Cardinal Raymond Burke : Cette façon de jouer avec la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l’Église, est un scandale


Commentaires (4)

Publié le vendredi 6 avril 2018

Catégorie : Réflexions sur les signes des temps

A la veille d'un symposium qui se tiendra demain à Rome, le Cardinal Raymond Burke a répondu aux questions de Riccardo Cascioli pour La Bussola.

Le Cardinal Burke sera l'un des principaux orateurs de la conférence du 7 avril 2018 qui, au nom du Cardinal Caffarra, s'interrogera sur l'orientation de l'Eglise.

Extrait :

"[…] Ce qui s'est passé avec la dernière interview donnée à Eugenio Scalfari pendant la Semaine Sainte et rendue publique le Jeudi Saint est allé au-delà du tolérable. Qu'un athée notoire prétende annoncer une révolution dans l'enseignement de l'Église catholique, considérant qu'il parle au nom du Pape, niant l'immortalité de l'âme humaine et l'existence de l'enfer, a été source de profond scandale non seulement pour beaucoup de catholiques mais aussi pour beaucoup de laïcs qui respectent l'Église catholique et ses enseignements, même s'ils ne les partagent pas.

De plus, le Jeudi Saint est l'un des jours les plus saints de l'année, le jour où le Seigneur a institué le Saint Sacrement de l'Eucharistie et du sacerdoce, afin qu'il puisse nous offrir toujours le fruit de sa passion rédemptrice et de sa mort pour notre salut éternel. En outre, la réponse du Saint-Siège aux réactions scandalisées du monde entier a été très insuffisante. Au lieu d'annoncer à nouveau clairement la vérité sur l'immortalité de l'âme humaine et sur l'enfer, le démenti affirme seulement que certaines des paroles citées ne viennent pas du Pape. Il ne dit pas que les idées erronées, voire hérétiques, exprimées par ces paroles ne sont pas partagées par le Pape et que le Pape rejette ces idées comme étant contraires à la foi catholique. Cette façon de jouer avec la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l'Église, laisse à juste titre les pasteurs et les fidèles scandalisés.

Si ces choses sont très graves et source d'embarras, le silence de nombreux Pasteurs est surprenant.

Certes, la situation s'est encore aggravée par le silence de nombreux évêques et cardinaux qui partagent avec le Pontife romain sa préoccupation pour l'Église universelle. Certains sont tout simplement silencieux. D'autres prétendent qu'il n'y a rien de grave. D'autres répandent la fiction d'une nouvelle Église, d'une Église qui prend une direction totalement différente du passé, imaginant par exemple un « nouveau paradigme » pour l'Église ou une conversion radicale de la pratique pastorale de l'Église, la rendant complètement nouvelle. Et puis, il y a ceux qui sont des promoteurs enthousiastes de la soi-disant révolution dans l'Église catholique. Pour les fidèles qui comprennent la gravité de la situation, le manque de direction doctrinale et disciplinaire de la part de leurs pasteurs les laisse perdus. Pour les fidèles qui ne comprennent pas la gravité de la situation, ce manque les laisse dans la confusion et peut-être victimes d'erreurs nuisibles à leur âme. Beaucoup de ceux qui sont entrés en pleine communion avec l'Église catholique, ayant été baptisés dans une communion ecclésiale protestante parce que leurs communautés ecclésiales ont abandonné la foi apostolique, souffrent intensément de la situation: percevant que l'Église catholique suit le même chemin d'abandon de la foi.

Ce que vous dépeignez là est une situation apocalyptique…

Toute cette situation m'amène à réfléchir de plus en plus sur le message de Notre-Dame de Fatima qui nous met en garde contre le mal – encore plus grave que les maux très graves subis à cause de la propagation du communisme athée – qu'est l'apostasie de la foi au sein de l'Église. Le §675 du Catéchisme de l'Église catholique nous enseigne que « avant la venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants », et que « la persécution qui accompagne son pèlerinage [de l'Église] sur terre révélera le "mystère d'iniquité" sous la forme d'une imposture religieuse qui offre aux hommes une solution apparente à leurs problèmes, au prix de l'apostasie de la vérité ».

Dans une telle situation, les évêques et les cardinaux ont le devoir de proclamer la vraie doctrine. Dans le même temps, ils ont le devoir de conduire les fidèles à réparer les offenses contre le Christ et les blessures infligées à son Corps mystique, l'Église, quand la foi et la discipline ne sont pas correctement sauvegardées et promues par les pasteurs. Le grand canoniste du XIIIe siècle, Henri de Suse, confronté à la difficile question de savoir comment corriger un Pontife romain qui agirait d'une manière contraire à sa charge, affirme que le Collège des Cardinaux constitue un contrôle de facto contre l'erreur papale. […]

Le Pape n'est certainement pas un souverain absolu, mais aujourd'hui, il est beaucoup perçu de cette façon. « Si c'est le Pape qui le dit… » est le moyen courant de couper cout à toute question ou tout doute sur certaines déclarations. Il y a une sorte de papolâtrie. Comment réagissez-vous à cela ?

