Dernier appel aux prophètes : élevez votre voix !


Commentaires (0)

Publié le samedi 9 février 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Témoignages & évangélisation

Nombre de consultations : 685

Tandis que je méditais les lectures de la messe du week-end dernier, j'ai senti le Seigneur m'adresser à nouveau ces paroles : il est temps que les prophètes se lèvent ! Permettez-moi de répéter cela :

Il est temps que les prophètes se lèvent !

Mais ne commencez pas à les chercher sur Internet ... regardez-vous simplement dans le miroir.

... les chrétiens, qui sont incorporés au Christ par le baptême et intégrés au Peuple de Dieu, sont rendus participants, chacun à sa manière particulière, de la fonction sacerdotale, prophétique et royale du Christ, et prennent part, dans l'Église et dans le monde, à la mission de tout le peuple chrétien.

—Catéchisme de l'Église catholique, n° 897 ; traduction libre depuis l'anglais

Mais que fait un prophète ? Il ou elle proclame la Parole de Dieu dans l'instant présent afin que nous puissions connaître plus clairement Sa volonté. Et parfois, cette "parole" doit être puissante.

Exemple concret

À l'heure actuelle, je pense à la terrible tournure des événements aux Etats-Unis, où le Gouverneur de New York, Andrew Cuomo (qui se dit catholique, ndt), a atteint un nouveau niveau de barbarie en légalisant l'avortement (lire aussi sur LifeNews), quel qu'en soit le motif, jusqu'au moment de la naissance. Aux politiciens du Canada, d'Irlande, d'Australie, des États-Unis, d'Europe et au-delà, l'Église (c'est-à-dire vous et moi) a le devoir de proclamer d'une seule voix que la vie est sacrée, et de rappeler à nouveau le commandement de Dieu : « Tu ne tueras pas ! »

Pourquoi avons-nous des lois canoniques si nous ne les appliquons pas ? Ne pas les utiliser de peur d'offenser ou d'envoyer un message négatif est en réalité offensant et envoie un message erroné. Le pouvoir que le Christ a donné à l'Église de "lier et délier" est en définitive celui de l'excommunication, lorsqu'un membre baptisé commet un péché d'une gravité telle qu'il l'exclut de toute communion ecclésiale. [1] À propos d'un tel pécheur impénitent, Jésus dit :

S'il refuse de les écouter, dis-le à l'assemblée de l'Église ; s'il refuse encore d'écouter l'Église, considère-le comme un païen et un publicain.

Matthieu 18: 17

Et St Paul d'ajouter :

Celui qui commet cet acte [devrait être] chassé du milieu de vous ... il faut livrer cet individu à Satan, pour la destruction de sa chair ; afin que son esprit puisse être sauvé au jour du Seigneur.

1 Corinthiens 5: 2-5

Justin Trudeau lors de la Gay Pride, Toronto, Canada, 2 juin 2016

Lorsqu'un gouvernement, des municipalités et des médias parlent d'une seule voix, et stigmatisent en traitant d'"intolérante" toute voix dissidente, vous savez que le fascisme (ou communisme) est arrivé. Lorsqu'ils promeuvent des comportements que mêmes des homosexuels reconnaissent comme dépravés (tel que l'exhibitionnisme devant des enfants !), quelque chose de vraiment sinistre se prépare. (lovethetruth.com)

Le but recherché est d'amener ces politiciens (trop souvent) "catholiques" au repentir — non pas de les encourager par notre silence ! Rien qu'au Canada, ce sont des politiciens catholiques qui, l'un après l'autre, ont légalisé et défendu l'avortement, le divorce sans notion de faute, la redéfinition du mariage, l'idéologie du genre, et bientôt, Dieu-sait-quoi-d'autre. Comment se fait-il que ces auteurs de scandales publics puissent toujours participer à la Sainte Communion ? Pensons-nous si peu à Jésus dans le Saint Sacrement ? En sommes-nous venus à banaliser Sa mort et Sa résurrection ? Il y a un temps pour "une juste colère". Et ce temps est venu.

Mgr Rick Stika, Évêque de Tennessee, s'est exprimé sur les médias sociaux à propos de la situation à New York :

Trop c'est trop. Le but de l'excommunication n'est pas de punir mais de ramener la personne dans l'Église ... ce vote est tellement hideux et vil qu'il mérite l'excommunication.

—25 janvier 2019

Mgr Joseph de Strickland, Texas, tweetait quant à lui :

Je ne suis pas habilité à prendre des mesures concernant la législation à New York, mais j'implore les évêques de parler avec force. Dans toute société saine, cela s'appelle un INFANTICIDE !!!!!!!!!! ... Malheur à ceux qui dénient le caractère sacré de la vie, ils récolteront la tempête de l'Enfer. Opposez-vous à cet holocauste de toutes les manières possibles.

