Abus sexuels, un texte troublant de Benoît XVI


Commentaires (4)

Publié le jeudi 11 avril 2019

Auteur / source : La Croix

Catégorie : Actualité chrétienne et de l'Eglise

Nombre de consultations : 552

Une revue allemande a publié un texte de Benoît XVI dans lequel le pape émérite semble prendre le contre-pied du pape François sur la question des abus sexuels.

Source : la-croix.com

Dans son dernier numéro, le mensuel du clergé bavarois Klerusblatt a publié un texte du pape émérite Benoît XVI dans lequel celui-ci attribue les crimes pédophiles du clergé à l'« absence de Dieu », dans un contexte d'« effondrement » de l'enseignement moral de l'Église.

Le texte complet en français peut être lu ici : har22201.blogspot.com

Alors que le pape François voit le cléricalisme comme la source principale de la crise, son prédécesseur, lui, l'enracine dans le contexte de libération sexuelle né de la « Révolution de 1968 », de l'apparition de l'éducation sexuelle à l'école et de la banalisation de la pornographie.

L'effondrement de la théologie morale

« Dans le même temps, et indépendamment de ces développements, la théologie morale catholique a souffert d'un effondrement qui a rendu l'Église sans défense contre ces changements de société », explique-t-il.

Critiquant une théologie morale qui ne serait plus fondée sur la loi naturelle, il prend l'exemple du refus par les théologiens de voir le Magistère de l'Église prendre des positions définitives en matière morale, et leur opposition à l'encyclique Veritatis splendor de Jean-Paul II. Il considère même comme un signe du « Dieu miséricordieux » la mort prématurée d'un théologien qui comptait s'opposer au texte papal.

Des attaques contre la foi

Pour Benoît XVI, cette évolution a pour conséquence, dans l'Église, « la dissolution du concept chrétien de moralité », notamment dans la vie des prêtres et des séminaristes. Il dénonce ainsi l'établissement de « cliques homosexuelles » dans les séminaires – prenant l'exemple d'un séminaire allemand mélangeant futurs prêtres et agents pastoraux, ces derniers avec leurs épouses ou petites amies…

Ou encore le fait qu'« un critère pour la nomination des nouveaux évêques était alors leur “conciliarité” », celle-ci étant comprise « comme une attitude critique ou négative envers la tradition qui existait jusque-là ». Il en veut pour preuve l'interdiction de ses livres dans certains séminaires.

C'est dans ce contexte large que Benoît XVI replace l'émergence des abus sexuels des membres du clergé à partir du milieu des années 1980. Des actes que son texte analyse toujours comme des péchés alors que lui-même les avait, dès 2006, qualifiés de « crimes ». Car, pour lui, il s'agirait d'abord d'attaques contre la foi et c'est celle-ci qui, dans les procédures contre les agresseurs, doit d'abord être « défendue ».

« Protéger le don de l'Eucharistie des abus »

Ainsi, s'il explique son action résolue – et trop souvent occultée – contre les abus, le texte du pape émérite montre les limites de la tolérance zéro qu'il prônait. Le mot « victime » n'apparaît qu'une seule fois dans les 11 pages : quand il raconte l'histoire d'une servante d'autel à qui l'agresseur s'adressait en disant « ceci est mon corps livré pour vous » ! S'il reconnaît toute la difficulté pour cette femme d'entendre aujourd'hui les mots de la consécration, Benoît XVI en conclut surtout que « nous devons faire tout ce que nous pouvons pour protéger le don de l'Eucharistie des abus ».

On est ici loin de l'analyse du pape François, pour qui il faut aller au-delà de la tolérance zéro et de la punition des abus et développer une politique de prévention qui empêche qu'ils soient commis. D'où ses attaques contre le « cléricalisme » dans lequel le pape actuel voit le terreau d'une « culture de l'abus » et du « système de couverture qui lui permet de se perpétuer ».

Des « réflexions qui n'ont aucune valeur magistérielle »

Benoît XVI, au contraire, se refuse à imaginer « une autre Église ». « L'idée d'une meilleure Église, créée par nous-mêmes, est en fait une proposition du Diable, par laquelle il veut nous éloigner du Dieu vivant, à travers une logique trompeuse par laquelle nous sommes trop facilement dupés », estime-t-il. Plutôt qu'« une autre Église venue de nos propres desseins », et dont « nous n'avons pas besoin », il faut, explique-t-il, « un renouveau dans notre foi dans la réalité de Jésus-Christ qui nous est donné dans le Saint-Sacrement ».

Ce texte, dérangeant à bien des égards, Benoît XVI en a prévenu le pape François, affirme-t-il. Au Vatican, où l'on confirme que le pape actuel a bien été mis « au courant » de la publication, – ce qui ne signifie pas qu'il l'a approuvée –, on rappelle aussi qu'il s'agit là de « réflexions qui n'ont aucune valeur magistérielle ».

Certains vont toutefois jusqu'à mettre en doute la paternité d'un texte dans lequel ils ne reconnaissent pas la plume habituelle de l'ancien pape qui, à 92 ans la semaine prochaine, leur apparaît plus que jamais sous la coupe de son entourage.

Cet article m'inspire ...


de la joie
0


de l'encouragement
0


de la perplexité
0


de la tristesse
0


de la peur
0

votre opinion

Faire connaître ce blog : Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

Télécharger les visuels de Pierre et les Loups

A imprimer ou à partager sur Internet !

