Ce qui le retenait a été écarté


Commentaires (2)

Publié le vendredi 13 mars 2020

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Réflexions sur les signes des temps

La réflexion qui va suivre est d'une grande importance... Elle permet de mettre en contexte beaucoup d'événements qui se produisent à un rythme effréné dans le monde aujourd'hui.

Lire le texte original en anglais sur le blog de Mark Mallett

Image : Saint Michel Archange par Michael D. O'Brien

Maintenant, je sais que beaucoup d'entre vous sont fatigués. Beaucoup d'entre vous ont du mal à lire mes différents articles parce qu'ils traitent de sujets troublants. Je comprends cela (peut-être plus que je ne le voudrais.) Mais il est cependant nécessaire d'aborder ces sujets car le mal doit être démasqué. L'image qui m'est venue en tête est celle des Apôtres assoupis dans le jardin de Gethsémani. Ils étaient accablés de tristesse et n'avaient qu'une envie, fermer les yeux et tout oublier. J'entends à nouveau Jésus dire à Ses disciples, c'est-à-dire vous et moi :

Pourquoi dormez-vous ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation.

Luc 22: 46

En effet, alors qu'il devient de plus en plus évident que l'Église est confrontée à sa propre Passion, la tentation de « fuir le Jardin » va s'intensifier. Mais le Christ a déjà préparé à l'avance les grâces dont vous et moi avons besoin pour les temps que nous vivons.

Il y a de cela plusieurs années, j'ai fait une puissante expérience que j'ai eu l'occasion de partager lors d'une conférence au Canada. Après cette conférence, un évêque est venu vers moi et m'a encouragé à mettre cette expérience par écrit sous forme de méditation. Et ainsi, je la partage avec vous aujourd'hui... en la soumettant à votre discernement

« Ce qui le retenait a été écarté... »

J'étais seul sur la route, en Colombie-Britannique, Canada, et me rendais à mon prochain concert. Je profitais du paysage, me laissant aller à mes pensées, quand soudain j'entendis intérieurement les mots suivants :

J'ai écarté celui qui le retenait...

Je ressentis alors quelque chose dans mon esprit qu'il m'est difficile d'exprimer. C'était comme si une onde de choc traversait la terre ; comme si quelque chose dans le monde spirituel avait été libéré.

Cette nuit-là, dans ma chambre de motel, j'ai demandé au Seigneur si ce que j'avais entendu se trouvait dans les Écritures. Je saisis ma Bible et elle s'ouvrit directement à 2 Thessaloniciens 2: 3. Je commençai à lire :

Ne laissez personne vous égarer d'aucune manière. Car il faut que vienne d'abord l'apostasie, et que se révèle l'Homme de l'impiété, le fils de perdition...

En lisant ces mots, je me suis rappelé ce que l'écrivain évangéliste catholique Ralph Martin m'avait confié lors d'un documentaire que j'avais produit au Canada en 1997 (What In The World Is Going On) :

Nous n'avons jamais connu un tel rejet de la foi au cours des 19 derniers siècles, comme nous le constatons [depuis le début du XXè siècle]. Nous sommes certainement des candidats de choix pour la « Grande Apostasie ».

Le terme « apostasie » fait référence à un rejet de la foi [de la part d'une personne ou d'une nation autrefois chrétienne]. Aujourd'hui cette apostasie est massive. Sans analyser les chiffres exacts, il ressort clairement des avertissements de Benoît XVI et de saint Jean-Paul II que l'Europe et l'Amérique du Nord ont presque complètement abandonné la foi, tout comme d'autres pays de tradition catholique. Un coup d'œil rapide sur les autres principales confessions chrétiennes montre qu'elles s'effritent presque toutes proportionnellement à leur rejet de l'enseignement moral chrétien traditionnel.

L'Esprit dit clairement que dans les derniers temps, certains abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits trompeurs, à des doctrines démoniaques ; ils seront égarés par le double jeu des menteurs dont la conscience est marquée au fer rouge.

1 Tm 4: 1-2

Le fils de perdition

Ce qui attira vraiment mon attention fut ce que je lus ensuite :

Maintenant vous savez ce qui le retient, de sorte qu'il ne se révélera qu'au temps fixé pour lui. Car le mystère d'iniquité est déjà à l'œuvre ; il suffit que soit écarté celui qui le retient à présent. Alors sera révélé l'Impie...

