Comment être parfait


Commentaires (0)

Publié le jeudi 21 mars 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragements spirituels

C'est l'un des passages des Écritures les plus troublants, pour ne pas dire décourageants :

Soyez parfaits, comme votre Père céleste est parfait.

Matthieu 5: 48

A travers un examen de conscience quotidien, la plupart d'entre nous réalisons que nous sommes tout sauf parfaits. Mais c'est parce que notre définition de la perfection est différente de celle du Seigneur. Autrement dit, nous ne pouvons pas isoler ce passage de l'Évangile de ceux qui le précèdent, où Jésus nous dit comment être parfaits :

Moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent...

Matthieu 5: 44

A moins que nous ne mettions de côté notre propre définition de la "perfection" pour prendre Jésus au mot, nous nous trouverons continuellement découragés. Voyons comment le fait d'aimer nos ennemis nous fait véritablement grandir en perfection, et ce malgré nos fautes.

Nous trouvons la mesure de l'amour authentique non pas dans la façon dont nous servons ceux que nous aimons, mais ceux qui se montrent nos "ennemis". L'Évangile nous dit :

Mais je vous le dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. À celui qui te frappe sur une joue, présente l'autre joue...

Luc 6: 27-29

Mais qui est mon ennemi ?

Peu d'entre nous ont des ennemis, mais nous avons tous dans nos vies certaines personnes qui nous blessent d'une manière ou d'une autre, et il se peut que nous leur refusions notre amour.

—Soeur Ruth Burrows, To Believe in Jesus (Paulist Press)

Qui sont-ils ? Ce sont ces personnes qui nous critiquent, que leurs critiques soient justifiées ou non. Celles qui se montrent condescendantes. Celles qui ne remarquent nos propres besoins ou nos souffrance. Celles qui se montrent brusques et insensibles, peu compatissantes ou dédaigneuses. Oui, aucun poison ici-bas ne transperce tant le coeur que l'injustice. Ce sont ces personnes qui éprouvent la mesure de notre amour — celles à qui nous refusons de dire bonjour, ou envers qui nous pouvons sembler être agréables en apparence, tandis que nous énumérons leurs défauts en privé. Nous les diminuons dans notre coeur afin d'avoir meilleure conscience. Et si nous sommes honnêtes, nous devons reconnaître que nous cherchons souvent, à travers leurs défauts et leurs faiblesses, à nous débarrasser de cet aiguillon de la vérité — petite ou grande — qui nous titillent à travers leurs paroles.

Peu d'entre nous ont de véritables "ennemis". Ceux-là ressemblent davantage aux abeilles dont nous rencontrons rarement le dard. Ce sont les moustiques qui nous agacent le plus — ceux qui parviennent à exposer les zones de notre vie où nous nous révélons tout sauf saints. Et de ces ennemis, Saint Paul écrit :

Ne rendez à personne le mal pour le mal, appliquez-vous à bien agir aux yeux de tous les hommes. Autant que possible, pour ce qui dépend de vous, vivez en paix avec tous les hommes. Bien-aimés, ne vous faites pas justice vous-mêmes, mais laissez agir la colère de Dieu. Car l'Écriture dit : C'est à moi de faire justice, c'est moi qui rendrai à chacun ce qui lui revient, dit le Seigneur. Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire : en agissant ainsi, tu entasseras sur sa tête des charbons ardents. Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien.

Rm 12: 17-21

Si nous aimons de cette manière, nous deviendrons en effet parfaits. Comment ?

Ayez entre vous une charité intense, car la charité couvre une multitude de péchés.

1 Pierre 4: 8

Jésus explique comment la Justice Divine « couvrira » nos fautes :

Aimez vos ennemis et faites-leur du bien... et vous serez les fils du Très-Haut... Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.

Luc 6: 35, 37

Voyez-vous à présent comment le fait d'aimer les autres, comme le Christ nous a aimés, représente aux yeux de Dieu la véritable "perfection" ? Du fait que l'amour couvre la multitude de nos péchés. A la façon dont vous donnerez, il vous sera donné de la part du Père.

Donnez, et l'on vous donnera : c'est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous.

Luc 6: 38

La perfection consiste à aimer comme le Christ nous a aimés. Et...

L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien d'inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

1 Co 13: 4-7

En vérité, ne sommes-nous pas nous-mêmes critiques, condescendants, insensibles et peu compatissants ? Chaque fois que quelqu'un vous blesse, rappelez-vous vos péchés et vos travers et toutes les fois où le Seigneur vous a pardonné [1]. De cette façon, vous trouverez dans votre coeur la miséricorde qui vous permettra de vous montrer indulgent envers les fautes des autres et de les aider à porter leur fardeau.

