.

Ainsi, nous pouvons maintenant mieux comprendre à quoi font référence les révélations faites à Sainte Faustine. Ce dont l'Église et le monde se rapprochent aujourd'hui est le jugement des vivants qui surviendra avant l'ère de paix. En effet, nous lisons dans le Livre de l'Apocalypse que l'Antéchrist et tous ceux qui portent la marque de la Bête sont balayés de la surface de la terre. [1] Ceci est suivi par le Règne du Christ dans Ses saints (les « mille ans »). Saint Jean écrit ensuite au sujet du jugement des morts.

Et quand les mille ans seront arrivés à leur terme, Satan sera relâché de sa prison, il sortira pour égarer les gens des nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre... mais un feu descendit du ciel et les dévora. Et le diable qui les égarait fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont aussi la Bête et le faux prophète... Puis j'ai vu un grand trône blanc et celui qui siégeait sur ce trône... D'après ce qui était écrit dans les livres, les morts furent jugés selon leurs actes. La mer rendit les morts qu'elle retenait ; la Mort et le séjour des morts rendirent aussi ceux qu'ils retenaient, et ils furent jugés, chacun selon ses actes. Puis la Mort et le séjour des morts furent précipités dans l'étang de feu – l'étang de feu, c'est la seconde mort.

Ap 20: 7-14

Ces paroles : « Les jours de mon peuple égaleront les jours des plus grands arbres, et les œuvres de ses mains ne vieilliront jamais. » (Is 65: 22) ne semblent-elles pas désigner d'une manière mystérieuse une durée de mille ans ? ... Ajoutez le témoignage d'un apôtre de Jésus-Christ, un de nos écrivains sacrés, nommé Jean. Il nous annonce, parmi les choses qui lui furent révélées, que ceux qui auront eu la foi en notre Christ passeront mille ans à Jérusalem, qu'ensuite tous les hommes ressusciteront ensemble et en un même moment, que cette résurrection sera générale, éternelle, et qu'il y aura pour tous un jugement.

— Saint Justin de Naplouse, Dialogue avec Tryphon, Ch. 81, Les Pères de l'Église, Héritage chrétien

Ces jugements n'en font donc en réalité qu'un — c'est juste qu'ils se produisent à différents moments au cours du Jour du Seigneur. Ainsi, le Jour du Seigneur nous conduit à, et nous prépare pour, la « seconde venue » de Jésus. Comment ? La purification du monde, la Passion de l'Église et l'effusion du Saint-Esprit qui arrivent ont pour but de préparer une Épouse « sans tache » pour Jésus. Comme l'écrit saint Paul :

Le Christ a aimé l'Église, il s'est livré pour elle, afin de la sanctifier par la parole [de Dieu], après l'avoir purifiée par l'eau du baptême ; il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni rien de tel ; il la voulait sainte et immaculée.

Ep 5: 25-27

Synthèse

En résumé, le Jour du Seigneur, d'après les Pères de l'Église, ressemble à peu près à ceci :

I. Crépuscule (temps de veille)

La période croissante d'obscurité et d'apostasie lorsque la lumière de la vérité s'éteint dans le monde.

II. Minuit

Le moment le plus sombre de la nuit, lorsque le crépuscule est personnifié par la figure de l'Antéchrist, qui est également un instrument de purification du monde : la première partie du jugement, celle des vivants.

III. Aube

La splendeur de l'aurore [2] dissipe les ténèbres, mettant fin aux ténèbres infernales du bref règne de l'Antéchrist.

IV. Midi

Le règne de la justice et de la paix jusqu'aux extrémités de la terre. Il s'agit de l'accomplissement du « Triomphe du Cœur Immaculé », et la plénitude du règne eucharistique de Jésus dans le monde entier.

V. Crépuscule

Satan est libéré de l'abîme. S'ensuit l'ultime rébellion.

VI. Minuit... début du Jour éternel

Jésus revient dans la gloire pour mettre fin à toute injustice, juger les morts [Jugement Dernier] et établir le « huitième jour », celui qui ne finit pas et qui est éternel, sous un « nouveau ciel et [sur] une nouvelle terre ».

