Liturgie, sermons & homélies


Lire un article au hasard

Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde - par Mgr Charles Pope

Prier pour ceux qui sont morts est une œuvre de miséricorde - par Mgr Charles Pope

Publié le samedi 3 novembre 2018 - 1 commentaire - lu 109 fois

Quelle est la valeur d'une seule prière ? Je soupçonne qu'elle est beaucoup plus grande qu'aucun de nous ne l'imagine. La prière change les choses, parfois de façons évidentes, mais plus souvent de manières subtiles et même paradoxales. Mais la prière est assurément importante, même lorsque nous ne ressentons pas ses effets immédiats. C'est peut-être la raison pour laquelle Jésus nous a appris à prier en tout temps et à ne jamais nous décourager (cf. Luc 18: 1). Saint Paul a repris cette exhortation par ces simples mots : « Priez sans relâche » (1 Th 5, 17). Saint Jacques a également averti : « Vous n'obtenez rien parce que vous ne demandez pas. » (Jacques 4: 2)

Lire la suite

Le Pape François compare l'avortement au recours à un "tueur à gages"

Le Pape François compare l'avortement au recours à un "tueur à gages"

Publié le samedi 13 octobre 2018 - 1 commentaire - lu 118 fois

IVG et tueur à gage - Une façon « d'éliminer quelqu'un » qui s'apparente aux services d'un « tueur à gage » : le Pape François n'a pas mâché ses mots sur l'avortement, lors de l'audience générale de ce 10 octobre 2018. Au contraire, « celui, celle que l'on présente comme un problème, est en réalité un don de Dieu, qui peut me sortir de l'égocentrisme et me faire grandir dans l'amour ».

Lire la suite

Une crise de crédibilité profonde et universelle - Cardinal Müller

Une crise de crédibilité profonde et universelle - Cardinal Müller

Publié le mercredi 19 septembre 2018 - 2 commentaires - lu 204 fois

« (…) L'Eglise, don de Dieu confié aux mains des hommes, se trouve, du point de vue humain, dans une crise de crédibilité profonde et universelle, crise dont la faute est à imputer aux hommes. Dans cette période dramatique nous appréhendons et nous redoutons de possibles conséquences négatives de ces scandales et de ces erreurs de gouvernement. Spontanément, cela nous fait penser au schisme de la chrétienté occidentale au XVIe siècle, ou à la sécularisation de la vie religieuse suite au mouvement des Lumières et à la révolution française.

Lire la suite

Savoir quand parler et quand se taire - Pape François

Savoir quand parler et quand se taire - Pape François

Publié le samedi 8 septembre 2018 - 0 commentaire - lu 149 fois

La réponse à ceux qui cherchent la division est le silence.

« La vérité est douce, la vérité est silencieuse », a souligné le pape François à la messe matinale qu'il a célébrée à Sainte-Marthe, le 3 septembre 2018. Et avec ceux qui cherchent seulement « le scandale » et « la division », la réponse est « le silence » et « la prière ».

Lire la suite

Il viendra comme un voleur pour récupérer ce qui Lui appartient - par Mgr Charles Pope

Il viendra comme un voleur pour récupérer ce qui Lui appartient - par Mgr Charles Pope

Publié le samedi 1 septembre 2018 - 0 commentaire - lu 158 fois

L'une des images les plus intéressantes et les plus surprenantes que le Seigneur utilisa pour lui-même était celle d'un « voleur ». Il y a un exemple dans la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens. Je commenterai plus en détail ce passage dans un instant, mais commençons par quelques autres passages des Écritures dans lesquels Jésus a utilisé cette imagerie...