—25 janvier 2019

Mgr Edward Scharfenberger, Évêque d'Albany à New York, a déclaré :

Le type de procédure qui est à présent possible dans l'État de New York, nous ne l'appliquerions même pas à un chien ou un chat dans une situation similaire. C'est de la torture.

CNSnews.com , le 29 janvier 2019

Et Mgr Thomas Daly, Évêque de Spokane, dans l'État de Washington, a rappelé la ligne directrice pastorale perpétuelle de l'Église, en grande partie non appliquée :

Les politiciens qui résident dans le diocèse catholique de Spokane, et qui persévèrent dans leur soutien public à l'avortement ne devraient pas recevoir la Communion sans avoir au préalable été réconciliés avec le Christ et l'Église (cf. Canon 915, "Être digne de recevoir la sainte communion : principes généraux", Cardinal Ratzinger, Congrégation pour la doctrine de la foi, 2004 ; La Croix).

L'engagement de l'Église dans la défense de la vie de chaque personne humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est ferme. Dieu seul est l'auteur de la vie et il est inacceptable que le gouvernement civil sanctionne la mort volontaire d'enfants. Cela est scandaleux venant de la part d'un dirigeant politique catholique.

J'encourage les fidèles à se tourner vers notre Seigneur dans la prière pour nos dirigeants politiques, en les confiant particulièrement à l'intercession de Saint Thomas More, un homme politique qui a préféré mourir entre les mains des autorités civiles plutôt que d'abandonner le Christ et Son Église ...

—Le 1er février 2019 ; dioceseofspokane.org

Aussi remarquables que soient ces voix prophétiques, il est trop tard et l'Église n'a plus la possibilité de mettre un frein à la culture de mort. Cela revient à vouloir mettre sa voiture sur les rails pour tenter de barrer la route à un train fou. Nous récoltons la tempête qu'ont provoqué des décennies de silence collectif.

Mais il n'est pas trop tard pour que les prêtres et évêques nous montrent la voie du martyre, ce saint courage qui défend la vérité quel qu'en soit le prix. Au moins en Occident, le prix n'est pas trop élevé. Pas encore.

À notre époque, le prix à payer pour la fidélité à l'Évangile n'est plus la condamnation à mort par pendaison ou par écartèlement, mais cela entraine souvent d'être exclus, ridiculisés ou caricaturés. Et cependant, l'Église ne peut renoncer à sa tâche : proclamer le Christ et son Évangile comme vérité salvifique, source de notre bonheur individuel ultime et fondement d'une société juste et humaine.

—PAPE BENOÎT XVI, Londres, Angleterre, le 18 septembre 2010; Vatican.va

Une douche froide

Oui, c'est tard. Très tard. Tellement tard, que le monde n'écoutera probablement plus nos sermons accommodants... mais il pourrait encore écouter les prophètes.

Les vrais prophètes sont ceux qui risquent leur peau pour proclamer la vérité, et la vérité est dérangeante, elle n'est pas toujours agréable ... Un vrai prophète est celui qui est capable de pleurer pour son peuple et aussi de dire des choses fortes quand il doit les dire... L'Eglise a besoin que nous soyons tous des prophètes.

—PAPE FRANCOIS, Homélie, Santa Marta ; 17 avril 2018 ; Vatican.va

Oui, il est temps que nous chrétiens avachis dans le confort, recevions une bonne douche froide. Parce que notre complaisance met en péril d'innombrables âmes.

Suivre le Christ exige le courage d'effectuer des choix radicaux, souvent à contre-courant. "Nous sommes le Christ!", s'exclamait saint Augustin. Les martyrs et les témoins de la foi d'hier et d'aujourd'hui, parmi lesquels se trouvent tant de fidèles laïcs, démontrent que, si cela est nécessaire, on ne doit pas hésiter à donner même sa propre vie pour Jésus-Christ.

—ST JEAN-PAUL II, Jubilé de l'Apostolat des Laïcs , n° 4 ; Vatican.va

Ceux qui se taisent, pensant être ainsi artisans de paix, ne font rien d'autre que permettre à l'ivraie de l'iniquité de prendre racine. Arrivée à maturité, celle-ci étouffera la fausse paix et la sécurité illusoire auxquelles nous nous accrochions. Nous l'avons constaté tout au long de l'histoire de l'humanité, et cela se produira une fois encore (lire Le retour du Communisme). Il est impératif que chaque chrétien ayant une voix, ouvre aujourd'hui la bouche pour résister, non seulement au génocide des enfants à naître, mais à l'expérimentation sociale liée au genre et à la glorification de l'immoralité sexuelle. Oh, quelle tempête nous allons récolter lorsque les adolescents d'aujourd'hui, manipulés et soumis au lavage de cerveau, deviendront les hommes politiques et la police de demain.

