D'accord avec le Pape et Amoris laetitia ?


Commentaires (2)

Publié le mardi 20 février 2018

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Comme dit dans ces articles, la question n’est pas tellement d’être d’accord ou non avec le Pape, mais d’être fidèle au Magistère de l’Eglise. Et le Pape, c’est indiscutable, est le principal garant du Magistère. Naturellement, tous les propos du Pape n’ont pas la même portée et ne sont pas tous partie intégrante de l’Enseignement de l’Eglise. Une interview n’est pas une homélie, qui n’est pas une exhortation apostolique, ni une encyclique, encore moins les constitutions d’un concile œcuménique. Mais enfin, une exhortation apostolique telle qu’Amoris laetitia, fait partie du Magistère. Le Pape ne l’a pas sortie comme ça de sa mitre, elle est le fruit d’un Synode épiscopal, du travail de théologiens et d’experts pendant plusieurs années etc.

Voici la question posée à reponses-catholiques.fr :

En tant que catholique, doit-on être toujours d’accord avec le pape ? Dans Amoris Laetitia, la position du pape par rapport aux divorcés-remariés et à leur possibilité de communier est particulièrement alambiquée (je suis moi-même divorcé et sans être un saint, j’accepte l’idée de ne pas communier si je vis une nouvelle union). Qu’en pensez-vous ?

Sur des thèmes assez proches, nous recommandons au lecteur nos articles « Apprécier le Pape ? » et « Amoris laetitia et l’indissolubilité du mariage » (voir plus bas).

Dire qu’elle est alambiquée est un point de vue très personnel. Selon nous, cela reflète surtout la nécessité de relire le texte avec attention et rigueur, au besoin en s’appuyant sur les commentaires que certaines congrégations religieuses et diocèses ont publiés. D’autres pourraient voir un travail de l’intelligence de la foi, tout en nuance et discernement, évitant les assertions irréfléchies et basiques.

Sur le fond, dire que la position du Pape sur les divorcés-remariés est « leur possibilité de communier », c’est, manifestement, ne pas avoir lu le texte. Le Pape parle d’un chemin spirituel pour ces personnes et de l’accompagnement qui peut être fait pour consolider leur foi, ce n’est pas la même chose. Toutes sortes de situations peuvent en découler : approfondissement de la vie de prière et meilleure intégration dans la vie de l’Eglise mais pas forcément avec accès aux sacrements, cheminement pour demander la nullité de la première union, pourquoi pas réconciliation avec le ou la premier(e) conjoint(e) si les circonstances s’y prêtent, vie chaste (« comme frère et sœur ») avec le nouveau conjoint, en particulier pour les personnes les plus âgées etc.

Là où nous suivons l’auteur de la question, c’est qu’il est clair que certains interprètent Amoris laetitia comme un accès aux sacrements pour les divorcés-remariés. Mais ils militent souvent depuis des années en ce sens et la question est en fait : ce texte va-t-il être interprété et appliqué pastoralement de façon juste et fidèle à l’Enseignement de l’Eglise ? C’est là qu’est le vrai enjeu, et non en faisant dire au Pape ce qu’il n’a pas forcément dit. On voit déjà des interprétations radicalement différentes selon les cardinaux et les évêques.

La question soulève en creux un autre point. Il est vrai qu’Amoris laetitia parle très peu des personnes séparées canoniquement et, souvent, divorcées civilement mais non remariées. Quelle pastorale pour ces personnes, comment l’Eglise les accueille-t-elle ? A notre sens, un accueil fraternel et une pastorale d’encouragement aura des fruits très positifs pour elles, mais aussi comme témoignage pour tous ceux qui ne sont pas fidèles au sixième commandement, souvent par peur de rester seul.

Amoris Laetitia et l’indissolubilité du mariage

Amoris Laetitia remet elle en cause l’indissolubilité du mariage ?

