Ascète dans la ville


Commentaires (1)

Publié le mercredi 6 mars 2019

Auteur / source : Mark Mallett

Catégorie : Encouragement spirituel

Nombre de consultations : 497

COMMENT pouvons-nous, en tant que chrétiens, vivre en ce monde sans nous laisser absorber par lui ? Comment pouvons-nous rester purs de coeur au milieu d'une génération qui se trouve immergée dans l'impureté ? Comment pouvons-nous devenir saints à une époque où ne règne que l'impiété ?

Il y a quelques années, je reçus deux mots très forts dans le coeur que je m'efforce depuis de faire grandir en moi. Le premier était l'invitation suivante de Jésus : « Retire-toi avec Moi au désert ». Le deuxième mot se résumait à un appel à devenir comme les "Pères du Désert" — ces hommes qui ont fui les tentations du monde dans la solitude du désert afin de préserver leur vie spirituelle (lire The Hour of Lawlessness). Leur fuite au désert fut à la base du monachisme occidental, une nouvelle façon de combiner travail et prière. A notre époque, je pense que ceux qui "se retirent" avec Jésus prépareront les fondements d'une "Nouvelle et Divine Sainteté" pour la future ère de paix. [1]

Une autre façon d'énoncer cette invitation est de "sortir de Babylone", de nous éloigner de la puissante emprise de la technologie, du divertissement abrutissant et du consumérisme qui remplit nos âmes de plaisirs temporels, mais les laisse au final totalement vides et insatisfaites.

Sortez de la ville, vous mon peuple, pour ne pas prendre part à ses péchés et ne rien subir des fléaux qui l'affligent. Car ses péchés se sont amoncelés jusqu'au ciel, et, de ses iniquités, Dieu s'est souvenu.

Ap 18: 4-5

Si cela vous semble d'emblée insurmontable, alors lisez la suite. Parce que ce travail spirituel sera principalement celui de la Sainte Vierge Marie et du Saint-Esprit. Ce qui nous est demandé, c'est notre "oui", notre fiat et notre désir de nous exercer progressivement à quelques pratiques ascétiques simples.

Le retour de l'ascétisme

L'ascèse ou ascétisme est une discipline volontaire du corps et de l'esprit cherchant à tendre vers la perfection chrétienne, par une forme de renoncement ou d'abnégation.

L'ascèse est un concept qui n'a pas de sens pour notre culture, nourrie aux mamelles stériles de l'athéisme et du matérialisme. Car si tout ce que nous avons est l'ici et maintenant, pourquoi voudrions-nous apprendre à nous maîtriser, hormis pour éviter la prison ou à tout le moins, préserver notre capacité de jouir de nos loisirs égoïstes (lire The Good Atheist) ?

Or la révélation judéo-chrétienne nous enseigne deux choses essentielles. La première est que le Créateur lui-même considère toute chose créée comme « bonne ».

Dieu vit tout ce qu'il avait fait ; cela était très bon.

Gen 1: 31

La seconde est que ces biens temporels ne doivent pas devenir des dieux.

Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel...

Mt 6: 19-20

Tout cela pour dire que selon la perspective chrétienne, la création, le fruit de la main des hommes, notre corps et la sexualité elle-même sont essentiellement bons. Depuis 2000 ans, cependant, d'innombrables hérésies ont corrodé cette bonté fondamentale de telle sorte que même la pensée de certains saints tels qu'Augustin ou Grégoire le Grand fut parfois entachée d'une vision biaisée de notre bonté essentielle. Et cela a eu pour conséquence une considération négative et préjudiciable envers le corps, voire des pratiques ascétiques qui furent par moments beaucoup trop sévères. En effet, à la fin de sa vie, Saint François reconnu qu'il avait été « trop dur envers Frère l'Âne » (ainsi avait-il surnommé son propre corps, ndt). [2]

D'un autre côté, nous avons la tentation de la "mollesse", de la recherche effrénée du confort et du plaisir ; devenant esclaves des appétits de la chair et incapables de vivre selon l'Esprit de Dieu. Car, comme nous le rappelle Saint Paul :

Ceux qui se conforment à la chair tendent vers ce qui est charnel ; ceux qui se conforment à l'Esprit tendent vers ce qui est spirituel ; et la chair tend vers la mort, mais l'Esprit tend vers la vie et la paix.

Rm 8: 5-6

Il nous faut donc trouver un équilibre. Le christianisme n'est pas simplement « le chemin de la Croix » sans la Résurrection, pas plus que l'inverse. Ce n'est pas un pur banquet sans jeûne, ni un jeûne permanent où l'on ne se permettrait aucun plaisir. Il s'agit essentiellement de tourner notre regard vers le Royaume des Cieux, en mettant toujours Dieu et notre prochain à la première place. Et c'est précisément à travers la nécessaire abnégation de soi que nous commençons à atteindre le Royaume des Cieux. Jésus nous dit :

Je suis venu pour que les brebis aient la vie, et la vie en abondance.

