Dix conseils pour célébrer Noël


Commentaires (0)

Publié le samedi 1 décembre 2018

Auteur / source : Père Stéphane Seminckx

Catégorie : Discours, sermons & homélies

Nombre de consultations : 300

A l'approche de Noël, voici quelques conseils pour donner à cette fête sa véritable dimension chrétienne. C'est le Pape Benoît XVI qui nous y invite : « En nous préparant à célébrer avec joie la naissance du Sauveur dans nos familles et dans nos communautés ecclésiales, alors qu'une certaine culture moderne et consumériste tend à faire disparaître les symboles chrétiens de la célébration de Noël, que chacun s'engage à saisir la valeur des traditions de Noël, qui font partie du patrimoine de notre foi et de notre culture, pour les transmettre aux nouvelles générations » (audience, 21-12- 05).

1. Convainquez-vous que Noël est une histoire vraie : à l'heure d'Halloween, du Père Noël et d'Harry Potter, plongés dans le monde d'Internet, du cinéma et des jeux vidéos, il est essentiel de se rappeler et d'enseigner aux enfants que l'histoire de Noël n'est pas un conte, une légende, un roman, une réalité virtuelle. La grande solennité que nous célébrerons le 24 décembre au soir est enracinée dans un fait historique. C'est la célébration de la naissance du Seigneur, qui est né à Bethléem de Judée, il y a 2000 ans (montrez aux enfants dans l'atlas où se trouve Bethléem). La grande audace du christianisme est de proclamer que Dieu a fait irruption dans l'histoire des hommes, qu'il s'est fait homme. Comme le dit saint Jean, « le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous » (Jn 1, 14).

2. Tâchez de bien vivre la liturgie des quatre Dimanches de l'Avent, en suivant bien les textes des différentes célébrations : ils sont splendides. Répétez souvent la prière : « Viens, Seigneur Jésus ! » (Ap 22, 20). Il est, aujourd'hui encore, Celui que toute l'humanité attend.

3. Faites une bonne confession avant Noël : l'Evangile nous dit qu'« (...) il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie » (Lc 2, 7). L'Avent nous invite à nous préparer et à faire de la place dans notre coeur pour l'Enfant-Dieu, en y mettant de l'ordre et en le purifiant, à travers le sacrement de pénitence.

4. Décorez la maison en vue de la fête : une belle tradition est la Couronne de l'Avent, avec ses quatre bougies, qu'on allume successivement à chaque Dimanche de l'Avent. Une autre est le sapin de Noël, qui est « une tradition elle aussi très ancienne, qui exalte la valeur de la vie car en hiver, le sapin toujours vert devient le signe de la vie qui ne meurt pas. D'ordinaire, sur l'arbre décoré et à ses pieds, sont déposés les dons de Noël. Le symbole devient ainsi éloquent également dans un sens typiquement chrétien: il rappelle à l'esprit l'"arbre de la vie" (cf. Gn 2, 9), figure du Christ, don suprême de Dieu à l'humanité. Le message de l'arbre de Noël est donc que la vie reste "toujours verte" si elle devient don: non pas tant de choses matérielles, mais de soi-même, dans l'amitié et l'affection sincère, dans l'aide fraternelle et dans le pardon, dans le temps partagé et dans l'écoute réciproque. » (Jean-Paul II, Angélus, 19-12-04).

5. Préparez la crèche en famille. Laissez les enfants s'investir dans cette tâche. Favorisez leur créativité en montant une crèche différente chaque année. Les enfants peuvent aussi s'identifier avec un personnage, un berger ou un roi mage, et progresser chaque jour un petit peu en direction de l'Enfant.

6. A la maison, tâchez de vivre de façon particulière la joie et le service. Exercez-vous à apprendre et à chanter en famille les chants de Noël, qui sont de véritables prières.

