Comprendre la crise de l'Eglise depuis 50 ans par Arnaud Dumouch


Commentaires (8)

Publié le mercredi 21 mars 2018

Auteur : Arnaud Dumouch

Catégorie : Prophéties & réflexions sur les signes des temps

Une approche proposée par Arnaud Dumouch

1918-1968 : 50 ans séparent ces deux dates. 1968-2018 : Encore 50 ans. L'Eglise en Occident est sortie laminée de ce siècle, comme « un figuier que la tempête a secoué à droite puis à gauche et qui a laissé tomber ses fruits avortés sur le sol » (Ap 6, 13).

La commémoration des 50 ans de mai 68 et de ce qu'ils symbolisent, approche. Les médias préparent sans doute la célébration de ce qu'ils vont considérer comme "le plus grand événement spirituel de l'histoire", autour de "progrès" libérateurs comme la pilule, l'avortement, et bientôt l'euthanasie de la génération vieillissante qui a porté ce courant.

Qu'en a-t-il été dans l'Eglise Catholique en Occident qui a vu l'écroulement de la pratique religieuse, de l'Europe au Canada ? Les analyses sont diverses : certains accusent le Concile Vatican II, d'autres la révolution mentale des années d'après guerre.

Source : Belgicatho

Voici une série en 10 vidéos (dont quatre sont déjà publiées, les autres suivront chaque vendredi) qui s'efforce, avec Arnaud Dumouch (philosophe et théologien laïc), de porter un regard contemplatif sur cette crise, sur sa préparation lointaine, sur ses acteurs y compris à l'intérieur de l'Eglise d'Occident, sur son avenir.

Ce sujet travaille et bouleverse les croyants. Des questions aussi difficiles que celles-ci seront abordées frontalement :

  • Y a-t-il eu complot ?
  • Quel est le rôle de la Franc-maçonnerie ?
  • Quelle place donner à l'ange révolté dans ces événements ?
  • Qu'est ce que le signe de Judas qui a été donné en Europe à travers une partie du clergé dit "libéral" ?
  • Qu'est-ce que le signe de Pierre, donné par la réaction intégriste ?
  • Quelle est la ligne donnée par nos papes, fidèlement ?
  • Un renouveau de la foi est-il à prévoir ?
  • Pourquoi Dieu a-t-il laissé faire un tel ébranlement et comment va-t-il le faire tourner au salut du plus grand nombre ?

Voici le plan détaillé et le lien vers chacune des vidéos

https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_2qQHcXBiP6CR6B4nmZ5dV8

I. Crise Eglise 1 sur 10 : COMPRENDRE LA CRISE DANS L'EGLISE D'OCCIDENT, par Arnaud Dumouch

Le 13 octobre 1884, le pape Léon XIII fit un rêve bouleversant, voyant l'Eglise livrée durant un siècle à la puissance de Satan. Ce siècle est manifestement sur le point de se terminer. Il a laissé l'Eglise en Occident exsangue et dans une crise comparable à celle que vécut saint Athanase au IV° s. C'est comme une violente tempête et ceux qui l'ont vécue n'arrivent pas encore à l'analyser. Le but de ces vidéos est de trouver la cause et d'en décrire les effets de manière cohérente.

Fondement spirituel de ce regard : « A la fin, mon Coeur Immaculé triomphera ».

Instruments pour passer cette épreuve triomphalement : Les trois Blancheurs : « Le Pape, la Sainte Vierge Marie, la Sainte Eucharistie ».

II. Crise Eglise 2 sur 10 : Comprendre l'origine LOINTAINE : le rejet du vrai Dieu pour des idoles (49 mn).

Un mécanisme lent, générations après générations. 1° A partir du second Moyen âge, l'Eglise catholique va connaître en Occident une grandiose ère de victoire civilisationnelle. Là est le point de départ, à cause d'un légitime orgueil, de la réalisation de cette parole de Jésus : « Matthieu 24, 12 Par suite de l'iniquité croissante, l'amour se refroidira chez le grand nombre ». Etude des étapes du mécanisme de 1° l'orgueil civilisationnel, de 2° son fruit (la guerre de religion), puis 3° par réaction, du rejet de la religion, puis 4° de l'apparition de faux dieux (argent, gloires et plaisirs). « 1 Jean 2, 16 Car tout ce qui est dans le monde - la convoitise de la chair, la convoitise des yeux et l'orgueil de la richesse - vient non pas du Père, mais du monde ».