Lire la suite

La colère de Jonas et la miséricorde de Dieu

La colère de Jonas et la miséricorde de Dieu

Publié le dimanche 3 juin 2018 - 0 commentaire - lu 164 fois

Ça commence comme une histoire que l'on raconte aux enfants, le soir, avant de s'endormir. Et c'est tout à fait cela : l'histoire de Jonas, c'est ce que les Juifs appellent un « midrash », c'est-à-dire un récit mi-réel mi-fictif, une de ces histoires qui font réfléchir petits et grands. Quand les juifs racontent l'aventure de Jonas à leurs enfants, c'est pour leur faire découvrir que Dieu est plus grand que le peuple juif ; que le salut de Dieu est pour Ninive aussi, pour toutes les nations. Quand des chrétiens racontent Jonas à leurs enfants, c'est pour leur annoncer Jésus-Christ, le vrai Jonas ; et pour parler du baptême, le vrai poisson…

Lire la suite

Les bases d'une vie apostolique féconde – Homélie pour le 5ème dimanche de Pâques

Les bases d'une vie apostolique féconde – Homélie pour le 5ème dimanche de Pâques

Publié le dimanche 29 avril 2018 - 0 commentaire - lu 115 fois

En ce temps pascal, nous poursuivons notre méditation sur la façon dont le Seigneur Jésus ressuscité nous guide et répond à nos besoins. La semaine dernière, nous l'avons considéré comme notre berger. Cette semaine nous apprenons la façon dont Il est la vigne et nous sommes les sarments, entièrement dépendants de Lui en toutes choses.

Quand nous considérons sa manière de prendre soin de nous en tant que ses disciples, nous devons préserver le mot « soin » de son acception moderne plutôt sentimentale. Les vrais soins ne consistent pas seulement en des choses agréables telles que fournir de la nourriture et un abri. Parfois, le soin implique des choses difficiles, mais des choses qui sont nécessaires pour nous discipliner et nous purifier afin que nous grandissions et que nous portions plus de fruits. Ainsi, le Seigneur parle d' « émondage » dans ce passage. Bien qu'étant un soin, l'émondage n'est pas souvent agréable, mais c'est un soin approprié. Regardons comment le Seigneur prend soin de nous pour nous aider à être de vrais disciples.

Lire la suite

Dieu ou Satan (1ère partie)

Dieu ou Satan (1ère partie)

Publié le lundi 23 avril 2018 - 1 commentaire - lu 504 fois

Toute la terre est au Seigneur.

Nous voulons Dieu dans nos familles ; Nous voulons Dieu dans nos écoles !

L'article suivant est la première partie d'une conférence donnée à Montréal par Louis Even, le 6 janvier 1974.

Il faut entendre cette voix de Louis Even à 89 ans tonner avec force contre les agents de Satan, et soulever avec enthousiasme des apôtres pour les lancer au combat. On dirait que déjà il a trouvé cette jeunesse éternelle qui l'anime depuis qu'il est au Ciel. En janvier 1974, Louis Even n'avait plus que neuf mois à vivre sur terre. Il gravissait les dernières marches de sa montée vers Dieu. On dirait qu'on sent de plus en plus ce grand chrétien s'approcher de son Créateur, de son Sauveur et de la douce Immaculée qu'il aimait tant. Avant sa conférence, Louis Even avait fait chanter le beau cantique: « Nous voulons Dieu dans nos familles. Nous voulons Dieu dans nos écoles.... »

Lire la suite

Le Roi d'amour est mon berger – Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques

Le Roi d'amour est mon berger – Homélie pour le 4ème dimanche de Pâques

Publié le dimanche 22 avril 2018 - 0 commentaire - lu 114 fois

Jusqu'à présent, nous avons lu les récits et témoignages des apparitions du Ressuscité. Aujourd'hui nous commençons à voir comment le Seigneur ressuscité, le Bon Berger, part à notre recherche. En effet, le Seigneur nous donne quatre illustrations ou enseignements sur la façon dont, en tant que Roi d'amour, Il nous guide et nous conduit. Voici donc quatre portraits de son amour.