A la fin des temps, le Royaume de Dieu arrivera à sa plénitude... L'Église... recevra sa perfection seulement dans la gloire du Ciel.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 1042 (traduction depuis l'anglais)

Le septième jour achève la première création. Le huitième jour commence la nouvelle création. Ainsi, l'œuvre de la création culmine en l'œuvre plus grande de la rédemption. La première création trouve son sens et son sommet dans la nouvelle création dans le Christ, dont la splendeur dépasse celle de la première.

Catéchisme de l'Église catholique, n° 349 ; cf. CEC, n° 2191 et n° 2174

« Et elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. » [Puisse Dieu... réaliser bientôt Sa prophétie, et cette vision consolatrice de l'avenir se transformer en une réalité présente...] C'est au Dieu tout-puissant et miséricordieux qu'il appartiendra de faire luire enfin ce jour beau entre tous [et de le faire connaître à tous les hommes] ... [Quand ce grand jour arrivera, cela s'avérera être un moment solennel, avec de grandes conséquences, non seulement pour la restauration du Royaume du Christ, mais] pour la pacification... du monde... Afin de hâter le jour où sera accordé aux hommes ce don si doux de la paix, Nous exhortons instamment tous les fidèles de joindre avec persévérance leurs ferventes prières aux Nôtres...

— PAPE PIE XI, Ubi Arcano Dei Consilio, “De la paix du Christ dans le Règne de Dieu” , 23 décembre 1922 ; Vatican.va (entre crochets : traduction depuis l'édition anglaise)

Mark Mallett
Faustina, and the Day of the Lord


[1] cf. Ap 19: 19-21
[2] « Alors sera révélé l'Impie, que le Seigneur Jésus supprimera par le souffle de sa bouche et fera disparaître par la splendeur de sa venue. » (2 Thess 2: 8)

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
1


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 4 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Faustine, et le Jour du Seigneur.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 4 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

L'illumination des consciences

Mark Mallett   mardi 13 février 2018   1 commentaire   1.378

Il y a une grâce universelle qui arrive sur le monde dans ce qui peut être considéré comme l'événement le plus singulièrement étonnant depuis la Pentecôte.

La Bienheureuse Anna Maria Taigi, mystique et stigmatisée vénérée par les papes pour l'exactitude de ses prophéties, la qualifiait d''"illumination des consciences". St. Edmund Campion l'appelait "le jour du changement" quand "le terrible juge révélera la conscience de chaque homme". Conchita, une prétendue voyante à Garabandal, lui donnait le nom d'"avertissement". Le défunt Père Gobbi l'appelait un "jugement en miniature", tandis que la servante de Dieu, Maria Esperanza, l'appelait "un grand jour de lumière" lorsque la conscience de tous sera ébranlée" "l'heure de décision pour l'humanité".

Lire la suite

Le pire châtiment

Mark Mallett   samedi 17 novembre 2018   0 commentaire   582   partager

Ma fille aînée voit souvent, lors de visions, des êtres angéliques bienveillants et malfaisants menant bataille. Elle nous a maintes fois décrit cette bataille comme étant une guerre totale, et qui ne fait que prendre de l'ampleur [...] Notre-Dame lui est apparue en 2012 dans un rêve sous le nom de Notre-Dame de Guadalupe. Elle lui a dit que le démon qui arrive est plus gros et plus féroce que tous ceux qui l'ont précédé. Qu'elle ne devait en aucune façon engager la discussion avec ce démon ni l'écouter. Il allait essayer de conquérir le monde. C'est le démon de la peur. Ma fille me disait que c'était une terreur qui allait envelopper toutes choses et tout le monde. Rester près des Sacrements et de Jésus et Marie sont de la plus haute importance.

— Une lettre d'un lecteur de Mark Mallett, septembre 2013

Lire la suite

Une Bête sans égale

Mark Mallett   mercredi 20 février 2019   1 commentaire   831   partager

Régulièrement, les lectures de la messe abordent le thème des signes de la "fin des temps", ce qui évoque souvent ces rengaines familières et maintes fois entendues selon lesquelles « chaque génération pense que son époque correspond à la fin des temps. » Cela fut certainement le cas du temps de l'Église primitive, jusqu'à ce que Saint Pierre et Saint Paul se mettent à tempérer ces attentes.

Lire la suite