La notion de la plénitude du pouvoir du Souverain Pontife a déjà été clairement énoncée par le Pape Saint Léon le Grand. Les canonistes du Moyen Âge ont grandement contribué à l'approfondissement du pouvoir inhérent à l'Office pétrinien. Leur contribution reste valable et importante. La notion est très simple. Le Pape, par la volonté divine, jouit de tout le pouvoir nécessaire pour sauvegarder et promouvoir la vraie foi, le vrai culte divin et la saine discipline requise. Ce pouvoir n'appartient pas à sa personne, mais à sa charge de successeur de saint Pierre. Dans le passé, la plupart du temps, les papes n'ont pas rendu publics leurs actes personnels ou leurs opinions, précisément pour ne pas risquer que les fidèles soient entraînés dans la confusion sur ce que fait et pense le successeur de saint Pierre. Actuellement, il y a une confusion dangereuse et même nuisible entre la personne du Pape et sa charge, qui a pour conséquence l'obscurcissement de l'Office pétrinien et une conception "mondaine" et politique du service du Pontife romain dans l'Église. L'Église existe pour le salut des âmes. Tout acte d'un Pape qui sape la mission salvifique du Christ dans l'Église, qu'il s'agisse d'un acte hérétique ou d'un acte peccamineux en soi, est tout simplement vide du point de vue de l'Office pétrinien. Par conséquent, même s'il cause clairement des dommages très graves aux âmes, elle [l'Eglise] ne commande pas l'obéissance des pasteurs et des fidèles. Il faut toujours distinguer le corps de l'homme qui est le Pontife romain du corps du Pontife romain, c'est-à-dire de l'homme qui exerce l'office de saint Pierre dans l'Église. Ne pas faire la distinction, c'est de la papolâtrie, cela se termine par la perte de la foi dans l'Office Pétrinien divinement fondé et soutenu.

Dans la relation avec le Pape, à quoi un catholique doit-il tenir le plus?

Le catholique doit toujours respecter, de manière absolue, l'Office pétrinien en tant que partie essentielle de l'institution de l'Église par le Christ. Dès l'instant où le catholique ne respecte plus l'office pétrinien, il se dispose soit au schisme, soit à l'apostasie de la foi. Dans le même temps, les catholiques doivent respecter l'homme en charge de l'office, ce qui signifie attention portée à son enseignement et à sa direction pastorale. Ce respect inclut aussi le devoir d'exprimer au Pape le jugement d'une conscience correctement formée, lorsqu'il s'écarte ou semble s'écarter de la vraie doctrine et de la saine discipline ou abandonne les responsabilités inhérentes à sa charge. Par la loi naturelle, par les évangiles et la tradition disciplinaire constante de l'Église, les fidèles sont tenus d'exprimer à leurs pasteurs leur sollicitude pour l'état de l'Église. Ils ont ce devoir, auquel correspond le droit de recevoir une réponse de leurs pasteurs. […]"

Source : Le Salon Beige

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
1


de la peur
0

Accueil du blog Commenter cet article Imprimer

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

J'avais justement lu un article sur le pape qui se disait visé par les Américains il y a chez lui cette conscience à la fois presque prise à" la légère" mais qu'on ne se trompe pas car François est devant une tâche gigantesque et ça tout le monde le sait.
Maintenant il y a le Cardinal Burke qui propose ( ou s'oppose ?) une autre Église.
Je pense que François est le premier pape qui a à faire à des choses aussi difficiles.
J'ai lu le commentaire qui avait été déposé, j'en conclus comme beaucoup d'ailleurs que d'abord, jamais l'Amerique ne s'est trouvée dans un tel contexte qu'aujourd'hui.
Il y a des écoles chrétiennes, les banques chrétienne, des tas de choses chrétiennes sans qu'il soit mis forcément que ce soit catholique..,. C'est cela qui n'existe- je crois- dans aucune autre nation.
( bien évidemment on comprendrait tout de suite que je ne parle pas de du Pentecôtisme combien de Baptiste de choses y afferent,ces " églises n'ayant rien à voir)
Mais j'ai constaté aussi qu'il y a moins en moins de prêtres cardinaux Européens... Rien que dans mon petit pays,je peux compter vraiment leur nombre.
Maintenant il y a aussi la venue des églises dominicales de plus en plus désertées.....la Liturgie y est pour quelque chose.... Il est beaucoup de choses qui font que par exemple le prêtre au moment de la paix du Christ,descends même pas de l'hôtel pour tendre la main à tous ceux qui se tente et même la main les uns des autres .
mais là je m'engage sur un autre fils de discussion donc je vais arrêter ici pour dire simplement que c'est une perte de temps de se donner un signe de paix alors que c'est tout le restant de notre vie que l'on peut s'en donner.
Chaque Chrétien se trouve confronté à un catholicisme à géométrie variable,excusez du peu.