Ce n'est pas seulement le péché mortel qui nous exclut du Paradis, mais la lâcheté.

Quant aux lâches, perfides, êtres abominables, meurtriers, débauchés, sorciers, idolâtres et tous les menteurs, la part qui leur revient, c'est l'étang embrasé de feu et de soufre, qui est la seconde mort.

Apocalypse 21: 8

Si je dis au méchant : “Tu vas mourir”, et que tu ne l'avertis pas, si tu ne lui dis pas d'abandonner sa conduite mauvaise afin qu'il vive, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang.

Ezéchiel 3: 18

Celui qui a honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges.

Marc 8: 38

Prophètes de...

Cela ne signifie toutefois pas que nous devions courir dans les rues en menaçant les âmes de l'Enfer éternel. Nous ne devons jamais oublier quel genre de prophètes nous devons être.

Dans l'Ancien Testament, j'ai envoyé à mon peuple des prophètes et avec eux la foudre. Aujourd'hui, je t'envoie vers toute l'humanité avec ma miséricorde.

—Jésus à Sainte Faustine, La Miséricorde Divine dans mon âme, Petit Journal, n° 1588

Comme le disait St Paul dans la deuxième lecture de dimanche dernier :

J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j'aurais beau avoir toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien.

1 Corinthiens 13: 2

Nous sommes des prophètes de la Miséricorde, de Celui qui est l'Amour. Si nous exhortons notre frère, c'est parce que nous l'aimons. Si nous corrigeons notre prochain, nous le faisons dans la charité. Notre rôle consiste simplement à dire la vérité avec amour, à temps et à contretemps, et sans nous attacher aux résultats.

Le prophète n'est pas quelqu'un dont la tâche est de faire des reproches... au contraire c'est un homme d'espérance : il fait des reproches quand c'est nécessaire et il ouvre les portes en regardant l'horizon de l'espérance. De plus, le vrai prophète, s'il fait bien son métier, risque sa peau... Les prophètes ont toujours été persécutés pour avoir dit la vérité.

—PAPE FRANCOIS, Homélie, Santa Marta ; 17 avril 2018 ; Vatican.va

Plus les ténèbres s'épaississent, plus nous devons faire briller la Lumière

Enfin, je voudrais vous rappeler ce que St Paul déclarait dans sa lettre aux Hébreux, à un moment où l'Église primitive pensait déjà vivre dans les "derniers temps". Paul n'a pas appelé le Corps du Christ à se construire des bunkers, à stocker des armes et à prier pour que la justice de Dieu fonde sur les méchants. Au contraire...

Soyons attentifs les uns aux autres pour nous stimuler à vivre dans l'amour et à pratiquer de bonnes oeuvres... d'autant plus que vous voyez s'approcher le Jour du Seigneur.

Heb 10: 24-25

En voyant cela, ses disciples Jacques et Jean s'écrièrent : Seigneur, veux-tu que nous commandions à la foudre de tomber du ciel sur ces gens-là, pour les réduire en cendres ? Mais Jésus, se tournant vers eux, les reprit sévèrement : — Vous ne savez pas quel esprit vous inspire de telles pensées ! Le Fils de l'homme n'est pas venu pour faire mourir les hommes, mais pour leur donner la vie. [2]

Lc 9: 54-56 ; ajout de Pierre et les Loups

Plus les ténèbres progressent, plus il nous faut répandre la lumière. Plus les mensonges recouvrent la terre, plus nous devons proclamer la vérité ! Quelle opportunité nous avons là ! Nous devons briller comme des étoiles dans ces ténèbres actuelles pour que le monde sache [de] qui nous sommes. [3] Encouragez-vous mutuellement. Soyez les uns pour les autres des exemples de fidélité. Fixez vos yeux sur Jésus, le chef de notre foi, qui saura la mener à la perfection :

Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice, et il siège à la droite du trône de Dieu. Méditez l'exemple de celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle hostilité, et vous ne serez pas accablés par le découragement.

He 12: 2-3

Puissent les prophètes se lever ! N'est-il pas grand temps ?