L’exhortation apostolique Amoris laetitia (« La joie de l’amour ») ne remet absolument pas en cause la doctrine catholique sur le mariage sacramentel, en particulier son indissolubilité. L’ensemble du texte est une longue analyse et méditation sur la beauté du mariage entre un homme et une femme, signe qui reflète l’Alliance indissoluble de Dieu et de son Peuple.

Le texte prend cependant acte de difficultés parfois graves qu’ont nos contemporains dans leur vie affective, et plus particulièrement vis-à-vis du mariage. Le chapitre 8, qui a été le plus commenté et controversé, invite les pasteurs à proposer un chemin de conversion aux personnes n’étant pas mariées sacramentellement (ou « à l’Eglise ») : divorcés remariés, personnes vivant en couple non mariées, personnes homosexuelles. L’idée, correspondant bien à la spiritualité ignacienne qui a façonné le Pape François, est de prendre les gens là où ils en sont et de leur faire faire un pas vers le Seigneur, si minime soit-il. Cela avec la conviction que le travail de la grâce s’opèrera au fur et à mesure.

C’est donc un chapitre pastoral, d’accompagnement, et non doctrinal. Les évêques sont appelés à un discernement à partir de situations concrètes, et donc différenciées. Le problème qui se posera peut-être sera donc celui de l’interprétation qui sera donnée sur cet accompagnement et sur les formes qu’il prendra, non sur la doctrine proprement dite. L’enjeu est que cette interprétation soit cohérente avec l’Enseignement de l’Eglise et ne donne pas une impression de casuistique selon les opinions des pasteurs et les cultures locales. En un mot repris à St Ignace de Loyola, la mise en œuvre sera-t-elle selon « une intention droite » ?

Source : reponses-catholiques.fr

 

reponses-catholiques.fr

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Mon commentaire fait référence à l'article suivant :

Les « dubia » comptent un cardinal de plus, le hollandais Willem Jacobus Eijk

"Je serais donc ravi si le Pape pouvait faire la clarté sur ce point, de préférence sous la forme d’un document magistériel. "

La Cardinal Eijk a-t-il lu le Catéchisme de l'Eglise Catholique et l'enseignement des précédents Papes ? Que veut-il que le Pape François lui rappelle de plus que ce qui est écrit noir sur blanc dans le CEC et que tous Catholiques - les bergers en tout premier lieu - sont supposés avoir lu ou en tout cas ont dans leur bibliothèque pour pouvoir s'y référer régulièrement ? Si des évêques, prêtres et cardinaux interprètent l'encyclique du Pape François de façon déconnectée de la doctrine Catholique est-ce la faute du Pape François ou de ces prélats apostats et infidèles qui appliquent la pastorale du Pape François en s'éclairant à la lumière de l'esprit du monde et non plus de Celle du Christ ?

J'ai lu Amoris Laetitia et nulle part le Pape François ne dit que les divorcés remariés peuvent accéder à la Communion Eucharistique ! Le problème se situe donc non pas dans cette encyclique mais dans la mise en pratique de cette encyclique qui est avant tout pastorale ! La pastorale doit être éclairée par la doctrine, comme dit plus haut, mais c'est le devoir de chaque prêtre de mettre en pratique cette pastorale dans sa paroisse respective, en fidélité avec l'enseignement bimillénaire de l'Eglise !

Selon moi tous ceux qui demandent une parole d'éclaircissement de la part de François ferait bien mieux de lire le CEC mais cela me parait inquiétant que des évêques ignorent la doctrine de l'Eglise au point de demander au Pape François de la leur rappeler...

Commentaire laissé par le

Bonjour.

-Parbleu, dit le Meunier, est bien fou du cerveau
Qui prétend contenter tout le monde et son père.

Le Pape a beau dire ou ne rien dire, a beau faire ou ne rien faire, il se trouvera toujours des malveillants qui interpréteront tout pour nuire à l'Église.