Lire la suite

Vous êtes les témoins de ces choses – Une homélie pour le 3ème dimanche de Pâques

Vous êtes les témoins de ces choses – Une homélie pour le 3ème dimanche de Pâques

Publié le dimanche 15 avril 2018 - 0 commentaire - lu 107 fois

L'Evangile de ce dimanche (à lire ici) parle de la nécessité de devenir des témoins de la résurrection de Jésus. Cela commence par la proclamation nécessaire et fondamentale de l'Église : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » (Luc 24: 34) Cette déclaration solennelle fonde la certitude doctrinale de la résurrection. Sur ce fondement de la vérité, le témoignage personnel de chaque catholique doit être bâti. Dans ce passage des évangiles, nous voyons comment le Seigneur atteste de Sa résurrection à travers l'autorité enseignante de l'Église, confirme les apôtres dans cette vérité, clarifie leur foi, et les envoie ensuite pour en témoigner. Voyons comment le Seigneur fait cela.

Lire la suite

N’oubliez pas de faire baptiser les enfants !

N’oubliez pas de faire baptiser les enfants !

Publié le jeudi 12 avril 2018 - 1 commentaire - lu 169 fois

Nouvelles catéchèses, sur le baptême.

« N'oubliez pas de faire baptiser les enfants ! », exhorte le pape qui déplore un manque de « confiance dans l'Esprit Saint ».

Le pape François a entamé un nouveau cycle de catéchèses sur le thème du baptême, par une catéchèse sur le baptême comme « fondement de la vie chrétienne », ce mercredi 11 avril 2018, Place Saint-Pierre, en présence de quelque 25 000 personnes en provenance de l'Italie et du monde entier.

Lire la suite

Pourquoi l'âme est immortelle

Pourquoi l'âme est immortelle

Publié le mardi 10 avril 2018 - 0 commentaire - lu 263 fois

Quelle nouveauté est réellement advenue avec le Christ ? L'âme de l'homme est par elle-même immortelle depuis la création – qu'est-ce le Christ a donc apporté de nouveau ? Oui, l'âme est immortelle, parce que l'homme demeure de manière singulière dans la mémoire et dans l'amour de Dieu, même après sa chute. Mais sa force ne lui suffit pas pour s'élever vers Dieu. Nous n'avons pas d'ailes qui pourraient nous porter jusqu'à une telle hauteur. Et pourtant rien d'autre ne peut combler l'homme éternellement si ce n'est être avec Dieu. Une éternité sans cette union avec Dieu serait une condamnation. L'homme ne réussit pas à atteindre les hauteurs, mais il aspire à monter : « Du ventre des enfers, j'appelle ... » Seul le Christ ressuscité peut nous mener jusqu'à l'union avec Dieu, jusqu'à ce point où, par nos forces, nous ne pouvons parvenir. Lui prend vraiment la brebis perdue sur ses épaules et il la ramène à la maison. Nous vivons accrochés à son Corps, et, en communion avec son Corps, nous allons jusqu'au coeur de Dieu. Ainsi seulement la mort est vaincue, nous sommes libres et notre vie est espérance.

Lire la suite

Le cheminement de Marie-Madeleine vers la foi en la Résurrection

Le cheminement de Marie-Madeleine vers la foi en la Résurrection

Publié le dimanche 8 avril 2018 - 0 commentaire - lu 131 fois

Tous les récits sur la résurrection dépeignent les Apôtres et disciples de Jésus dans une espèce de voyage vers une compréhension plus profonde du mystère de la résurrection. Une réalité complètement nouvelle faisait irruption dans leur monde et défiait leur intelligence. Loin de représenter les disciples comme crédules, les textes les décrivent comme choqués, troublés et même carrément soupçonneux. Ce n'étaient pas des hommes et des femmes enclins à la naïveté ou du genre à s'inventer des histoires pour apaiser leur chagrin. Ils sont stupéfaits par une nouvelle réalité et luttent intérieurement pour appréhender quelque chose qu'ils ne comprennent pas vraiment.

