Comment être chrétien dans un monde qui ne l'est plus ?


Commentaires (1)

Publié le mercredi 21 février 2018

Catégorie : Vie de l'Eglise

Nombre de consultations : 294

Se demander comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus, c’est commencer par s’interroger sur ce monde, par se demander pourquoi il n’est plus chrétien, pourquoi le monde tel qu’il est est tel qu’il est. Dans un monde qui change, comment être fidèle à l’Évangile et à Dieu qui, eux, ne changent pas.

Si nous voulons survivre, il nous faut retourner aux racines de notre foi, dans nos pensées comme dans nos actes. Il va falloir renouer avec des habitudes intérieures que les croyants occidentaux ont délaissées. Il va falloir radicalement changer nos vies, notre vision du monde. En un mot, il va nous falloir être l’Eglise, sans compromis, quel qu’en soit le coût !

Voici l'introduction des deux premiers enseignements donnés lors du WE Jeunes des 27-28 janvier 2018 à Saint Pierre de Colombier par la Famille Missionnaire de Notre-Dame. Les enseignements complets peuvent être lus sur leur blog oficiel : Blog 'Domini'.

1ère partie : Les racines de la crise

Cet article s’inspire du deuxième chapitre de l’ouvrage de R. Dreher, « Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus, le pari bénédictin. » Éditions Artège, 2017.

Introduction :

Se demander comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus, c’est commencer par s’interroger sur ce monde, par se demander pourquoi il n’est plus chrétien, pourquoi le monde tel qu’il est est tel qu’il est. Dans un monde qui change, comment être fidèle à l’Évangile et à Dieu qui, eux, ne changent pas.

Mais, n’est-il pas plus urgent, me direz-vous, de s’attaquer aux problèmes du monde (justice, paix, liberté…) ? Justement, c’est précisément en étant vraiment chrétiens (le radicalisme chrétien, c’est l’extrémisme de la charité) que nous apporterons la lumière de la vérité à tous ceux que nous rencontrerons : « Soyez ce que vous devez être et vous mettrez le feu de l’amour dans le monde ! »[1]. C’est ce qu’on fait les Apôtres : ils étaient Douze, nous sommes aujourd’hui deux millions de chrétiens !

Point n’est besoin d’avoir un doctorat pour constater que « rien ne va plus, c’était mieux avant… » (sic), que le monde (occidental) est décadent, qu’il rejette Dieu et s’enfonce dans le nihilisme (c’est-à-dire que plus rien n’a de sens) donc dans la violence… Pour comprendre ce monde dans lequel nous vivons, les discours que nous proposent les médias, avec leurs présupposés philosophiques et moraux, avoués ou non, et qui nous affectent tous en tant que nous sommes dans le monde, il est nécessaire de se pencher sur l’histoire des idées qui les ont forgés. Expliciter ces fondements philosophiques permet en outre de les considérer avec un recul critique et ainsi d’agir librement (c’est-à-dire en sachant pourquoi), en portant un regard lucide sur les causes profondes de notre agir, auxquelles nous ne faisons, le plus souvent, pas plus attention qu’à l’air que nous respirons.

On assiste donc, en un mot, à un éclatement progressif de la société, qui laisse envisager à plus ou moins court terme, la mort de la civilisation européenne. Tout cela est vrai, mais ce qui nous intéresse ici est l’origine de cette crise de civilisation, ses causes (nous nous intéresserons ici aux causes lointaines, profondes). Les connaître est la première étape pour pouvoir remédier à la crise. Cette balade historique devrait nous faire prendre conscience que l’Occident est de plus en plus éclaté, culturellement et socialement, à mesure qu’il s’éloigne du ciment de son unité, le christianisme.

L’Occident antique était unifié par la force militaire des armées romaines. L’Empire romain s’est effondré et un nouveau principe d’unité a pris le dessus, la religion chrétienne.

Étymologiquement, la religion (de religare) relie. Les hommes à Dieu, d’une part, les hommes entre eux, d’autre part. Le Moyen-âge est une période où l’unité de l’Occident est forte, parce qu’il est chrétien. Les hommes y sont reliés entre eux par un ordre qui les transcende et qu’ils reconnaissent comme tel. Ils sont, par conséquent, également unis par des croyances et des pratiques communes. Voilà le point de départ. A partir de là, nous verrons quelques grandes étapes qui nous acheminent à l’Occident moderne déchristianisé tel que nous le connaissons :

  1. Au XIVe siècle, avec le nominalisme, on cesse de croire au lien entre Dieu et la Création.
  2. Au XVIe, la Réforme engendre un refus de l’autorité dans et de l’Église et un effondrement de son unité.
  3. Au XVIIIe, les Lumières remplacent Dieu par le culte de la Raison ; la vie spirituelle est reléguée dans la vie privée.
  4. Au XIXe, on assiste à la révolution industrielle (et à l’exode rural subséquent) et à l’expansion du capitalisme (la recherche du profit matériel se fait au détriment du progrès spirituel).
  5. Enfin, 1968 et sa révolution sexuelle consacrent le triomphe de l’individualisme.

L’Histoire ne s’est certes pas faite que par les idées, mais pour comprendre la crise actuelle, il importe de remonter aux grandes idées qui façonnent notre culture et notre société, souvent à notre insu. Nous baignons dans une atmosphère intellectuelle et philosophique dont nous sommes tributaires, sans en avoir toujours conscience.