2 Th 2: 6-8

Celui qui est retenu (c'est-à-dire empêché d'apparaître au grand jour, ndtr), l'Impie ou fils de perdition, c'est l'Antéchrist. Ce passage est quelque peu vague quant à l'identité précise de celui ou de ce qui retient l'Impie. Certains théologiens pensent qu'il s'agit de saint Michel Archange ou la proclamation de l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre ou même l'autorité suprême du Saint-Père. Saint John Henry Newman nous invite à lire la pensée de plusieurs « anciens auteurs » [1] :

Or, il est généralement admis que cette puissance qui fait obstacle est l'Empire romain... Je n'admets pas que l'Empire romain ait disparu, loin de là : l'Empire romain subsiste aujourd'hui encore.

— Saint John Henry Newman (1801-1890), Sermons de l'Avent sur l'Antéchrist , Sermon I : Les temps de l'Antichrist (PDF)

C'est lorsque cet Empire romain s'effondrera que l'Antéchrist apparaîtra :

Les dix cornes, ce sont dix rois qui surgiront de ce royaume-là. Un autre roi surgira ensuite ; il sera différent des précédents, et il renversera trois rois.

Dn 7: 24

Satan pourrait choisir ses armes de mystification les plus inquiétantes — se dissimuler — ou tenter de nous séduire dans les petites choses, et ainsi écarter l'Église, non pas d'un coup mais insensiblement, de sa véritable mission. Je suis persuadé qu'il a fait beaucoup dans ce sens au cours des derniers siècles ... Il est dans sa politique de nous séparer et de nous diviser, de nous arracher graduellement du rocher de notre force. Et s'il doit y avoir persécution, il se peut qu'elle arrive peut-être au moment où, dans toute la chrétienté, nous serons tous à ce point divisés, amoindris, envahis de schismes, si proches de l'hérésie ; au moment où, ayant renoncé à notre indépendance et à notre souveraineté, nous nous serons coulés dans le monde et dépendrons de sa protection. Alors, à ce moment, [l'Antichrist] pourra fondre sur nous dans toute sa fureur, autant que Dieu le lui permettra ; alors, soudainement, l'Empire romain pourra s'effondrer, l'Antichrist apparaître en persécuteur, et les nations barbares alentour se ruer à l'assaut.

— Saint John Henry Newman, Sermon IV: La persécution de l'Antichrist (PDF)

Je me demandai... le Seigneur a-t-il aujourd'hui libéré le fils de perdition dans le même sens qu'Il "libéra" Judas pour que celui-ci exécute son plan de trahison ?

Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors : « Ce que tu a à faire, fais-le vite. » ... Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit.

Jn 13: 27, 30 (ajout)

Autrement dit, l'heure de l' « ultime passion », [la nuit] de l'Église a-t-elle sonné ?

Le seul fait de se demander si l'Antéchrist pourrait être présent sur terre aujourd'hui suscitera sans aucun doute un certain nombre de réactions d'incrédulité ou de déni... Pour ma part, je ne peux comprendre cette réaction. Si Jésus a dit qu'Il reviendrait un jour, et que Son retour serait précédé d'un temps d'apostasie, de tribulations, de persécutions au cours duquel apparaîtra l'Antéchrist, pourquoi sommes-nous si prompts à imaginer que cela ne pourrait pas survenir à notre époque ? Si Jésus nous a commandé de « veiller et prier » et de « rester éveillés » en étant attentifs aux signes des temps, alors je trouve cette réaction de rejet systématique de toute discussion d'ordre apocalyptique beaucoup plus dangereuse qu'un débat calme et raisonné.

La réticence généralisée de nombreux penseurs catholiques à se lancer dans un examen approfondi des éléments apocalyptiques de la vie contemporaine fait partie, je crois, du problème même qu'ils cherchent à éviter : si la réflexion apocalyptique est confiée en grande partie à des individus plongés dans la subjectivité ou s'étant laissé envahir par le vertige d'une terreur cosmique, alors, la communauté chrétienne, voire la communauté humaine tout entière, s'en trouve radicalement appauvrie. Et cela peut se mesurer en termes de perte d'âmes humaines.