III. Crise Eglise 3 sur 10 : Comprendre l'origine proche de « mai 68 » : une réaction aux valeurs de « 1918 » (49 mn).

Rappel : par « génération de mai 68 », on ne vise pas chaque individu né après la seconde guerre mondiale, mais plutôt l'idée dominante qui préside à cette époque et dans sa filiation, marquant le politiquement correct de cette époque.

Il existe une nature humaine et elle ne se trouve pas fixée dans les excès : excès du culte de l'autorité, excès du culte de la liberté. L'homme a besoin d'une certaine autorité qui structure et d'une certaine liberté qui épanouit.

Il n'est donc pas étonnant que les déviations vers l'excès d'autorité de 1900 à 1950 aient conduit à une réaction violente de la nature. La « génération de mai 68 » exalte donc, par réaction psychologique violente, c'est-à-dire par « névrose », les valeurs des deux générations d'avant. Ainsi se réalise dans ces génération cette parole : « Apocalypse 6, 13 et les astres du ciel s'abattirent sur la terre comme les figues avortées que projette un figuier tordu par la tempête ».

IV. Crise Eglise 4 sur 10 : Comprendre l'origine de « mai 68 » : Comment apparaît le « Carpe Diem » ? (44 mn).

Pas de théorie du complot mais un mécanisme décrit en trois étapes par le livre de la Sagesse, chapitre 2 :

PREMIER ACTE, UNE CAUSE MÉTAPHYSIQUE : Pas de vie après la mort : Sagesse 2, 1 « Car les hommes sans piété disent entre eux, dans leurs faux calculs : Courte et triste est notre vie et on ne connaît personne qui soit revenu de l'Hadès. »

DEUXIEME ACTE, UNE CONSÉQUENCE ETHIQUE : La liberté de jouir résume la vie humaine (Carpe Diem) : Sagesse 2, 8 « Venez ! couronnons-nous de boutons de roses, avant qu'ils ne se fanent ! »

TROISIEME ACTE, UN COMBAT CONTRE "LES INTOLÉRANTS" : déshonorons l'intolérant qui pense qu'il y a autre chose : Sagesse 2, 10 « Opprimons le juste ! Il est devenu un blâme pour nos pensées, sa vue même nous est à charge. »

V. Crise Eglise 5 sur 10 : « mai 68 » dans l'Eglise d'Occident, le signe de Judas l'humaniste (42 mn).

Les hommes d'Eglise sont issus du monde et sont influencés par les séismes du monde. Ils ont donc vécu le même traumatisme que le monde suite aux deux guerres mondiales et ont connu une réaction passionnelle et névrotique contre les valeurs de la génération précédente.

Les valeurs d'avant dans l'Eglise d'Occident : « L'honneur pour Dieu, exalté au-dessus de tout, insistance sur le péché, l'enfer, l'eschatologie ». Attention : La mise en avant exclusive de ces valeurs n'est pas le fait du Magistère (voir saint Pie X et sa lutte contre le reste du Jansénisme, voir sainte Thérèse de l'Enfant Jésus).

Les valeurs de la génération de mai 68 en Occident sont donc l'inverse : L'exaltation de l'amour du prochain, à commencer par les pauvres matériellement, l'attention à la construction du monde d'ici-bas, la relativisation des valeurs mystiques considérées comme un peu « illuminées ».

Qu'est-ce que le signe de Judas l'humaniste ? Marc 14, 4 « Or il y en eut qui s'indignèrent entre eux : "A quoi bon ce gaspillage de parfum ? Ce parfum pouvait être vendu plus de 300 deniers et donné aux pauvres." Et ils la rudoyaient. »

Quelques illustrations : La relecture de Vatican II, Le catéchisme « Pierres vivantes », l'exaltation du pédagogisme sans contenu, le remplacement de la foi catholique par la foi humaniste.

VI. Crise Eglise 6 sur 10 : « mai 68 » dans l'Eglise d'Occident, le signe de Judas le traître (51 mn).

Deux générations, deux systèmes de valeurs, toutes deux issues de l'Evangile qui prône l'amour de Dieu et l'amour du prochain. Il y aurait dû y avoir débat et coopération, de par le même Esprit Saint. Il va y avoir affrontement, ruse, traitrise, falsification.

Qu'est-ce que le signe de Judas le traitre ? Marc 14, 10 « Judas Iscariote, l'un des Douze, s'en alla auprès des grands prêtres pour le leur livrer. »

Quelques exemples : Dans les séminaires, les vocations religieuses écartées et les vocations humanistes mises en avant. Le lien avec les scandales de la pédophilie. Un exemple à travers l'histoire de la Belgique, petit pays profondément catholique devenu profondément humaniste sans Dieu.