Jean 10: 10

Plus vous vous abandonnerez entre les mains de Jésus, plus vous pourrez commencer à faire l'expérience du Ciel. Plus vous donnerez de vous-même, plus vous pourrez commencer à goûter à la béatitude céleste. Plus vous résisterez aux tentations de la chair, plus vous pourrez commencer à savourer les fruits du Royaume.

Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera.

Mt 16: 24-25

C'est-à-dire que la Résurrection passe par la Croix — la voie de l'ascète.

Ascète dans la ville

La question est maintenant de savoir comment nous pouvons vivre fidèlement dans nos sociétés contemporaines, entourés de tant de biens, tant de choses fascinantes, tant de progrès technologiques, de conforts et de plaisirs ? Nous pourrions d'une certaine manière répondre à cette question aujourd'hui, à notre époque, en nous tournant vers les Pères du Désert. Ceux-ci fuirent littéralement le monde pour se réfugier dans la solitudes de cavernes. Mais comment fait-on cela en ville ? Comment fait-on cela dans le contexte de notre cercle famillial, en société ou sur notre lieu de travail ?

Peut-être devrions-nous nous demander comment faisait Jésus pour vivre parmi des païens à l'époque romaine, dînant avec des prostituées, des pécheurs et des publicains, tout en restant "sans péché". [3] Eh bien, comme l'a dit Notre Seigneur, tout est question de « où nous plaçons notre coeur » — où nous focalisons notre attention.

La lampe du corps, c'est l'oeil. Donc, si ton oeil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière...

Mt 6: 22

Et donc, voici dix façons simples pour vous et moi de parvenir à réorienter les yeux de notre corps et de notre esprit, pour devenir de véritables ascètes dans la ville.

Dix moyens pour parvenir à la pureté du coeur

I. Commencez chaque matin par la prière en vous plaçant dans les bras et sous la providence et la protection du Père.

Recherchez d'abord Son royaume et Sa justice…

Mt 6: 33

II. Cherchez à servir ceux dont Dieu vous a confié la charge : vos enfants, votre conjoint ou conjointe, vos collègues, vos étudiants, votre personnel, etc., en plaçant leurs intérêts avant les vôtres.

Ne faites rien par esprit de parti ou par vanité, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant supérieurs à vous-mêmes.

Phil 2: 3

III. Contentez-vous de ce que vous avez, comptant sur le Père pour répondre à tous vos besoins.

Que votre conduite ne soit pas inspirée par l'amour de l'argent : contentez-vous de ce que vous avez, car Dieu lui-même a dit : « Jamais je ne te lâcherai, jamais je ne t'abandonnerai. »

He 13: 5

IV. Confiez-vous à Marie, comme Jean le fit au pied de la Croix, afin qu'elle puisse être votre mère et la Médiatrice de la grâce qui coule du Coeur de Jésus.

Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Jean 19: 27

A partir du consentement qu'elle apporta par sa foi au jour de l'Annonciation et qu'elle maintint dans sa fermeté sous la Croix, cette maternité de Marie dans l'économie de la grâce se continue sans interruption jusqu'à la consommation définitive de tous les élus. En effet, après son Assomption au ciel, son rôle dans le salut ne s'interrompt pas : par son intercession répétée elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel … C'est pourquoi la bienheureuse Vierge est invoquée dans l'Église sous les titres d'Avocate, d'Auxiliatrice, de Secourable, et de Médiatrice.

—Catéchisme de l'Église catholique, n° 969

V. Priez en tout temps, autrement dit : restez greffé à la Vigne, qui est Jésus.

Priez toujours sans [vous] décourager... Ayez la joie de l'espérance, tenez bon dans l'épreuve, soyez assidus à la prière... qu'elle vous tienne vigilants dans l'action de grâce... Soyez toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance : c'est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus.

Luc 18: 1 ; Rm 12: 12 ; Col 4: 2 ; 1 Th 5: 16-18

VI. Contrôlez votre langue ; faites silence à moins que la situation nécessite que vous parliez.

Si l'on pense être quelqu'un de religieux sans mettre un frein à sa langue, on se trompe soi-même, une telle religion est sans valeur... Quant aux bavardages creux et oisifs, évite-les. Leurs auteurs feront toujours plus de progrès dans la voie de l'impiété... [Évitez aussi tout] propos grossiers, stupides ou scabreux – tout cela est déplacé – mais qu'il y ait plutôt des actions de grâce.

Jacques 1: 26 ; 2 Tim 2: 16 ; Ep 5: 4

VII. Ne vous liez pas d'amitié avec vos passions. Donnez à votre corps ce dont il a besoin, et pas plus.

Je traite durement mon corps, j'en fais mon esclave, pour éviter qu'après avoir proclamé l'Évangile à d'autres, je sois moi-même disqualifié.

1 Co 9: 27

VIII. Donnez de la valeur à votre temps libre en consacrant du temps et de l'attention aux autres, ou en nourissant votre esprit et votre coeur des Saintes Écritures, de lectures spirituelles ou de toute autre sainte activité.