– Michael O'Brien, écrivain et artiste catholique canadien, « Vivons-nous des temps apocalyptiques ?

Comme je l'ai souligné à de nombreuses reprises, plusieurs papes n'ont pas hésité à suggérer que nous entrions peut-être dans cette période spécifique de tribulation. Le Pape saint Pie X dans son encyclique de 1903, E Supremi, déclarait :

Qui pèse ces choses a droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit [pour ainsi dire, un avant-goût, et peut-être] le commencement des maux annoncés pour la fin des temps... et que véritablement "le fils de perdition" dont parle l'Apôtre (2 Th 2: 3) n'ait déjà fait son avènement parmi nous. Si grande est l'audace et si grande la rage avec lesquelles on se rue partout à l'attaque de la religion, on bat en brèche les dogmes de la foi, on tend d'un effort obstiné à anéantir tout rapport de l'homme avec la Divinité ! En revanche, et c'est là, au dire du même Apôtre, le caractère propre de l'Antéchrist, l'homme, avec une témérité sans nom, a usurpé la place du Créateur en s'élevant "au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu. C'est à tel point que, impuissant à éteindre complètement en soi la notion de Dieu, il [méprise] cependant sa majesté, et se dédie à lui-même le monde visible en guise de temple, où il prétend recevoir les adorations de ses semblables. Il siège dans le temple de Dieu, où il se montre comme s'il était Dieu lui-même" (2 Th 2: 4) .

E Supremi : Sur la restauration de toutes choses en Jésus-Christ

Il semblerait avec le recul que Pie X parlait de façon prophétique en disant percevoir « un avant-goût, et peut-être le commencement des maux annoncés pour la fin des temps. »

Et donc je m'interroge : si le « Fils de Perdition » est en fait déjà sur terre, l'accroissement de l'impiété laisse-t-il présager l'imminence de l'Impie lui-même ?

L'iniquité

Déf. iniquité : Mal ou injustice extrême (par opposition à équité)

Car le mystère d'iniquité est déjà à l'œuvre...

2 Th 2: 7

Depuis que j'ai entendu ces mots, « ce qui le retenait a été écarté... », il me faut reconnaître que le mal et l'injustice se sont considérablement propagés à travers le monde. En fait, Jésus a annoncé que cela surviendrait dans les jours qui précéderaient Son retour :

À cause de l'ampleur du mal, [l'amour] de la plupart des hommes se refroidira.

Mt 24: 12

Quel est le signe de ce refroidissement de l'amour ? L'apôtre Jean écrit : « L'amour parfait bannit toute peur. » Peut-être pouvons-nous dire dès lors que la peur parfaite bannit tout amour, ou plutôt, cette peur provoque le refroidissement de l'amour. C'est sans doute la chose que nous constatons le plus, avec beaucoup de tristesse, à notre époque : les hommes ont de plus en plus peur de leurs semblables, de l'avenir, de l'inconnu [ou de l'inattendu].

Le plus grand destructeur de la paix, aujourd'hui, est le crime commis contre l'innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu'est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ?

L'Écriture déclare elle-même : « Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main. » Même si une mère pouvait oublier… Mais aujourd'hui on tue des millions d'enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien... Ces nations [qui ont légalisé l'avortement] sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l'enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu'elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l'enfant doit mourir.

— Sainte Mère Teresa, le 17 octobre 1979 lors de la réception du prix Nobel de la paix ; lire son message complet sur lesalonbeige.fr (ajout)

La cause doit être trouvée dans l'accroissement du mal, lequel corrode la confiance.

En bref, il y a eu une augmentation prononcée :