VII. Crise Eglise 7/10 : « mai 68 » dans l'Eglise d'Occident, Mgr Lefebvre, le signe de Pierre qui doute (39 mn).

A partir de mai 68, une génération s'empare du Concile Vatican II et, au nom de « l'esprit de Vatican II  », en donne une interprétation non conforme aux textes. Des changements liturgiques sont imposés et le pape Paul VI se décourage, laissant certaines conférences épiscopales agir avec brutalité.

Mais, pire encore, une fausse théologie, en rupture avec les anciens conciles et avec le texte de Vatican II est imposée partout en Occident.

Face à cela, deux réactions : Ceux qui tiennent fermement fidèle au Magistère. L'exemple du Cardinal Ratzinger, du Père Marie-Dominique Philippe, de Marthe Robin. D'autres (dont Mgr Lefebvre) se mettent à douter et donnent à l'Eglise le signe de Pierre : Mt 14, 30 « Mais, voyant le vent, Pierre prit peur et, commença à couler. »

VIII. Crise Eglise 8 sur 10 : « mai 68 » dans l'Eglise d'Occident, le signe de Pierre qui renie (60 mn).

Jean 13, 6 « Il vient donc à Simon-Pierre, qui lui dit : "Seigneur, toi, me laver les pieds ?" Non, tu ne me laveras pas les pieds, jamais ! »

Mgr Lefebvre et ses trois positions instables face à la crise et à Vatican II. Il y a trois Mgr Lefebvre :

1° Le Mgr Lefebvre du sédévacantisme potentiel. Certains membres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X basculent périodiquement vers le rejet définitif de Rome et de catholicité de l'Eglise.

2° Le Mgr Lefebvre du ralliement à Rome. Certains membres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X rejoignent régulièrement l'Eglise (Fraternité saint Pierre par exemple).

3° Le Mgr Lefebvre entre les deux, actuellement représenté par Mgr Fellay et la FSSPX.

Source : http://visitationpourlavie/ARCHIVES/ComprendreFSSPXparGAUVAIN.htm

IX. Crise Eglise 9 sur 10 : Comment sera sauvée la génération de « mai 68 » (58 mn) ?

Dieu ne renonce jamais au salut de ses enfants. Il les laisse vivre leur orgueil, jusqu'aux conséquences les plus folles, puis il leur fait miséricorde selon cette parole de Jésus : Luc 7, 47 « Celui à qui on remet peu montre peu d'amour ».

Cette génération a été frappée par trois coups qui lui ont rappelé sa faiblesse et la vanité de ses prétentions à l'orgueil :

  1. Le SIDA,
  2. L'immigration qui lui fait la guerre sur le terrain de ses propres valeurs
  3. La solitude, la vieillesse et la mort qui arrive.

Comparaison avec les épreuves de la génération de 1914.

Que sera la génération suivante ?

X. Crise Eglise 10 sur 10 : Conclusion : Pourquoi Dieu a-t-il permis une telle épreuve ? (35 mn).

Ce qu'a vécu l'Occident est une pédagogie pour l'Eglise universelle. On ne sait pas si l'Europe connaitra un renouveau quantitatif du nombre des croyants dans la génération suivante. Ce qui est certain, c'est qu'elle a transmis pour l'avenir une préfiguration de l'apostasie finale, à l'époque du dernier Antéchrist, de ce qu'il faut faire (rester attaché au Christ, à Marie et au Magistère de l'Eglise), de ce qu'il ne faut pas faire (imiter Judas ou Pierre à la Croix de Jésus).

Source : Belgicatho

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Il serait intéressant de confronter cela avec les idées émises par le philosophe belge Emmanuel d’Hooghvorst dans « Le Fil de Pénélope » (Éditions Beya).

Commentaire laissé par le

Cher Peyo. Vous avez raison: "Le seul moyen de combattre la haine de Dieu, c'est par l'amour de Dieu et de son prochain (ami ou ennemi). À l'exemple du Christ en croix".
Hélas, sans Dieu Trinitaire dans le cœur, l'âme, l'esprit, en sommes-nous capables, simplement munis de notre fragile humanité ? Car qu'a demandé le Ciel ? " Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable." (Éphésien chap. 6).
Être bien équipé, n'est-ce-pas: Prier, assister avec dévotion à la messe eucharistique dominicale (et jours de fêtes chrétiennes), et respecter les sacrements (Adoration, Réconciliation, ...) ?