7. Envoyez des cartes de voeux à vos parents, amis et connaissances. Evitez de souhaiter de « bonnes fêtes de fin d'année », ce qui ne veut rien dire, et d'envoyer des cartes représentant des paysages enneigés, des bougies ou des Papa Noël dans leur traîneau. Ne vous limitez pas non plus à envoyer une photo de votre famille, car même si vous êtes très sympathiques, vous n'êtes pas la Sainte Famille... Envoyez des cartes qui représentent le mystère de Noël : il y a des milliers d'oeuvres d'art splendides qui dépeignent la scène de Noël (vous pouvez aussi envoyer une photo de votre crèche et/ou y associer une photo de votre famille). Beaucoup de cartes de voeux contribuent aussi à appuyer une oeuvre de charité ou un travail social.

8. Vivez la générosité et pensez à ceux qui ont la vie dure. C'est le moment de rendre visite à une personne âgée ou malade, de partager avec ceux qui n'ont rien, de montrer votre solidarité avec ceux qui souffrent par un don.

9. Le soir de Noël, fêtez en famille. sans oublier les grands-parents. Une belle tradition est de lire l'Evangile de la Nativité (Mt 2, 1-12 ou Lc 2, 1-20), près de la crèche, tous ensemble. Si vous le pouvez, allez également ensemble à la Messe de minuit.

10. Vivez une certaine sobriété dans les cadeaux : qu'ils n'occupent pas la première place dans les pensées et dans les coeurs. Le grand cadeau de Noël est l'Enfant Jésus, Lumière des Nations : « en voyant les rues et les places des villes décorées par des illuminations resplendissantes, rappelons-nous que ces lumières évoquent une autre lumière, invisible aux yeux, mais non au coeur. Alors que nous les admirons, alors que nous allumons les bougies dans les églises ou l'illumination de la crèche et de l'arbre de Noël dans les maisons, que notre âme s'ouvre à la véritable lumière spirituelle apportée à tous les hommes de bonne volonté. Le Dieu avec nous, né à Bethléem de la Vierge Marie, est l'Etoile de notre vie! » (Benoît XVI, audience, 21-12-05).

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 - 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Dix conseils pour célébrer Noël.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 - 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

vendredi 23 février 2018    327

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite

Cardinal Newman : « le jeûne, source d’épreuve »

dimanche 18 février 2018    191

Premier dimanche de Carême, 4 mars 1838

Avant de traiter strictement le thème indiqué par le titre du sermon, Newman définit clairement le jeûne du chrétien; en effet cette forme d’ascèse fut prati­quée dans le judaïsme et dans d’autres religions, mais le propre du chrétien est de jeûner à la suite du Christ, comme lui et surtout avec lui. Le jeûne accompli avec la grâce de la présence du Christ dans le cœur est d’une fécondité sans commune mesure avec les œuvres accomplies par les juifs sous le régime de la Loi car ces derniers ne bénéficiaient pas de l’assistance de l’Esprit saint tandis que, par cette assistance, c’est le Christ lui-même qui refait en chacun de ses membres les actes de sa vie terrestre : le chrétien est alors ainsi «forme visible ou signe sacramentel de l’unique Fils de Dieu». Voilà pourquoi l’Église célèbre dans le cycle liturgique des temps de Noël et de Pâques les événements de la vie de notre Seigneur. Cette réalité de la présence du Christ dans le cœur du chrétien que Newman énonce au début de ce pre­mier sermon du volume sera supposée ou clairement rappelée dans les autres comme le privilège du chrétien qui appelle en retour des devoirs. Il en résulte que le jeûne du chrétien est agréé de Dieu parce qu’il est observé en union avec le Christ.

Lire la suite

Ne mondanisez pas Noël !

Sophie Delhalle   jeudi 20 décembre 2018   0 commentaire   394

Célébrer Noël, « c'est accueillir sur terre les surprises du ciel », a déclaré le Pape François lors de l'audience générale du 19 décembre 2018 dans la salle Paul VI du Vatican. A l'approche de la Nativité du Seigneur, l'évêque de Rome a consacré son enseignement à cette fête interrompant ainsi son cycle de catéchèse sur le ‘Notre Père'.

Lire la suite