  • de la cupidité des entreprises et de la politique accompagnée de scandales au sein des gouvernements et des marchés monétaires.
  • des lois de redéfinition du mariage et de promotion et d'incitation à l'hédonisme.
  • du terrorisme, devenu un phénomène presque quotidien.
  • des génocides.
  • de la violence, qui se présente aujourd'hui sous diverses formes [...].
  • de l'avortement, qui a pris les formes les plus graves allant de l'avortement par naissance partielle à l'avortement tardif jusqu'au terme de la grossesse.
  • de l'immoralité dans les productions télévisuelles et cinématographiques. Nous y constatons en effet une dégradation rapide et sans précédent de la morale depuis le début du deuxième millénaire. Cela ne concerne pas tant ce que nous voyons visuellement, bien que cela en fasse partie, que ce que nous entendons. Les sujets de discussion et le contenu grossiers des sitcoms, émissions de téléréalité, dialogues dans les séries et films n'ont pratiquement plus aucune limite.
  • de la pornographie, qui avec l'avènement de l'Internet haute vitesse, a connu une explosion à l'échelle mondiale.
  • des MST qui ont atteint des proportions épidémiques non seulement dans les pays du tiers monde, mais aussi [en Occident].
  • des expérimentations scientifiques telles que le clonage d'animaux et la combinaison de cellules animales et humaines, qui propulsent la science vers un niveau jamais atteint auparavant de transgression des lois divines.
  • de la violence envers les chrétiens, qui se généralise à travers le monde ; la persécution des chrétiens en Amérique du Nord se fait de plus en plus ignoble et agressive.

Remarquez qu'à mesure que l'iniquité s'accroît, les bouleversements dans la nature s'intensifient proportionnellement, que ce soit les conditions météorologiques extrêmes jusqu'au réveil de volcans en passant par l'apparition de nouvelles maladies. La nature répond au péché de l'humanité.

Parlant des temps qui précéderaient directement une future « ère de paix », l'un des Pères de l'Église, Lactance écrivait :

Lorsque la fin de l'univers approchera, la face des choses sera [totalement] défigurée, et leur état tombera, par le prodigieux accroissement de la malice dans une [grande] extrémité de débordements et d'excès... L'honneur et la vertu seront si rares, le crime, l'impiété, l'avarice, l'intempérance si communs, que le peu qui restera de gens de bien seront la proie des méchants, exposés aux plus cruelles persécutions, accablés d'outrages... Les lois seront universellement violées... Toute la terre sera remplie de tumulte ; tous les pays seront ébranlés par le bruit des armes; toutes les nations seront [en lutte] les unes contre les autres. Les villes voisines se feront la guerre... La désolation fera le tour du monde et abattra tout, comme les blés au temps de la moisson.

La cause de cette désolation sera que l'empire romain qui s'étend maintenant sur toute la terre, que cet empire si puissant (je ne le saurais dire sans horreur, mais je le dirai pourtant puisque cela doit arriver), sera détruit, que l'Occident sera réduit à la servitude et que l'Orient aura l'autorité de commander. Il ne faut pas s'étonner qu'un État qui paraît si solidement établi, qui a été élevé à un si haut point de grandeur pendant une longue suite d'années et par les exploits héroïques de tant d'illustres personnages et qu'ils ont soutenu par de si immenses richesses, ne finisse par tomber en ruine [en raison de son apostasie]. Ce qui peut être élevé par la puissance des hommes, peut être détruit par la même puissance... Les autres empires qui avaient subsisté plus longtemps ont [tous] été détruits. Les Égyptiens, les Perses, les Grecs et les Assyriens ont autrefois étendu leur domination sur l'univers, et leur puissance s'étant évanouie, [l'Empire romain est] enfin devenu maître du monde. Mais plus [son] élévation a été prodigieuse, plus [sa] chute sera funeste.

— Lactance, Pères de l'Église : Les Institutions Divines, Livre VII, Chapitre 15 (ajout)

Et ne pensez pas que l'iniquité signifie le chaos. Le chaos est le fruit de l'iniquité. Comme je l'ai indiqué dans la liste plus haut, une grande partie de ces lois injustes et iniques ont été créées par des hommes et des femmes très instruits qui travaillent dans des tribunaux ou au sein du gouvernement. Et tandis qu'ils éjectent le Christ de la société, le chaos vient prendre Sa place.

[Jésus] est l'image du Dieu invisible... en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre... et tout subsiste en lui [et sans lui rien ne tient].

Col 1: 15-17 (ajout)

Il n'y aura plus parmi les hommes ni foi, ni paix, ni bonté, ni pudicité, ni vérité ; et par conséquent, il n'y aura ni sécurité, ni gouvernement, ni aucun repos dans le mal.

— Ibid.