Connaissez-vous ce petit clin d’œil du Pape Jean XXIII : "Un curé rencontre une de ses paroissiennes qu’il ne voit jamais à l’église. Comme il s’en étonne, la dame lui déclare : Voyez-vous, Monsieur le curé, je suis croyante mais je ne pratique pas. C’est comme moi, répond le curé : je suis nudiste, mais je ne pratique pas." . (Pape Jean XXIII).

Commentaire laissé par le

La crise aujourd'hui est la pire, Peyo !

Dans le Livre de l'Apocalypse, à un moment donné de la création eu lieu dans les cieux une chose terrible entre Lucifer, l'Archange Saint Michel, et les anges. Une guerre entre 2 Esprits; Amour contre Haine, Dieu contre Diable: Lumière contre Ténèbres :
Lucifer refusa la création d'hommes "à l'image de Dieu", le mystère de l'Incarnation, Marie - Mère de Dieu, ET l'ordre de Dieu; "Voici votre Seigneur, voici votre Reine, adorez-Le, inclinez-vous devant Elle.". Il rétorqua furieux : Je ne servirai pas, je n'adorerai pas celui qui m'est postérieur et inférieur, je ne vénèrerai pas la Mère de Dieu. Je serai l'égal de Dieu! Certains anges le suivirent. C'est la chute vertigineuse; L'Enfer. Depuis, c'est le combat à mort entre ciel et terre. Grâce à Dieu nous - son peuple bien aimé - avons reçus des conseils. (Lettre de St Paul apôtre aux Éphésiens Chap. 6).

Dans la Foi, l'Espérance, la Charité - pour nos âmes - réveillons-nous, Peuple de Dieu!

Commentaire laissé par le

@mitzuki
Je suis d'accord que Satan est à l’œuvre.
Mais il est à l’œuvre depuis 2000 ans, pas seulement aujourd'hui.
Relisons l’Histoire, l'Église a connu des crises encore bien plus graves.
Je crois seulement que désespérer du Christ, face aux tempêtes, n'a jamais été la bonne solution.
Le seul moyen de combattre la haine de Dieu, c'est par l'amour de Dieu et de son prochain (ami ou ennemi).
À l'exemple du Christ en croix.

Commentaire laissé par le

@ Peyo brebis :

C'est quoi pour vous une "église catholique en expansion constante dans le monde". De quelle expansion parlez-vous?

Mon tableau me semble plutôt être objectif et voulait surtout soulever le problème de l’apostasie en Europe. D’accord que la spiritualité catholique c’est la foi, l’espérance, et la charité. Mais je ne retrouve pas cela là où l’on promeut l’euthanasie, l’avortement, où l’on soutient des organismes qui promeuvent ce qui est moralement répréhensible, (Gender, LGTB, GPA)… et toutes autres dérives meurtrières pour les âmes qui appartiennent avant tout à Dieu ou qu'au moins on dénonce comme ne répondant pas aux respect à avoir pour les lois d’Amour de Dieu que tout chrétien connait et est appelé à respecter le mieux possible.

Pour moi c'est cela la Haine de Dieu.

Commentaire laissé par le

@mitzuki
Dresser un tableau sombre et "hypocondriaque" de l'Église catholique n'aide pas non plus spirituellement. La spiritualité catholique, c'est la foi, l'espérance et la charité.
Des catholiques font la preuve actuellement de cette spiritualité, dans des pays où ils sont plus persécutés que nous. On dirait que certains catholiques en Europe ont plus peur qu'eux, ou ont moins de foi en Christ, en son Église et en le successeur de Pierre ?

Commentaire laissé par le

Les statistiques de l’état du CORPS de l’Église catholique: « 1,3 milliard de fidèles, un Pape symbole, garant de l'unité des catholiques, porte-parole des non catholiques. Les autres religions ne pouvant en dire autant. » n’aide pas à lutter contre une crise plus grave; SPIRITUELLE.
« Où est ton trésor, là sera aussi ton cœur. » (Mt. 6.21). Nous chrétiens n’aimons plus spirituellement Dieu. Ce n'est pas de l'indifférence ou un retour à l'athéisme par rejet de Dieu; signes de vengeance ou de revanche.

En réalité, notre monde a carrément de la HAINE pour Dieu !
Il n’est plus Ami, Père, Frère, Lumière, Dieu qui guérit de la maladie, de la mort. Il est Ennemi, menace, danger pour la vie, accusateur public, persécuteur, juge intransigeant. Celui à abattre !
On aimera plus le Pape - Vicaire de Dieu - que Dieu aujourd'hui!!!