Lire la suite

Le Diable existe, il ne faut pas être naïf, avertit le Pape François

Le Diable existe, il ne faut pas être naïf, avertit le Pape François

Publié le samedi 7 avril 2018 - 2 commentaires - lu 208 fois

Une homélie sur la « tactique » du diable

« Le diable existe, même au XXIè siècle : nous ne devons pas être naïfs !, a expliqué le pape François dans son homélie de la messe de 7 h du vendredi 11 avril 2014, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe du Vatican. »

Lire la suite

Invoquons des fruits de sagesse pour ceux qui ont des responsabilités politiques afin qu’ils respectent toujours la dignité humaine

Invoquons des fruits de sagesse pour ceux qui ont des responsabilités politiques afin qu’ils respectent toujours la dignité humaine

Publié le lundi 2 avril 2018 - 0 commentaire - lu 126 fois

Message Urbi et Orbi du pape François, ce jour à Saint-Pierre de Rome :

« Nous chrétiens, nous croyons et nous savons que la résurrection du Christ est la véritable espérance du monde, celle qui ne déçoit pas. C'est la force du grain de blé, celle de l'amour qui s'abaisse et qui se donne jusqu'au bout, et qui renouvelle vraiment le monde. Cette force porte du fruit aussi aujourd'hui dans les sillons de notre histoire, marquée de tant d'injustices et de violences. »

Lire la suite

Puisse le Ressuscité aider la femme à refuser les sollicitations perverses qui la blessent à l’intime

Puisse le Ressuscité aider la femme à refuser les sollicitations perverses qui la blessent à l’intime

Publié le dimanche 1 avril 2018 - 0 commentaire - lu 169 fois

Extrait de l'homélie de Pâques de Dom Courau, abbé de Triors :

La mort rodait autour du Saint Sépulcre, elle continue de roder encore un peu partout. L'histoire est jonchée de cadavres comme d'autant d'Abel, elle menace au surplus notre vie morale, entravant la victoire pascale. La résurrection finale rendra évidente pour tous la victoire de la vie sur la mort, par Jésus ressuscité, l'unique Sauveur de l'humanité. Mais pour l'heure, elle est encore l'objet de la foi pascale qui chante avec Marie-Madeleine : Scimus Christum surrexisse a mortuis vere – Nous savons désormais que le Christ est vraiment ressuscité des morts. Et cela change nos vies.

Lire la suite

Où se trouve Jésus entre le moment de Sa mort et celui de Sa résurrection ?

Où se trouve Jésus entre le moment de Sa mort et celui de Sa résurrection ?

Publié le samedi 31 mars 2018 - 0 commentaire - lu 276 fois

Où se trouve le Christ entre le moment de sa mort le vendredi après-midi et celui de sa résurrection le dimanche de Pâques ? Les Ecritures et la Tradition répondent à cette question. Considérons l'extrait suivant d'un sermon du deuxième siècle ainsi qu'une méditation reprise du Catéchisme de l'Église Catholique.

Lire la suite

Homélie pour le Vendredi Saint - Père Simon Noël

Homélie pour le Vendredi Saint - Père Simon Noël

Publié le vendredi 30 mars 2018 - 0 commentaire - lu 140 fois

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Ce cri de Jésus sur la Croix est une parole étrange pour le croyant. Dieu n'abandonne jamais ses amis. Tant de psaumes le disent, et en particulier ce psaume 21, que Jésus reprend ici, et qui se termine par une exultation pour la délivrance que Dieu apporte à son serviteur, au terme d'une épreuve qui ne dure qu'un moment.

Lire la suite

La Croix de Jésus n'est pas un ornement, ni un accessoire de mode

La Croix de Jésus n'est pas un ornement, ni un accessoire de mode

Publié le dimanche 18 mars 2018 - 2 commentaires - lu 143 fois

La croix de Jésus n'est pas « un objet ornemental », ni un « accessoire de mode », mais « un signe religieux à contempler et à comprendre » : le Pape François l'a martelé au cours de sa catéchèse ce dimanche 18 mars 2018, peu avant de réciter la prière de l'Angélus depuis les fenêtres du Palais apostolique, devant des milliers de fidèles réunis Place Saint Pierre. Commentant l'Evangile de ce dimanche, le Pape a longuement évoqué le sens profond de la mort et de la résurrection du Christ, à la lumière de l'image utilisée par Jésus lui-même : celle du grain de blé.