Une force d'égarement universelle

2 Thessaloniciens 2: 11 poursuit :

C'est pourquoi Dieu leur envoie une force d'égarement qui les fait croire au mensonge ; ainsi seront jugés tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui se sont complus dans le mal.

Au moment où je reçus cette parole (« Ce qui le retenait a été écarté... »), elle s'accompagna dans mon esprit d'une image très claire : celle d'une énorme vague d'aveuglement et d'égarement qui, telle un tsunami, balayait le monde (lire Deluge of False Prophets). Un nombre croissant de nos concitoyens considèrent que l'Église n'a plus vraiment son mot à dire, tout en se laissant guider par leurs propres sentiments personnels ou par des maîtres de consciences autoproclamés.

L'on est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme définitif et qui donne comme mesure ultime uniquement son propre ego et ses désirs. Posséder une foi claire, selon le Credo de l'Eglise, est souvent défini comme du fondamentalisme. Tandis que le relativisme, c'est-à-dire se laisser entraîner "à tout vent de doctrine", apparaît comme l'unique attitude à la hauteur de l'époque actuelle.

— Cardinal Ratzinger (PAPE BENOÎT XVI) Homélie pré-conclave, 18 avril 2005, Vatican.va

Un temps viendra où les gens ne supporteront plus l'enseignement de la saine doctrine ; mais, au gré de leurs caprices, ils iront se chercher une foule de maîtres pour calmer leur démangeaison d'entendre du nouveau. Ils refuseront d'entendre la vérité pour se tourner vers des fables.

2 Tm 3: 3-4

Avec l'accroissement du mal et de l'injustice dans notre société, ceux qui cherchent à vivre selon l'enseignement moral de l'Église sont de plus en plus perçus comme fanatiques et fondamentalistes (lire Persecution).

Mot de conclusion

Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation ; l'esprit est ardent, mais la chair est faible.

Mt 26: 41

Il existe une histoire parallèle à [2 Th 2: 6-7] (« Maintenant vous savez ce qui retient le mystère d'iniquité ; il suffit que soit écarté celui qui le retient. »). On la trouve dans l'évangile de Luc au chapitre 15 : l'histoire du fils prodigue. Ce dernier ne voulait pas vivre selon les règles de son père, et par conséquent, le père le laissa partir ; il ouvrit la porte d'entrée — écartant en quelque sorte ce qui le retenait, et le garçon prit son héritage (symbolisant le don du libre arbitre et de la connaissance) et partit. Le fils prodigue s'en alla pour jouir de sa « liberté ».

Le point clé de cette parabole est le suivant : le père n'a pas "libéré" son fils pour le voir se détruire. Nous savons cela parce que l'Écriture nous dit que le père vit son fils revenir au loin (c'est-à-dire que le père était constamment à l'affût, attendant le retour de son fils...). Il courut vers son garçon, l'embrassa et le ramena chez lui — pauvre, nu et affamé.

Dieu agit aujourd'hui encore par miséricorde envers nous. Je crois que nous allons être amenés à subir, tout comme le fils prodigue, les terribles conséquences de notre rejet complet de l'Évangile, lesquelles incluront peut-être notre sujétion au règne de l'Antéchrist, qui sera l'ultime instrument de notre purification. Nous sommes déjà en train de récolter ce que nous avons semé. Mais je crois que Dieu le permettra afin qu'après avoir goûté l'abîme de notre pauvreté, de notre nudité et de notre faim, nous retournions à Lui. Catherine Doherty a dit un jour :

C'est dans notre faiblesse que nous sommes les plus disposés à accueillir Sa miséricorde.

Que nous vivions ou non à l'époque annoncée par le Christ, nous pouvons être sûrs qu'à chacune de nos inspirations, le Seigneur nous tend les bras de Sa miséricorde et de Son amour. Et comme aucun de nous ne sait s'il se réveillera demain, la question la plus importante est celle-ci : « Suis-je prêt à le rencontrer aujourd'hui ? »