Commentaires des internautes

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par le

Ce qui est troublant est le texte de « La Croix ».
Car c'est une recherche systématique d'une opposition ou d'un conflit entre Benoît XVI et François.
Les abus sexuels ne sont pas un problème catholique, c'est un problème dramatique de la société païenne dans laquelle sont obligés de vivre les catholiques.
Dans cette société, plus aucune loi n'est inspirée par les Évangiles et par la morale catholique.
L'Église catholique non seulement n'est plus écoutée par les législateurs, mais elle est moquée, ridiculisée, attaquée, persécutée.
La société actuelle est pire que païenne, elle est sataniste.
Avortement des bébés, prostitution des enfants, pédo-pornographie, pédophilie, tourisme pédophile, trafic d'organes de bébés avortés ou d'enfants tués, enfants esclaves, enfants soldats, …
Avec leur campagne de lynchage des catholiques, les satanistes ne protègent pas les enfants, ils se protègent eux-mêmes.
Ils veulent décrédibiliser et faire taire les catholiques, qui sont les plus grands défenseurs des droits des enfants, comme de toute autre personne fragile, abusée, asservie et exploitée.

Commentaire laissé par le

Bonjour. Claire je suis tout à fait d'accord avec vous il faudrait vraiment approfondir tout ceci parce qu'il faudrait vraiment une continuité entre ce que dit Benoît XVI et le pape François car nous avons besoin de beaucoup plus d'éclaircissement.
Anne Françoise

Commentaire laissé par le

Voilà que ce texte m'interpelle car en effet, j'ai souvent admirer Benoît XVI parce rectitude vis-à-vis de l'Eglise et sa Doctrine de la Foi.
En effet je pense que dans un sens, Benoît XVI est en train de démontrer que l'Eglise actuelle n'a plus les mêmes priorités qu'autrefois.
je n'en tiens pour preuve comme je l'ai déjà dit, la communion dans la main par exemple ou bien la confession presque face à face alors qu'il faisait quand même ici d'une rémission des pêchés,laquelle n'exige même plus le Confiteor en français ni la pénitence à faire.le Mal sait d'induire dans des changements banals, aussi inaperçus soient ils.

Prenons comme exemple cette habitude de dire" la paix du Christ" en s'embrassant ou en se donnant la main et tout cela pendant la messe,ce qui fait qu'il ait beaucoup de temps de perdu alors que nous sommes quand même dans la maison de Dieu !

Benoît XVI lui-même d'ailleurs était contre cette pratique car je trouve qu'on peut très bien se donner la paix du Christ en sortant de l'église ou en entrant peu importe mais pourquoi pendant l’Office?
Peu de personnes ne saluent même pas Jésus...et encore : le hochement de la tête, une légère inclination, tous ceux et celles qui parlent pendant la messe....l'encensement de l'autel disparaît de plus en plus....les prêtres passent inaperçus....en " civil" sans même une petite croix du moins dans ma région mais je le répète je n'habite pas la France.
je ne suis pas juge et je ne fais pas de comparaison entre le pape François et Benoît XVI.... Mais enfin bon ils s'entendent très bien et pour le reste il est vrai que je me pose encore une quantité de questions comme vous peut-être ?

Espérons que ces chemins soient les bons, je m'arrête ici de ne penser qu'aux apparences.......
Et Dieu dans tout ceci ?
Chaque opinion compte.
Donnons-nous la main comme les frères et soeur et Fils de Dieu.
Fiat voluntas Tua....

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Champs obligatoires

@
Pour recevoir les avis de réponse à votre commentaire si vous avez coché l'option correspondante ci-dessous.

Etre informé des prochains commentaires déposés sur cet article ?

Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 5 = ?

Recommander cette page

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander la page Abus sexuels, un texte troublant de Benoît XVI.

Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul simple suivant : 5 - 5 = ?

Articles similaires

Lire un article au hasard

Lettre ouverte du cardinal Ouellet sur les récentes accusations contre le Saint-Siège

dimanche 7 octobre 2018   2 commentaires   605

Dans une lettre ouverte datée du 7 octobre 2018, le Préfet de la Congrégation pour les Evêques répond aux accusations formulées par l'ancien nonce à Washington Mgr Carlo Maria Viganò qui visaient le Pape François et le Saint-Siège, à propos de la gestion du cas Mc Carrick.

Je mets ci-dessous les points qui me paraissent les plus importants dans le cadre de la mission de ce blog et parce que certains propos, ils me semble, peuvent parfaitement s'adresser aux catholiques actuellement en rébellion plus ou moins ouverte contre le Saint Père, et qui servent par leurs agissements davantage le père du mensonge et le diviseur que le Prince de la Paix.

La lettre peut être lue dans son intégralité sur le site Vatican News.

Lire la suite

Le terme "LGBT" ne devrait pas figurer dans les documents du Vatican

Mgr Chaput   samedi 6 octobre 2018   3 commentaires   331

CITÉ DU VATICAN, 4 octobre 2018 (LifeSiteNews) - L'archevêque de Philadelphie, Mgr Charles Chaput, a déclaré aujourd'hui au Pape François et aux membres du Synode des évêques que l'acronyme « LGBTQ » et autres expressions similaires ne devraient pas être utilisés dans le document de travail du synode des jeunes.

Lire la suite

Secret de la confession : quand on impose aux ministres du culte de choisir entre la prison et l’excommunication

Diakonos.be   samedi 20 juillet 2019   3 commentaires   808

La dernière attaque en date vient d'être déjouée il y a quelques jours à peine en Californie. Le 13 juillet, le comité d'État pour la sécurité publique a dû faire retirer la proposition de loi SB 360 présentée par le sénateur Jerry Hill – et déjà approuvée par le sénat – visant à abolir le secret de la confession.

Lire la suite