Qui est l’Esprit fourbe à la base de cette crise de cœur ? Satan. « La plus grande ruse du Diable est de nous faire croire qu’il n’existait pas ». Baudelaire.

Commentaire laissé par le

Mais de quelle crise parle-t-on ? L'Église catholique est en expansion constante dans le monde. Seule l'Europe fait exception. On ne gère pas quelque chose à partir de ses exceptions non représentatives.
L'Église catholique unit aujourd'hui près de 1,3 milliard de fidèles. Elle est de loin la structure religieuse la plus solide du point de vue doctrine, et la plus unie, grâce au Pape. Il est le symbole et le garant de l'unité des catholiques.Il est aussi leur porte-parole et il est même consulté par des non catholiques. Aucune autre religion ne peut en dire autant.
Il est logique que Satan enrage et ait tenté de détruire d'anciennes terres catholiques, comme la France, la Belgique, le Canada. Mais nous savons qu'il ne peut gagner. Le besoin de Dieu est vital, il est dans le cœur de l'homme. Vouloir lui enlever Dieu, c'est comme vouloir lui enlever l'air qu'il respire. Il ne s'y résignera jamais.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 39 x 16 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Comprendre la crise de l'Eglise depuis 50 ans.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 39 x 16 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le jour où Joseph Ratzinger a prédit l’avenir de l’Église

samedi 27 janvier 2018   0 commentaire

Il n’a jamais prétendu pouvoir lire l’avenir. Non, sa sagesse était bien trop grande pour cela. D’ailleurs, il avait modéré ses remarques initiales en se déchargeant ainsi : « Soyons prudents dans ce que nous annonçons. Ce qu’a dit Saint Augustin est toujours vrai : l’Homme est un abysse. Personne ne peut savoir à l’avance ce qui va ressortir de ces profondeurs. Et quiconque considère que l’Église n’est pas déterminée uniquement par cet abysse qu’est l’Homme, mais qu’elle s’efforce d’atteindre le grand, l’infini abysse divin, sera le premier à douter de ses propres prédictions, car cette volonté naïve de vouloir avoir raison à coup sûr ne pourrait qu’être la preuve d’une incompétence sur le plan historique. »

Lire la suite

La mise à l'épreuve de l'église

Père Joël Guibert   samedi 3 février 2018   0 commentaire

Voici un extrait du chapitre 6 ("Que Ton règne vienne") du livre du Père Joël Guibert (« Rendre amour pour amour, Une spiritualité du Coeur de Jésus » aux Editions Pierre Téqui) qu'il me semble utile de vous partager pour bien comprendre les temps que nous vivons - qui vraisemblablement sont les derniers - et que nous sachions comment y faire face.

Comme nous l'avons dit, l'Eglise, qui est le Corps du Christ, sera amenée à revivre dans son histoire les grands mystères de l'existence de son Maître. Si l'Epouse du Christ a toutes les chances d'expérimenter une forme d'« hosanna des rameaux », tel que l'a vécu Son Seigneur, elle ne pourra pas par ailleurs prétendre à la gloire de la Pentecôte qui lui est promise, sans passer au préalable par le creuset d'une certaine passion. Le disciple n'est pas au-dessus du Maître : pour l'humanité, comme il en fut pour notre Seigneur, pas de Pentecôte sans Vendredi-saint ! Dans un premier temps, nous voudrions tenter quelques considérations à propos de ce mystérieux vendredi-saint que l'Eglise va traverser : « Avant l'avènement du Christ, l'Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants », prévient le catéchisme. Dans un second temps, toujours à l'écoute des saints et de la Vierge Marie, nous esquisserons quelques traits marquants de la nouvelle Pentecôte et du triomphe des deux Coeurs unis.

Lire la suite

La secousse de l'Eglise

Mark Mallett   vendredi 30 mars 2018   0 commentaire

Traduction d'un article du blog de Mark Mallett (« The Shaking of the Church ») du 29 mars 2018.

« Au cours des deux semaines ayant suivi la démission du pape Benoît XVI, j'ai ressenti un sentiment constant dans mon coeur m'avertissant que l'église s'apprêtait à faire face à des « jours dangereux » et un temps de « grande confusion. » (lire How Do You Hide a Tree). Ces mots ont fortement influencé la façon dont j'allais entreprendre cet apostolat à travers mes livres et mon blog, sachant qu'il serait nécessaire de préparer mes lecteurs aux vents tempétueux qui approchent. »

Lire la suite