Mark Mallett
The Restrainer


[1] À l'exception de saint Augustin, qui ne se prononce pas, c'est en effet l'opinion de la majorité des Pères de l'Église, grecs et latins, dont, parmi les plus importants, saint Cyrille de Jérusalem (catech. 15, 12) : « l'Antichrist viendra lorsque le temps de l'Empire romain sera révolu » ; saint Jérôme (epist. 121 ad Algasiam) : « Le Christ ne viendra pas avant que l'Antichrist ne l'ait précédé et que l'Empire romain ait été dévasté » : saint Jean Chrysostome (in ep. IIadThess. 2, hom. 4) ; « Les uns disent que c'est la grâce du Saint-Esprit ‘qui retient l'Antichrist', les autres l'Empire romain. C'est à ces derniers que je donne mon plein assentiment. » À ces citations, on peut ajouter celle de Tertullien, le plus impétueux des Pères de l'Église d'Afrique, le maître de saint Cyprien, à qui l'Église latine doit l'essentiel de son vocabulaire théologique. En 197, dans son Apologeticum adressé à l'empereur Septime-Sévère, alors que la religion du Christ est frappée d'un interdit impérial et que fait rage la persécution contre les chrétiens d'Afrique, Tertullien écrit : « Nous avons un autre motif, plus pressant encore, de prier pour les empereurs, même pour la prospérité de l'Empire tout entier et pour la puissance romaine : nous savons, en effet, que la terrible catastrophe suspendue au-dessus de la terre entière, et la clôture du temps elle-même qui nous menace d'horribles calamités, ne sont retardées que par le répit accordé à l'Empire romain. Nous ne tenons pas à en faire l'expérience et, en priant pour qu'elles soient différées, nous contribuons à la longue durée de l'Empire romain » (apol. 32, 1). — Saint John Henry Newman (1801-1890), Sermons de l'Avent sur l'Antéchrist , Sermon I : Les temps de l'Antichrist

Cet article m'inspire ...


de la joie
6


de l'encouragement
29


de la perplexité
0


de la tristesse
6


de la peur
2

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Rappel du message de Marie à Medjugorje le 25 juillet 2019

« Chers enfants, mon appel pour vous est prière. Que la prière soit joie pour vous et la couronne qui vous relie à Dieu. Petits enfants, viendront des épreuves et vous ne serez pas forts, et le péché règnera. Mais si vous êtes miens, vous vaincrez car votre refuge sera le Cœur de mon Fils Jésus. C’est pourquoi, petits enfants, revenez à la prière jusqu’à ce que la prière devienne vie pour vous, de jour et de nuit. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

Commentaire laissé par le

J'apprécie beaucoup vos articles. Pour celui-là je suis entièrement d'accord avec ce que vous écrivez. Restons éveillé, dans la confiance et la sérénité le plus possible. Pour ma part j'attends ardemment le retour de Notre Seigneur Jésus. Merci. Que le Seigneur vous bénisse.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 + 2 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Ce qui le retenait a été écarté.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 6 + 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La désorientation diabolique

Mark Mallett   samedi 18 mai 2019   0 commentaire   partager

La défunte servante de Dieu, Soeur Lucie de Fatima, a un jour averti qu'un temps viendrait où le monde subirait une « désorientation diabolique » :

Que l'on récite le chapelet tous les jours. Notre-Dame a répété cela dans toutes ses apparitions, comme pour nous prémunir contre ces temps de désorientation diabolique, pour que nous ne nous laissions pas tromper par de fausses doctrines et que, par le moyen de la prière, l'élévation de notre âme vers Dieu ne s'amoindrisse pas... C'est la désorientation diabolique qui envahit le monde et trompe les âmes ! Il est nécessaire de lui faire front.

— Soeur Lucie, à son amie Dona Maria Teresa da Cunha (19 avril 1970) ; Toute la vérité sur Fatima : Chapitre VI : l'heure du combat décisif entre la Vierge et le Démon

Lire la suite

Notre Dame : Préparez-vous - Partie 3

Mark Mallett   lundi 18 mai 2020   0 commentaire   partager

J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l'instant vous ne pouvez pas les porter.

Jn 16: 12

Lire la suite

La grande Moisson

Mark Mallett   samedi 25 mai 2019   2 commentaires   partager

... voici que Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé... (Luc 22: 31)

Partout où je vais, je le vois ; je le lis dans vos courriers ; et je le vis dans mon propre quotidien : un esprit de division est à l'oeuvre dans le monde, qui tente de déchirer les familles et les relations entre les hommes comme jamais auparavant.

Lire la suite