Lire la suite

2ème partie : Les clefs pour un réveil chrétien authentique

Introduction :

Le christianisme ne fait plus partie du centre de culture ; nous sommes en quelque sorte devenus marginaux. Nous avons essayé de donner une synthèse vous montrant comment nous en étions arrivés à cet état de fait.

Nous voulons vous donner quelques clés vous permettant de garder la foi, de continuer à être chrétien et de provoquer un réveil chrétien authentique.

Notre chemin sera éclairé, balisé par Benoît de Nurcie, plus connu sous le nom de st Benoît.

Si nous voulons survivre, il nous faut retourner aux racines de notre foi, dans nos pensées comme dans nos actes. Il va falloir renouer avec des habitudes intérieures que les croyants occidentaux ont délaissées. Il va falloir radicalement changer nos vies, notre vision du monde. En un mot, il va nous falloir être l’Eglise, sans compromis, quel qu’en soit le coût ! Il va falloir collaborer avec les chrétiens de notre entourage pour bâtir des réponses aux défis que ce monde lance à l’Eglise. Pour que le sel ne perde pas sa saveur, nous devons agir.

Arrêter de vouloir colmater les fuites, sauver ce qui est existant. Non ! car bien souvent les structures existantes n’ont plus l’Esprit, elles sont corrompues, elles sont compromises. Il faut créer des structures nouvelles dans lesquelles il n’y pas de compromission, dans lesquelles le monde ne peut faire entrer son venin. C’est un travail passionnant mais aussi c’est un travail qui nécessite des choix radicaux, qui nécessite  de la générosité, des convictions, un changement de vie. Qui nécessite de renoncer parfois à une belle carrière.

Aujourd’hui, il y a des métiers qui ne peuvent plus être exercés : pharmaciens, médecins jusqu’à quand ?

Attention cela ne veut pas dire que l’on sera clos sur nous-mêmes, que nous ferons un repli identitaire.

Lire la suite

En savoir plus sur la Famille Missionnaire de Notre-Dame :

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Vidéos

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Bonjour.

On peut aussi se demander « quand le monde a-t-il été chrétien » ? Le Royaume du Christ n'est pas de ce monde. Même l'Europe ne fut jamais totalement christianisée. Et l'Église catholique elle-même a connu des crises intérieures et des persécutions extérieures plus graves qu'aujourd'hui.

Ceci dit, il est paradoxal de dire que notre monde ne serait plus chrétien. Alors qu'il compte environ 1,3 milliard de catholiques, et même environ deux milliards de personnes qui se réclament, à des titres divers, du Christ et des Évangiles. Et c'est toujours croissant, sauf en Europe.

Mais il est vrai que plus aucun dirigeant du monde actuel ne fonde sa politique sur les Évangiles. La plupart d'entre eux sont même profondément opposés au Christ et à son enseignement. Leurs lois sont malheureusement là pour nous le prouver.

Bien à vous.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 38 : 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Comment être chrétien dans un monde qui ne l'est plus ?.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 38 : 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Qui peut recevoir la Sainte Communion ? Par la cardinal Gerhard Ludwig Müller

dimanche 29 avril 2018   0 commentaire   407

Ceci est la cinquième partie d'une série de réflexions du cardinal Müller sur des questions d'actualité dans la vie de l'Église.

Selon Reinhard Cardinal Marx, les évêques allemands ont récemment préparé des directives qui envisagent l'admission éventuelle à la sainte communion de protestants mariés à un conjoint catholique. Le seul pré-requis absolu serait que ces protestants affirment la foi de l'Église Catholique. (Des rapports plus récents indiquent que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, avec le soutien du Pape, a rejeté la proposition des évêques allemands, mais les évêques allemands nient que ce soit le cas.)

Lire la suite

Une parole pour notre temps venue d'Afrique

Mark Mallett   samedi 6 avril 2019   1 commentaire   813

Le cardinal Sarah nous offre aujourd'hui un entretien étonnant, lucide et visionnaire, que l'on peut lire dans le Catholic Herald. Nous n'y trouvons pas seulement “cette parole pour notre temps” qui rejoint les avertissements que je me sens obligé de claironner depuis plus d'une décennie, mais plus précisément et essentiellement, nous y trouvons les solutions à la crise actuelle. Je me prépare à donner une retraite pour hommes demain avec deux merveilleux frères canadiens en Jésus Christ (voir l'affiche ici). Je vais donc vous laisser ce week-end méditer sur quelques passages importants de l'entretien du cardinal Sarah, auxquels j'ai ajouté, pour les nouveaux lecteurs, des liens vers certains des articles connexes de mon blog, qui vous permettront d'approfondir davantage ses observations.

Lire la suite

Persécution des chrétiens : le drame du XXIème siècle est l’indifférence

lundi 26 février 2018   1 commentaire   236

Intervention du cardinal Piacenza au Colisée.

Le drame du XXIème siècle est l’indifférence, affirme le cardinal Mauro Piacenza : « l’indifférence devant le frère qui souffre, qui n’a pas ce qu’il faut pour vivre, ne peut accéder aux soins et à la formation de base, devant le frère dont la dignité est piétinée par certains pouvoirs aveugles, devant le frère qui ne peut vivre sa foi et son appartenance qu’au prix de sa vie physique ».

Lire la suite