Commentaire laissé par le

@Simon
Avec quelques autres, ce Cardinal organise un congrès à Rome, intitulé "Où va l'Église ?"
Je ne le connais pas spécialement, mais cela ressemble à une fronde contre l'autorité papale.
Le cas Scalafari est peut-être utilisé pour faire de la publicité à ce congrès et à ce thème ?
Je me demande surtout "Où va le Cardinal Burke ?"

Commentaire laissé par le

@Peyo,

Ces propos sont ceux du Cardinal Raymond Burke. J'aurais dû le préciser.

Mais il ne me paraît pas critiquer l'Eglise ?

Simon

Commentaire laissé par le

Je ne comprends pas ces critiques envers l'Église, formulées par M. Janva, sur le site du "Salon Beige" ?
C'est Scalafari qui s'est ridiculisé publiquement, pas le Pape.
Ses mensonges sont tellement gros que le plus humble catholique les reconnaît comme le nez de Pinocchio au milieu du visage.
À mon avis, cet athée notoire a voulu, peu avant sa mort, se couronner du titre de destructeur de l'Église, déjà rêvé par Voltaire.
Tel Satan envers le Christ, il a défié le Pape et lui a tendu des pièges.
Il a échoué, mais pour ne pas perdre la face, il publie des mensonges.
Pourquoi donc M. Janva tente-t-il de faire croire à des fautes ou maladresses de la part de l'Église catholique ?
La réputation de Scalfari lui tient-elle plus à cœur ?

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 1 = ?

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Cardinal Raymond Burke : Cette façon de jouer avec la foi et la doctrine, au plus haut niveau de l’Église, est un scandale.

Champs obligatoires

@
Votre adresse e-mail sera transmise au destinataire. Celle-ci ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
@
L'adresse e-mail du destinataire ne sera pas conservée et nous n'en ferons aucun autre usage.
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 3 - 1 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Le jour où Joseph Ratzinger a prédit l’avenir de l’Église

samedi 27 janvier 2018   1 commentaire   partager

Il n'a jamais prétendu pouvoir lire l'avenir. Non, sa sagesse était bien trop grande pour cela. D'ailleurs, il avait modéré ses remarques initiales en se déchargeant ainsi : « Soyons prudents dans ce que nous annonçons. Ce qu'a dit Saint Augustin est toujours vrai : l'Homme est un abysse. Personne ne peut savoir à l'avance ce qui va ressortir de ces profondeurs. Et quiconque considère que l'Église n'est pas déterminée uniquement par cet abysse qu'est l'Homme, mais qu'elle s'efforce d'atteindre le grand, l'infini abysse divin, sera le premier à douter de ses propres prédictions, car cette volonté naïve de vouloir avoir raison à coup sûr ne pourrait qu'être la preuve d'une incompétence sur le plan historique. »

Lire la suite

La grande apostasie - Partie I

Michael O'Brien   dimanche 3 juin 2018    partager

L'infidélité du futur : la grande apostasie

Michael D. O'Brien

« Le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18: 8)

Comme à chaque génération, une « aube nouvelle » s'apprête à se lever, ne se matérialisant jamais comme nous l'avions imaginé. Pour cette raison, notre éternelle tentation est de reléguer la téléologie de l'histoire, et l'eschatologie de la révélation dans le champ des constructions mentales produites par des peurs irrationnelles ou limitées par des analyses enflammées de situations contemporaines, un cycle se répétant soi-disant sans fin, dans lequel jamais ne se réalisent les scénarios catastrophiques promis. Pourtant, à en croire les paroles du Christ dans les évangiles et le livre de l'Apocalypse, les lettres de St Pierre, St Paul et St Jean, les prophètes de l'Ancien Testament, ainsi que les révélations privées approuvées par l'Église ayant augmenté en nombre et en intensité au cours des 150 dernières années, proche est le temps où tous les scénarios spéculatifs s'évaporeront face à un péril réel et ultime pour l'humanité. Alors le futur deviendra le présent. Il sera précédé d'une apostasie d'une intensité sans précédent. En effet, jour après jour, cette apostasie s'étend tout autour de nous. Elle trouvera son apogée dans le jour du Seigneur, qui sera un jour de feu.

Lire la suite

Ceci n'est pas un test

Mark Mallett   samedi 8 février 2020   2 commentaires   partager

« Nous sommes à la veille d'une pandémie mondiale » ?

« Une invasion de criquets pèlerins menace de plonger la Corne de l'Afrique dans la famine, ainsi que le Pakistan, [l'Inde et l'Iran] » ?

« L'économie mondiale est au bord de l'effondrement » ?

« La chute des populations d'insectes menace la nature d'effondrement » ?

« L'ombre d'une nouvelle guerre terrible plane au-dessus de nos nations » ?

« Des partis socialistes [et communistes, ainsi que de l'extrême droite radicale] enregistrent une forte progression dans des pays autrefois démocratiques » ? (Lire aussi ici et ici)

« Des lois totalitaires continuent de piétiner les libertés d'expression et de religion » ?

« L'Église, ébranlée par le scandale et envahie par l'hérésie, est au bord du schisme » ?

Lire la suite