Et pour ces motifs, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance de Dieu, à la connaissance de Dieu la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la persévérance, à la persévérance la piété, à la piété la fraternité, à la fraternité l'amour. Si vous avez tout cela en abondance, vous n'êtes pas inactifs ni stériles pour la vraie connaissance de notre Seigneur Jésus Christ.

2 Pierre 1: 5-8

IX. Résistez à la curiosité : veillez sur ce qui passe par vos yeux, afin de protéger la pureté de votre coeur.

N'aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui. Tout ce qu'il y a dans le monde – la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, l'arrogance de la richesse –, tout cela ne vient pas du Père, mais du monde.

1 Jean 2: 15-16

X. Terminez votre journée dans la prière en procédant à un court examen de conscience, demandant pardon pour les péchés commis et confiant à nouveau votre vie au Père.

Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu'à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice.

1 Jean 1: 9

***

Quel est notre but ultime ? C'est de voir Dieu. Et pour voir Dieu, pour lui ressembler toujours davantage, nous devons rendre notre coeur de plus en plus pur. Car, comme l'a dit Jésus, « Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. » [4], Devenir ascète dans la ville consiste donc à se garder du péché, tout en aimant Dieu de tout son coeur, de tout son esprit, de toute son âme et de toute sa force, et son prochain comme soi-même.

Devant Dieu notre Père, un comportement religieux pur et sans souillure, c'est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse, et de se garder sans tache au milieu du monde... Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu'il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Jacques 1: 27 ; 1 Jean 3: 2-3

Mark Mallett
« Ascetic in the City »


[1] Lire La Nouvelle et Divine Sainteté
[2] cf. Gilbert Keith CHESTERTON, Le problème de Saint François
[3] cf. He 4: 15
[4] Mt 5: 8

Soutenons le ministère à plein temps de Mark Mallett !

The Now Word : Reflections on our Times - with Mark Mallett

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Puisque nous sommes dans le temps du Carême et que vous parlez si bien de l'humilité et de la conscience.....on se rend compte qu'en son for intérieur, il faut aussi comprendre que parfois on peut échouer dans son évangélisation et que c'et là que l'humilité véritable commence : par de petits actes anodins : laisser le haut du trottoir à une personne qui même si elle est plus jeune que vous, a quand de l'importance à vos yeux..... Je reconnais l'échec de parler de Dieu ou Jésus sans trouver aucun écho.
Alors, je demande au Christ lui-même d'aller chercher cette personne et même de venir me chercher moi-même dans l'ombre de mes péchés.... C'est vrai que l'on a soif de pureté non seulement en ce moment de Carême mais surtout en reconnaissant que nous ne savons pas prier comme il faut, que nous sommes tous ses enfants du Père....
"Aime ton prochain....." est beaucoup plus difficile qu'il n'y paraît: n'avons-nous pas tendance à avoir cet instinct de défense lorsqu'une parole blessante nous parvient?
Mais quel bonheur n'avons-nous pas de pouvoir dire que nous sommes chrétiens en montrant, comme vous dites, dans les pas du Christ, cette invitation à purifier nos âmes vers Pâques mais à cheminer d'abord dans le désert de nos discernements, en nous efforçant de voir le Mieux puis le bien, en ayant conscience que dans cette époque, le mal est tellement banalisé.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 82 : 2 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Ascète dans la ville.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 82 : 2 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

La Nouvelle et Divine Sainteté

Mark Mallett   vendredi 16 février 2018   0 commentaire   904

Dans « The Coming New and Divine Holiness », dont je vous propose la traduction ci-dessous, Mark Mallett nous explique que DIEU souhaite accomplir quelque chose dans l'humanité qu'Il n'a jamais fait par le passé, mis à part pour quelques rares individus, à savoir faire le don de Lui-même si pleinement à Sa Fiancée (l'Eglise), qu'elle puisse commencer à vivre et agir et avoir tout son être dans un mode complètement nouveau.

Il désire donner à son Eglise la “Sainteté des saintetés”.

Lire la suite

Jugement des vivants

Mark Mallett   dimanche 28 janvier 2018   0 commentaire   443

TOUS les jours, le soleil se lève, les saisons se suivent, les bébés naissent et des hommes et des femmes décèdent. Il est facile d'oublier que nous vivons dans une histoire qui est à la fois dramatique et dynamique, un véritable récit épique qui se dévoile d'heure en heure. Le monde évolue à toute vitesse vers son apogée : le jugement des nations. Aux yeux de Dieu, de ses anges et des saints, cette histoire est un continuel présent ; elle imprègne leur amour et élève une sainte anticipation pour ce Jour où l'oeuvre de Jésus Christ sera enfin accomplie.

L'apogée de l'histoire du salut est ce que l'on appelle “Le Jour du Seigneur”. Selon les premiers Pères de l'Eglise, ce jour ne consiste pas en une journée de 24 heures mais représente cette période de “mille ans” que St. Jean entrevoit dans le livre de l'Apocalypse au chapitre 20, période qui suivrait la mort de l'Antéchrist — la “bête”.

Lire la suite