Lire la suite

Pape François : Il faut jeûner avec cohérence, pour aider les autres

Pape François : Il faut jeûner avec cohérence, pour aider les autres

Publié le samedi 24 février 2018 - lu 128 fois

Lors de la messe matinale du 16 février à la Maison Sainte-Marthe, le Pape a mis en garde contre le risque de jeûner avec incohérence, c’est-à-dire en méprisant les autres. Le jeûne, au contraire, est destiné à aider les autres.

Lire la suite

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

Cardinal Newman : « Le Carême, temps de repentance »

Publié le vendredi 23 février 2018 - lu 176 fois

Le titre du sermon résume l'enseignement que Newman veut donner à ses ouailles : ne pas laisser passer le temps du Carême sans prendre ou reprendre conscience de l’état de pécheur dans lequel ils sont et faire preuve du repentir qui doit en résulter, saisir l’occasion de ce temps de l’année que l’Église a établi pour cela depuis les origines. En effet, le sérieux avec lequel doit être prise la vie chrétienne est mis à mal par l’insouciance que favorise la vie facile que connaissaient la plupart des auditeurs de Newman, insouciance qui rend le chrétien oublieux des dons qu’il a reçus au baptême et le fait glisser peu à peu dans le péché sans qu’il éprouve le souci ou le besoin de se repentir. Contre cette tendance, le Carême constitue un avertissement salutaire. Cette attitude d’insouciance et finalement d’indifférence à l’égard des privilèges chrétiens, répandue chez beaucoup de fidèles, est figurée dans l’Ancien Testament par le comportement d’Ésaü à l’égard des dons paternels auxquels sa situation d’aîné lui donnait droit. Au lieu de les considérer à leur juste valeur, il les a pris à la légère : il a abandonné son droit d’aînesse pour peu de choses, un plat de nourriture, ensuite il a cru pouvoir obtenir la bénédiction paternelle en échange d’un plat de venaison sans se soucier du fait que son premier péché, l’abandon du droit d’aînesse, le rendait inapte à obtenir la bénédiction qui lui revenait. Son cri angoissé quand il s’aperçut qu’elle était allée à son frère aîné ne sera-t-il pas celui de beaucoup de chrétiens qui vivent dans l’insouciance et n'éprouvent pas le besoin de se repentir ? Comme Ésaü, comme les vierges folles de la parabole, ils voudront le faire quand il sera trop tard, au jour du Jugement. S’ils ne se repentent pas à temps, s’ils n'entendent pas les avertissements que le Seigneur, dans sa providence, leur donne sous la forme d’épreuves diverses, maladie, échec, revers de fortune, etc., leur punition sera plus dure ensuite.

Lire la suite

Cardinal Newman : « le jeûne, source d’épreuve »

Cardinal Newman : « le jeûne, source d’épreuve »

Publié le dimanche 18 février 2018 - lu 100 fois

Premier dimanche de Carême, 4 mars 1838

Avant de traiter strictement le thème indiqué par le titre du sermon, Newman définit clairement le jeûne du chrétien; en effet cette forme d’ascèse fut prati­quée dans le judaïsme et dans d’autres religions, mais le propre du chrétien est de jeûner à la suite du Christ, comme lui et surtout avec lui. Le jeûne accompli avec la grâce de la présence du Christ dans le cœur est d’une fécondité sans commune mesure avec les œuvres accomplies par les juifs sous le régime de la Loi car ces derniers ne bénéficiaient pas de l’assistance de l’Esprit saint tandis que, par cette assistance, c’est le Christ lui-même qui refait en chacun de ses membres les actes de sa vie terrestre : le chrétien est alors ainsi «forme visible ou signe sacramentel de l’unique Fils de Dieu». Voilà pourquoi l’Église célèbre dans le cycle liturgique des temps de Noël et de Pâques les événements de la vie de notre Seigneur. Cette réalité de la présence du Christ dans le cœur du chrétien que Newman énonce au début de ce pre­mier sermon du volume sera supposée ou clairement rappelée dans les autres comme le privilège du chrétien qui appelle en retour des devoirs. Il en résulte que le jeûne du chrétien est agréé de Dieu parce qu’il est observé en union avec le Christ.

Lire la suite