N'ayez pas peur d'aller dans les rues et dans les lieux publics tels que le firent les premiers apôtres qui annoncèrent le Christ et la Bonne Nouvelle du Salut sur les places, dans les villes et villages. Ce n'est pas le moment d'avoir honte de l'Évangile ! Le moment est venu de l'annoncer du haut des toits. Ne craignez pas de rompre avec des modes de vie confortables et routiniers afin de relever le défi de faire connaître le Christ dans le ‘metropolis' d'aujourd'hui. C'est à vous d'“aller par les chemins” pour inviter chaque personne que vous rencontrez au banquet que le Seigneur a préparé pour Son peuple. L'Evangile ne doit pas rester caché par peur ou indifférence. Il n'a jamais été destiné à être dissimulé et gardé privé. Il doit être élevé bien haut de sorte que le monde puisse voir sa lumière et louer Notre Père Céleste.

—PAPE ST JEAN-PAUL II, Journée mondiale de la jeunesse, Denver, Colorado, 1993 ; Vatican.va

Mark Mallett
« Last Call: Prophets Arise ! »


[1] Mt 18: 18
[2] Cette dernière partie n'est pas présente dans toutes les Bibles mais porte cependant un ca­chet d'o­ri­gi­na­lité et de vé­rité qu'on ne peut mé­con­naître - la plu­part des cri­tiques mo­dernes omettent ces mots, qu'on sup­pose avoir été écrits en marge d'a­bord, pour dis­cul­per les dis­ciples au su­jet de leur étrange ques­tion, puis re­çus dans le texte. D'autres, au contraire ont pensé qu'ils avaient été re­tran­chés à cause du blâme que la ré­ponse de Jé­sus pa­rait je­ter sur le pro­phète Élie (cf. 2 R 1: 10-12). (levangile.com) Elles permettent de comprendre que c'est bien Dieu qui a inspiré ces paroles au prophète Elie (cf. Jésus à Sainte Faustine, Petit Journal, n° 1588), mais que cependant il y a un temps pour la justice et un temps pour la miséricorde. Même si les paroles des disciples de Jésus semblent faire référence à celles du prophète Elie, dans leur cas elles ne leur ont pas été inspirées par Dieu mais par Satan car le temps de Jésus est celui de la Miséricorde, ce qu'Il signifie par ses mots « Le Fils de l'homme n'est pas venu pour faire mourir les hommes, mais pour leur donner la vie. ». Et il attend de Ses disciples d'être à leur tour des prophètes de Miséricorde pour ces derniers temps dans lesquels nous sommes.
[3] Ph 2: 15

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 48 + 41 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Dernier appel aux prophètes : élevez votre voix !.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 48 + 41 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le politiquement correct et la grande apostasie

Mark Mallett   lundi 1 octobre 2018   0 commentaire   437

Le politiquement correct s'est tellement implanté et répandu dans notre société, que bien des hommes et des femmes ne semblent plus capables de penser par eux-mêmes. Lorsque tel ou tel problème se présente à eux, et qu'il leur faut discerner le bien du mal, le désir de « ne pas offenser » l'emporte souvent sur celui de la vérité, de la justice et du bon sens, à tel point que même les plus fortes volontés s'effondrent sous la peur de se retrouver exclu ou ridiculisé.

Lire la suite

La grande apostasie - Partie I

Michael O'Brien   dimanche 3 juin 2018    594

L'infidélité du futur : la grande apostasie

Michael D. O'Brien

« Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18: 8)

Comme à chaque génération, une « aube nouvelle » s'apprête à se lever, ne se matérialisant jamais comme nous l'avions imaginé. Pour cette raison, notre éternelle tentation est de reléguer la téléologie de l'histoire, et l'eschatologie de la révélation dans le champ des constructions mentales produites par des peurs irrationnelles ou limitées par des analyses enflammées de situations contemporaines, un cycle se répétant soi-disant sans fin, dans lequel jamais ne se réalisent les scénarios catastrophiques promis. Pourtant, à en croire les paroles du Christ dans les évangiles et le livre de l'Apocalypse, les lettres de St Pierre, St Paul et St Jean, les prophètes de l'Ancien Testament, ainsi que les révélations privées approuvées par l'Église ayant augmenté en nombre et en intensité au cours des 150 dernières années, proche est le temps où tous les scénarios spéculatifs s'évaporeront face à un péril réel et ultime pour l'humanité. Alors le futur deviendra le présent. Il sera précédé d'une apostasie d'une intensité sans précédent. En effet, jour après jour, cette apostasie s'étend tout autour de nous. Elle trouvera son apogée dans le jour du Seigneur, qui sera un jour de feu.

Lire la suite

La grande apostasie - Partie II

Michael O'Brien   dimanche 10 juin 2018   2 commentaires   585

Le Catéchisme de l'Église catholique définit l'hérésie comme une « négation obstinée, après la réception du baptême, d'une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité. L'apostasie est le rejet total de la foi chrétienne. » [1]

Lire la suite