Ainsi vous deviendrez parfait.

Mark Mallett
How to be Perfect

Lorsque tu vas présenter ton offrande à l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Mets-toi vite d'accord avec ton adversaire [la Miséricorde Divine qui devient notre ennemie si nous nous montrons des serviteurs impitoyables envers nos frères] pendant que tu es en chemin avec lui [pendant que nous sommes dans le temps de la Miséricorde], pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge [à Dieu, une fois que le temps de la Miséricorde aura pris fin], le juge au garde [les anges], et qu'on ne te jette en prison [la Justice Divine]. Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou [le Purgatoire].

Mt 5: 23-26 ; (cf. Mt 18: 21-35 et Jésus à Sainte Faustine, Petit Journal n° 1146) Ajout de Pierre et les Loups


[1] cf. Mt 18: 21-35

Cet article m'inspire ...


de la joie
1


de l'encouragement
1


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Soutenir le ministère de Mark Mallett

Famille Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cet article.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 3 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Comment être parfait.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 7 - 3 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Pour bien se préparer à Pâques, Divine Miséricorde et Sacrement de pénitence

Père Vidal   lundi 15 avril 2019   0 commentaire   partager

Voici en quels termes le Seigneur Jésus a demandé à Sainte Faustine l'institution de la Fête de la divine miséricorde :

"Ma fille, Je désire que la Sainte Miséricorde soit le recours et le refuge pour toutes les âmes et surtout pour les pauvres pécheurs. (...) Je déverse tout un océan de grâces sur les âmes... Toute âme qui s'approchera de la confession et de la sainte Communion recevra le pardon complet de ses fautes et leur rémission. En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoule la grâce. Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de Moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate. Ma Miséricorde est si grande que, pendant toute l'éternité, aucun esprit ni humain, ni angélique, ne saurait approfondir tout ce qui est sorti des profondeurs de Ma Miséricorde. Chaque âme en relation avec Moi méditera Mon amour et Ma miséricorde durant toute l'éternité. La Fête de la Miséricorde est issue de Mes entrailles. Je désire qu'elle soit fêtée solennellement le premier dimanche après Pâques. Le genre humain ne trouvera pas la paix tant qu'il ne se tournera pas vers la source de Ma Miséricorde".

Lire la suite

Un puissant antidote

Mark Mallett   lundi 24 février 2020   1 commentaire   partager

Sommes-nous entrés dans ces temps d'apostasie, tels que décrits par saint Paul au chapitre 2 de sa lettre aux Thessaloniciens, qui doivent aboutir à l'émergence de « l'Homme de péché » ? [1] C'est une question importante, car notre Seigneur lui-même nous a commandé de « veiller et prier ». Même le Pape saint Pie X évoquait cette possibilité, compte tenu de la propagation de ce qu'il appelait une « maladie tellement profonde et grave » qui menace les fondements de la civilisation humaine...

Lire la suite

Retrouver notre véritable identité

Mark Mallett   samedi 5 octobre 2019   0 commentaire   partager

Il ne nous reste donc rien d'autre à faire que d'inviter ce pauvre monde, qui a répandu tant de sang, creusé tant de tombes, détruit tant de belles oeuvres, privé tant d'hommes de pain et de travail, il ne nous reste, disons-Nous, qu'à l'inviter avec les tendres paroles de la sainte liturgie : « Retournez au Seigneur votre Dieu ! »

— PAPE PIE XI, Caritate Christi Compulsi, 3 mai 1932 ; Vatican.va

… l'évangélisation est essentiellement liée à la proclamation de l'Évangile à ceux qui ne connaissent pas Jésus Christ ou l'ont toujours [rejeté]. Beaucoup d'entre eux cherchent Dieu secrètement, poussés par la nostalgie de son visage, même dans les pays d'ancienne tradition chrétienne. Tous ont le droit de recevoir l'Évangile. Les chrétiens ont le devoir de l'annoncer sans exclure personne... Jean-Paul II nous a invités à reconnaître qu' « il est nécessaire de rester tendus vers l'annonce » à ceux qui sont éloignés du Christ, « car telle est la tâche première de l'Église ».

— PAPE FRANÇOIS, Evangelii Gaudium, n° 14 ; Vatican.va

Lire la suite