Heureusement, les vrais catholiques savent que Dieu est le seul Juge impartial des hommes, cet homme fût-il le Pape. Et ils savent aussi que le Pape tient compte des situations de plus d'un milliard de catholiques dans le monde, dont il est le premier serviteur. Remercions-le et prions pour lui, il assume une tâche immense.

En outre, depuis deux siècles, plus aucun pays n'est catholique. Plus aucune loi n'est votée selon les Évangiles, mais trop souvent contre eux. Les médisants sont donc bien vus des pouvoirs en place. Et les médias sont encouragés à amplifier leurs critiques ou à en inventer de toutes pièces.

Dans ces conditions, est bien fou qui prétend contenter tout le monde et le Saint Père.

Bien à vous.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 3 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page D'accord avec le Pape et Amoris laetitia ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 8 - 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Une foi invincible en Jésus

Mark Mallett   dimanche 24 juin 2018   2 commentaires   partager

Chers frères et soeurs, les deux dernières semaines ici ont été dingues. Pour ceux qui ne le savent pas, une tempête vient de nous frapper (lire aussi ici). Un agent d'assurance a considéré les dégâts ici comme « catastrophiques, » aussi il nous faudra longtemps pour nous en remettre. Au même moment, j'ai commencé inexplicablement à avoir une perte d'audition à l'oreille gauche, je dois me faire retirer une de mes dents, et notre véhicule familial a subi une panne majeure le week-end dernier, ce qui a coûté des milliers de dollars. Plutôt dingue, hein ? Mais à travers tout cela, j'ai médité dans mon coeur les paroles de l'article ci-dessous, publié pour la première fois le 31 mai 2017. Plus nous souffrons, plus il nous faut apprendre à nous abandonner ; plus nous entrons dans les ténèbres, plus nous devons avancer avec les yeux de la foi ; plus les choses deviennent incertaines, plus il nous faut nous tourner vers la Certitude Absolue : Dieu le Père, qui nous aime inconditionnellement, et qui permet la souffrance pour nous purifier et nous discipliner. Cette purification, à son tour, nous vide de plus en plus de nous-mêmes pour qu'Il puisse nous remplir d'autant plus de Sa présence.

Lire la suite

La Divine Providence par le Père Jean-Baptiste Saint-Jure

Père Jean-Baptiste Saint-Jure   mardi 8 mai 2018   0 commentaire   partager

La Volonté de Dieu a fait et gouverne toutes choses.

Traitant de la Volonté de Dieu, Saint Thomas enseigne, après Saint Augustin, qu'Elle est la raison, la cause de tout ce qui existe. En effet :

« Le Seigneur - dit le Psalmiste - a fait tout ce qu'il a voulu, au ciel, sur la terre, dans la mer et dans tous les abîmes. »

Il est écrit encore, au livre de l'Apocalypse :

« Vous êtes digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir gloire, honneur et puissance, parce que c'est vous qui avez créé toutes choses, et que par votre volonté elles étaient et ont été créées. »

Lire la suite

Jésus a-t-il enseigné la doctrine du Purgatoire ?

dimanche 11 mars 2018    partager

« Allez ! De toutes les nations faites des disciples . . . apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé.  » (Matthieu 28: 19-20). Voilà la Grande Mission que le Christ a confiée à ses disciples.

Remarquez que le Christ commande à ses disciples d'enseigner seulement ce qu'Il leur a révélé et non leurs propres opinions.

Beaucoup de protestants pensent que l'Eglise Catholique échoue à cet égard. Le purgatoire est un dogme catholique qu'ils pensent ne pas venir de notre Seigneur. Ils affirment que c'est l'un des nombreux dogmes inventés auxquels l'Église Catholique contraint ses membres à croire.

Il est vrai que tous les membres de l'Église Catholique sont tenus de croire au dogme du purgatoire. Mais ce n'est pas vrai qu'il s'agit d'une invention.

Lire la suite